Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Publicités

12 Juillet 2017 , Rédigé par CC

Je condamne la décision unilatérale de la plateforme Overblog de truffer mon blog de publicités en violation des conditions générales d'utilisation auxquelles j'avais adhéré lors de la création de ce blog.

 

Pour ne pas les voir, téléchargez un logiciel Adblock.

Lire la suite

La "Sainte Philomène" du Dr Rozier

12 Juillet 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Médiums

En 1907, le Dr Fernand Rozier (1839-1922), médecin, élève d'Eliphas Lévy, publiait "Les Puissances invisibles, les dieux, les anges,les saints, les égrégores, Sainte Philomène" aux éditions Chaumont. Rozier est un homme de sciences très complet puisque, outre ses compétences en médecine, il est physicien, et il a été secrétaire de l'astronome Urbain Le Verrier, qui avait découvert la planète Neptune, en 1846. C'est aussi un voyant qui a prédit les inondations de Paris en 1910. Collaborateur de la revue L’Initiation fondée par Papus  (1865-1916) il enseignait à la Faculté Libre des Sciences Hermétiques qui appartenait au même groupe.

Après une introduction savante sur les divers plans de réalité, et les diverses forces occultes qui agissent dans l'Invisible, forces qu'il pense à partir d'une théorie élargie de la matière (hylè) qu'il forge en dialogue avec les hindouistes et la kabbale, toute la première partie de l'ouvrage synthétise une analyse des traditions hébraïques, païennes et orientales sur les forces invisibles.

A partir de la page 95, il se penche sur le cas de sainte Philomène dont la tombe fut découverte à Rome en 1802 (encore que l'existence de cette sainte prête à controverse et donc l'authenticité de cette sainte aussi). Cette tombe était celle d'une jeune fille de 13 ans dot les reliques furent emportées à Mugnano près de Naples par Don Francesco di Lucia. Un frère de Saint Jean de Dieu qui avait visité Mugnano visita à Lyon une malade riche, atteinte d'une affection au coeur, Mlle Jaricot. Celle-ci, en 1835, se rendit à Mugnano après un court séjour à Rome où le pape Grégoire XVI avait tenté de la dissuader de s'y rendre. Mlle Jaricot avait fait promettre au pape d'autoriser le culte de Ste Philomène si elle guérissait. Elle y fit une neuvaine à la sainte et guérit. En janvier 1837, le culte public fut autorisé. Des reliques de la

sainte furent déposées à St Gervais à Paris par une paroissienne reconnaissante.

En 1833, la Mère Maria Luisa de Jésus, une religieuse napolitaine eut la révélation que la sainte était une princesse grecque vierge que Dioclétien aurait voulu séduire et martyrisa par dépit, vision dans la plus pure tradition de la Légende dorée. A partir de 1906, une étude plus soignée des plaques sur le tombeau révéla un montage. On pensa que Ste Philomène avait été une invention, comme St Expedit, soldat de la légion thébaine, avait été une invention des dominicains pour contrer le St Antoine de Padoue des franciscains. Le pape commença à faire enlever les statues des églises (et la sainte, dont la fête était célébrée le 11 août allait être officiellement radiée du calendrier canonique en 1961).

Le Dr Rozier milite pour la défense du culte de Ste Philomène. Lui-même descendait d'une grand-mère et d'une mère médiums qui avaient des visions. Sa mère, nous dit-il, avait prédit l'époque de sa mort (vieux fantasme des voyants, très en vogue aussi dans l'occultisme du XVIIe siècle) et le lieu où elle serait enterrée plusieurs années à l'avance. et ce don fut transmis à sa propre fille comme il l'a raconté dans l'Echo du Merveilleux. Proche de Dieu toute sa vie, Rozier voyait parfois une jeune personne fort belle qui le prenait par le main en lui souriant. "Quelquefois elle s'asseyait auprès de moi, me prenait sur ses genoux, me berçait" ajoute-t-il même p. 107. Ce n'est que vers 1895 qu'il a su que cette entité était Ste Philomène. Selon lui cette sainte lui a permis de guérir ses malades et a aidé ses élèves.

Selon Rozier, le 13 avril 1900, Ste Philomène s'est déclarée patronne des Occultistes chrétiens et a fondé une Fraternité invisible. Sur ses ordres, il a fait une conférence aux sociétés savantes le 25 mai suivant. La Fraternité vise à constituer la partie humaine d'un Egrégore dont Ste Philomène est l'âme. Rozier présente l'opération comme de la haute magie blanche et suppose un abandon complet à la volonté de la sainte. Il précise toutefois (p. 112) que cela "n'exclut pas Dieu, Jésus et la sainte Vierge", car prier Ste Philomène pour lui dire "accordez moi quelque chose" veut dire "utilisez une partie des pouvoirs que Dieu ne cesse de vous donner pour me faire avoir telle chose". Il faut seulement ne pas chercher à garantir sa demande auprès de Ste Philomène par des demandes adressées à d'autres saints ou par des talismans. Rozier explique ensuite que la vie est une lutte, et la souffrance est l'obstacle à vaincre. Des entités ont été envoyées pour instruire les païens après la chute, des entités qui ont du se faire barbares pour parler aux brutes que les humains étaient devenus. Puis il y eut d'autres entités plus élevées, jusqu'à ce qu'on arrive à l'envoi du Christ qui est le véritable libérateur. Le message de Jésus a été abimé par "l'égréqore épiscopo-impérial" catholique romain oppressif.

Dieu a ensuite envoyé la Vierge Marie qui est en mission permanente parmi nous jusqu'à la fin des temps. Elle nous dirige dans l'invisible et prendra soin de nous après la mort. Dieu a aussi envoyé des prophètes. Ste Philomène, elle, est venue nous révéler la cause cachée des choses (p. 129). Depuis 1895 elle a plein pouvoir pour protéger la France et la libérer de l'ultramontisme qui ment sur les apparitions de la Vierge.

Elle a sans doute existé, selon Rozier, au début du IVe siècle. Et, si elle n'a jamais existé physiquement, elle existe au moins comme entité (p. 141) à la tête d'un groupe de puissances célestes.L'argument qui plaide le plus pour son existence physique est que Dieu veut surtout donner puissance aux humains pour agir sur le monde ici-bas, plutôt qu'aux puissances célestes (p. 142).

Parmi les citations intéressantes : "On n'est pas occultiste parce qu'on professe telle doctrine ; les occultistes sont tout simplement ceux qui étudient l'Invisible et qui tiraient compte des choses cachées, soit pour leur conception du monde, soit pour leur conduite. Aussi, comme vous devez vous y attendre, il y a plusieurs écoles d'Occultistes." (p. 146)

Il semble qu'au temps de Rozier les polémiques sur Ste Philomène ont été fort vives : "Quelqu'un a dit qu'il était très dangereux de prier sainte Philomène, écrit-il p. 149. Elle est une puissance de l'Invisible, pas très bonne, pas très forte, mais pouvant cependant procurer quelques avantages ; seulement, elle les fait payer très cher. Quant à lui, il a fait la sottise de s'adresser à elle autrefois, mais il n'a eu de paix qu'après qu'il a eu cessé de s'adresser à elle". On ne saura pas de qui il s'agissait.

Rozier raconte comment au contraire cette personne "avait été jadis sous la domination de mauvais esprits" et comment il l'a exorcisé au nom de Philomène. Il en a retiré de nombreux profits dans sa vie affective et professionnelle. Mais un thaumaturge néfaste placé sur on chemin a réveillé en lui l'orgueil et la soif de pouvoir et les mauvais esprits son revenus en lui

."Lorsqu'une grande puissance céleste se manifeste, l'Adversaire se dresse devant elle, d'autant plus féroce et d'autant plus formidable que cette puissance céleste est elle-même plus formidable. Si vous vous mettez sous la protection de sainte Philomène, vous irritez l'Adversaire contre vous, mais ses coups ne vous atteignent pas. Vous êtes à l'abri à cause de la protection qui vous couvre comme d'un bouclier". Mais, si vous abandonnez sainte Philomène, elle ne vous retire pas sa protection, mais c'est vous qui vous éloignez de cette protection, et l'Adversaire peut taper sur vous à loisir, et il n'y manque pas; la vengeance lui est douce".

Très attaché au christianisme, Rozier critique le penchant orientalisant de la théosophie pour la fusion dans le Nirvana. Mais il reconnaît son aide intellectuelle comme précieuse, comme celle des spirites. Il affirme qu'il a été informé par Ste Philomène de l'importance de la magie comme cause des choses et dénonce sans la nommer une école aux ramifications planétaires qui abuse de cette magie. Quant aux sorciers, Rozier estime que ce n'étaient que des associations de malfaiteurs même pas dignes d'intérêt.

Rozier avoue vouloir constituer un égrégore autour de Ste Philomèn. C'est un mot auquel il donne un sens plus précis qu'Eliphas Lévy. Eugène Nus, rappelle-t-il, expliquait le spiritisme devant des assemblée par une sorte de mutualisation des fluides des participants sous forme d'égrégores (p. 165). Les égrégores collectifs purement humains peuvent intégrer par erreur des esprits négatifs qui les font échouer, d'où l'intérêt de s'adjoindre un esprit, explique Rozier. Il arrive même que ce soient les Esprits qui veuillent susciter un égrégore (égrégore descendant) pour une durée donnée.

La mission de Philomène a pris fin dans les années 1900 puisqu'elle a sauvé la France et écrasé l'égrégore épiscopo-impérial. La religion y gagnera car il n'y a pas de religion sans liberté.

Il est intéressant de comparer cette vision que Rozier a de Ste Philomène avec celle du curé d'Ars qui était aussi disciple de cette sainte (voir le film ci dessous) et a beaucoup contribué à sa popularité ("le grand argument en faveur du culte de Sainte Philomène, c'est le Curé d'Ars" s'était exclamé le pape Pie X en juin 1907). Pour Rozier ce curé  était un saint homme (p. 137) mais il a menti sur les révélations mariales et les manipulations ecclésiastiques à leur sujet :

"Vous vous rappelez dans quelles circonstances le curé d'Ars a menti : Dans un but de réclame, on lui avait amené le jeune Maximin de la Salette. Vianney, qui voyait assez souvent les pensées des autres, regarde Maximin et lui dit qu'il est un petit menteur. Maximin se trouble, balbutie et avoue qu'il n'a jamais vu la sainte Vierge. Depuis ce temps, Vianney disait partout que la Salette n'était qu'une imposture ; il le prêchait même en chaire. Son évêque lui dépêcha un grand vicaire, lui écrivit, pour le persuader qu'il vaudrait mieux, pour les intérêts de l'Eglise, ne pas parler comme il le faisait. Vianney répondit à l'évêque par une lettre dont je n'ai plus le texte sous les yeux, mais dont le sens était que, au contraire, l'Eglise n'avait qu'à gagner en repoussant les fourberies, etc., etc. Il reçut alors l'ordre de soutenir la Salette. Depuis ce temps, le curé d'Ars évitait d'en parler ; mais, quand ou l'interrogeait, il répondait : Il faut croire à la Salette.

Cette phrase a été exploitée, et les souteneurs de la Salette ne manquent pas d'imprimer dans tous leurs écrits que le curé d'Ars a dit lui-même qu'il fallait croire à la Salette.

Pauvre homme I Dans ta pensée, il faut voulait dire il est ordonné, j'ai reçu l'ordre ; tu transigeais avec ta conscience ; tu ne voulais pas désobéir à tes supérieurs hiérarchiques, pareî qu'on t'avait enseigné que cette obéissance était la première des vertus, et tu le croyais. Tu aurais cru faire un bien plus gros péché en désobéissant qu'en mentant."

Dans le numéro de la Revue des Sciences ecclésiastiques et la Science catholique décembre 1907, p. 754 et suiv, sous "Glanes spirites", le Chanoine Ferdinand Gombault qui dit avoir conversé avec Rozier quelques années plus tôt l'accuse de croire à la réincarnation (le mot d'ailleurs figure bien en p. 171 du livre de Rozier), et trouve très suspecte cette sainte qui s'est donné pour objectif selon Rozier (et sa révélation de 1900) de renverser la puissance temporelle de l'Eglise et qui se réjouit de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Il "prévient le docteur Rozier qu'un démon-femelle a abusé de sa crédulité... enfantine". Dans la Revue "Foi et vie" p. 241 du 16 avril 1911 G. Mondain expliquera que le Dr Rozier organise le culte de Ste Philomène à Paris "au troisième étage d'une maison de la rue de Buci, sous la forme d'une statue couchée sur un socle de pierre, et assez semblable à ce qu'on peut voir exposé chez les marchands de statuettes et ornements d'églises habitant autour de Saint-Sulpice. Chaque dimanche le docteur Rozier professe une sorte de cours d'occultisme". L'auteur lui préfère le christianisme ésotériste d'Albert Jounet.


L'Eglise catholique d'après Vatican II renonçant à son pouvoir temporel et acceptant la séparation de l'Eglise et de l'Etat aura politiquement donné raison à la Ste Philomène de Rozier, sans toutefois souscrire à sa gnose sur la réincarnation et le rôle des forces invisibles dans l'Histoire.

Depuis la radiation de la sainte du calendrier, l'Eglise romaine n'organise plus de cérémonies publiques en l'honneur de la jeune martyre. Même le site du sanctuaire d'Ars le rappelle, tout en soulignant que les pèlerins peuvent rendre une dévotion privée à la chapelle Sainte Philomène dans la basilique. Il existe encore une église Sainte Philomène à Naujac-sur-Mer (Gironde), une à Comps-sur-Artuby (Var),une à Montcerf-Lytton et à Fortierville au Québec, une au Cannet (Alpes maritimes) gérée par une association privée, une pour les traditionalistes à Toulon, et des chapelles Sainte Philomène à Lyon, à Puget dans le Var, au hameau d'Igniel près de Cambrai dans le Nord, à Montmaur dans les Hautes-Alpes, dans l'église Saint-Jean-Baptiste du Marillais dans le Maine-et-Loire, dans la collégiale Saint-Pierre d'Aire-sur-la-Lys dans le Pas-de-Calais, l'église Saint-Gervais-Saint-Protais, au hameau de Chassagne en Ardèche, au Lycée Professionnel Privé Saint-Joseph de Bourg-en-Bresse etc. A l'étranger on trouve des chapelles Ste Philomène de Puerto Montt ou Valaparaiso au Chili à Sao Bernardo do Campo au Brésil (fondée par des Italiens) en passant Managua au Nicaragua. Il y a une cathédrale Ste Philomène à Mysore en Inde, des églises qui lui sont dédiées aux Etats-Unis à Cincinnati, Pittsburgh, Franklinville etc.

Le livre de Rozier a été republié récemment dans une édition commentée par l'historien de l'occultisme Serge Caillet.

Lire la suite

Amada Rosa Pérez

3 Juillet 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Médiums

Il y a deux mystiques catholiques en Colombie vivantes en ce moment qui font le procès du culte du corps (mais aussi le procès de l'occultisme) : Gloria Polo, qu'on a mentionnée l'an dernier, et l'ex top model Amada Rosa Pérez qui témoigne de ses expériences face aux forces obscures et auprès de la Vierge.

 

Lire la suite

Sorcellerie et christianisme en Afrique

1 Juillet 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Médiums

En 2016 j'avais signalé dans cet article que l'ex-prêtre sorcier libérien J. Blayi disait dans son livre que, du temps où il servait son Dieu de la guerre, il parvenait dans le cadre de sa magie noire à acheter toutes les âmes sauf celles des fidèles chrétiens.

Dans cette vidéo, Maxime, ancien sorcier guérisseur (qui mêlait magie effective et charlatanisme) ivoirien et guinéen d'adoption, corrobore par son témoignage celui de J. Blayi.

Lire la suite

"Les médiums" dans les BU

29 Juin 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Médiums

La bibliothèque LSH de l'Université Bordeaux-Montaigne est la première à s'être procuré mon livre "Les médiums". Gageons qu'il y en aura d'autres.

Etrangement cette bibliothèque n'a pas mon livre "La nudité" dans ses rayons, à la différence d'une douzaine de BU en France, ni aucun autre de mes livres universitaires.

Les choix d'acquisition des BU sont toujours un peu mystérieux.

Lire la suite

"La nudité" cité dans "Ca m'intéresse" de juillet 2017

26 Juin 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité", #Nudité-Pudeur en Europe

C'est en p. 30. Je suis cité conjointement avec la géographe Mme Barthe-Deloizy (qui a pratiqué le naturisme comme elle l'explique dans son livre, ce qui marque un peu la spécificité de son approche). Mes propos sont un peu déformés mais peu importe.

 

 

Lire la suite

Mon livre "La Nudité" cité par le magazine suisse "Bon pour la tête"

21 Juin 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité", #Nudité-Pudeur en Europe

Une récente modification de la loi, permet aux Genevoises de se baigner torse nu dans le lac Léman et les rivières. Julie Eigenmann du média suisse "Bon pour la tête" dont le premier numéro est sorti ce mois-ci m'a donné l'occasion de revenir sur le topless féminin. C'est un sujet délicat qui m'a valu quelques critiques sur Internet parce que dans une de mes interviews, j'avais cité sans prendre suffisamment de distance à son égard, une analyse de Timothy Taylor ("La préhistoire du sexe") qui était assez mal formulée. Je ne suis pas allé jusqu'à évoquer Isabeau de Bavière et Agnès Sorel...

L'article de Julie Eigenmann est ici.On notera aussi les remarques intéressantes de Yasmina Foehr-Janssens sur le sein mobile et le sein statique qui proviennent des travaux de Kaufmann cités dans mon livre. Le titre qui parodie Molière ne tient pas trop la route car mis au futur il confine au non sens (même en le maintenant au conditionnel d'ailleurs ça n'aurait pas eu de de sens). Mais l'illustration est rigolote.

Lire la suite

Avis d'un lecteur belge sur mon livre sur les médiums

20 Juin 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Médiums, #Publications et commentaires

J'ai finalement lu avec beaucoup d'intérêt votre livre sur les Médiums, et comme convenu, je vous en livre mon appréciation.

Tout d'abord, comme je vous l'ai dit, je vous félicite de sa rédaction et de sa clarté, qui sont pour moi des qualités importantes.

Je ne suis pas un féru de sociologie, mais j'avoue que  cette présentation, même sociologique, m'a beaucoup plu et surtout, m'a donné l'impression de ne gêner à aucun moment la densité du sujet traité qui est si difficile, il faut bien l'admettre, vu, comme vous le démontrez si bien, l'évanescence même, revendiquée ou non par cette "discipline".

Votre objectivité est d'ailleurs remarquable, et il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour y dénoncer un quelconque parti-pris de mépris ou d'adhésion. Ce qui rend votre étude si valable, c'est qu'il s'agit aussi de votre expérience personnelle, contenant des aveux susceptibles de vous discréditer dans le milieu universitaire. Mais c'est justement ce risque pris qui donne du poids à vos propos.

Personnellement, votre livre m'a enrichi de cette synthèse que je n'aurais jamais pu faire moi-même. Je suis donc heureux de l'avoir lu.

Je ne suis pas en mesure de savoir si vous avez eu affaire à assez d'échantillons pour que le reflet soit exact. J'ai parfois eu l'impression qu'il aurait fallu un plus grand spectre que simplement celles que vous citez. Mais peut-être est-ce l'inverse. Quoi qu'il en soit, il vous eût été impossible de devenir client de tous les médiums de France...

J'en viens au fond.

Manifestement, vous avez été impressionné par la réalité des choses subtiles et parfois étonnantes du domaine non cartésien et non rationaliste. Il est évident que tout ce "petit" monde récupère cet "occulte" à la fois abandonné par les grandes religions, et sur lequel pourtant elles ont souvent été, si pas fondées, du moins entretenues, même en faisant farouchement la guerre à ce qui y ressemblait chez les autres.

Ce qui m'a particulièrement frappé, c'est le nombre de "pseudo-enseignements" ou rites qui sont en réalité des débris de choses parfaitement traditionnelles et beaucoup plus unanimes qu'on ne le croirait à première vue, sans même que leurs porteurs en soient conscients.

Par exemple, l'état de crise-dépression (je puis vous donner les références d'un texte du Zohar qui le décrit admirablement) qui n'est autre que la tardémah des Hébreux ; la nécessaire union du ciel avec la Terre ; les allusions au léger et au lourd ; la nostalgie des talismans (origine grecque telesma) ; la rupture de l'ego, etc.

Personnellement, tous ces médiums me font penser à la comparaison suivante : imaginons qu'envahis comme nous le sommes par l'horrible musique-machine électronique, des milliers de jeunes incultes veuillent retrouver par eux-mêmes une musique (et sa pratique) semblable à celle de Bach ou de Mozart, mais sans conservatoire ni enregistrements etc., les écoles officielles s'étant toutes mises au hard rock. Cela donnerait quelque chose d'assez monstrueux, informe, mais non dénué d'intérêt, et parfois même peut-être sublime. Certains redécouvriraient certaines lois de l'harmonie, de la fabrique des instruments, de la notation, mais la tradition n'en serait pas moins perdue, non par leur faute, mais par celle des représentants de la tradition.

Quand le marxisme a dit que la religion était l'opium du peuple, la religion aurait dû répondre : "Non! La religion est basée sur une hypothèse de départ, à vérifier, et nous l'avons vérifiée." Mais le problème, c'est qu'elle était incapable et de vérifier l'hypothèse et d'affirmer cela, car depuis les premiers siècles (du Christianisme) elle avait NIÉ LA GNOSE et chassé tous les gnostiques ou prétendus tels. Les sciences exactes et athées ont donc comblé la soif légitime de connaître, et elles ont abouti maintenant à être capables de détruire la terre et de l'empoisonner. Pendant ce temps, la religion reculait la queue entre les pattes en admettant la science profane et en se retirant dans le domaine éthéré (et de plus en plus bête, il faut le dire) de la croyance. En gros, nous avons actuellement des sciences sans foi et des religions sans sagesse. Jamais ces religions ne récupéreront ceux qui, à tort ou à raison, ont été chercher de la "science" chez le New Age.

Le problème, c'est que pour retrouver la gnosis (le mot revient 29 fois dans le Nouveau testament !), il faut des sages et pas seulement des nostalgiques de la sagesse. S'il y avait des sages, ils seraient les seuls capables de rediriger ces pauvres médiums rêveurs qui, la plupart du temps ne possèdent rien en main. Mais leur désir n'en est pas moins légitime, même si la plupart ne seraient probablement pas dignes de recevoir cette sagesse.

En gros, donc, j'estime que l'occultisme (pratiqué, entre autres, par les pêcheurs-Apôtres qui voyageaient dans le monde subtil de la Mer du Monde) est une condition à toute révélation et science divine véritable, mais que beaucoup périssent dans la tentative, par manque de liaison avec ce qu'il faut capter, et par perte de la Tradition, de main en main, de la science des Anciens, qui est matérielle.

Lire la suite

Fantasmes sur la nudité des puissants : le Bohemian Club

17 Juin 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique, #Anthropologie du corps, #Pythagore-Isis, #Christianisme

Le chancelier Helmut Kohl est mort. En 2015 un autre Helmut chancelier était décédé, Helmut Schmidt, son prédécesseur immédiat. A son décès des traditionalistes n'avaient pas hésité à le qualifier de "sataniste" sur la base d'un seul élément : ce leader social-démocrate s'était exprimé une fois (une photo en faisait foi ainsi qu'une ligne dans ses mémoires) en Californie, tout comme d'ailleurs en 1989 son camarade de l'Internationale socialiste Michel Rocard mort l'an dernier, devant les membres du Bohemian Club ou Bohemian Grove (le Bosquet bohémien).

L'accusation reflétait un débat virulent qui existe aux Etats-Unis depuis des années sur le statut et les pratiques de ce que le Huffington Post en 2008 présente comme une "colonie de vacances" d'hommes politiques et hommes d'affaire (2235 à l'époque) en général plutôt classé à droite voire très à droite (Nixon, Reagan, Kissinger, Colin Powell, Cheney, les Bush en ont fait partie).

Dans l'identité de ce club d'élite créé en 1872 où aucune femme n'est admise, la nudité occupe une place de choix : interrogé à ce sujet par un provocateur, l'ex-président démocrate Bill Clinton avait répondu devant les caméras de CNN en riant : "Le Bohemian Club ? C'est là où ces riches républicains vont et se tiennent nus contre des séquoias, n'est-ce pas ? Je n'y ai jamais été mais vous devriez y aller ça vous ferait du bien c'est de l'air pur" (That’s where all those rich Republicans go up and stand naked against redwood trees, right?"). Selon le Washington Times du 11 juin 1993, David Gergen, conseiller de Clinton avait démissionné du Bohemian Club trois jours après avoir déclaré qu'il n'irait pas "courir nu" à la réunion annuelle du Bohemian Grove (il avait aussi démissionné par la même occasion de 17 autres groupes d'intérêt dont la Commission Trilatérale et la Very Special Arts Foundation".

Depuis une quinzaine d'années à l'imagerie bucolique d'une nudité virile en pleine nature qui était associée à ce club s'est ajoutée celle des sacrifices humains à cause d'une cérémonie bizarre qui y est célébrée de nuit l'été, la "Cremation of care" (la crémation des préoccupations).

Alex Jones a infiltré le club en juillet 2000 et a assisté au rituel de "Cremation of Care" célébré par trente prêtres en robe noire devant une statue de 15 mètres à tête de chouette. Il atteste (avec une vidéo à l'appui mais dans laquelle on ne voit pas grand chose à part les commentaires qui sont imposés au spectateur, en tout cas pour la partie accessible sur le Net) qu'au moment de la crémation de l'effigie d'un corps (avec un doute, selon Jones, sur le fait que c'est une effigie !), il y a des incantations aux morts "ceux qui sont morts à Grove dans le passé que leurs esprits réapparaissent et soient ramenés ici" et des odes à Tyr et à Babylone. Pour Jones c'est un culte au dieu-chouette cananéen Molech.

Toute une littérature conspirationniste s'est emparée du sujet pour accuser les politiciens et hommes d'affaire de se livrer à des messes noires lucifériennes. Des photos ont été retrouvées qui sont censées montrées (mais se rapportent-elles bien au Bohemian Club ?) que le club en 1909 et 1915 mettait en scène des parodies de sacrifices humains.

Pour l'analyste de gauche Alexander Cockburn ce n'était qu'un rituel local de renouveau remis au goût du jour dans les années 1900 par George Sterling, poète californien et membre du cercle, auteur du "Triomphe de la Bohême" (la Bohême parisienne avait du succès aux Etats-Unis à l'époque). Avant Alex Jones, en 1989, Philip Weiss de Spy magazine avait infiltré le club. Sa vision de la "Cremation of care" était à ce moment-là bien moins alarmiste que celle qui s'est imposée dans les années 2000. Il s'agissait pour lui seulement d'un divertissement pour mettre les membres du club à l'aise et se destresser. Il notait à l'époque que la principale critique que cette cérémonie suscitait était qu'elle pouvait signifier qu'on brûlait toute forme de "care" (de souci) pour le monde extérieur. Dans la narration de Weiss les prêtres n'avaient pas des robes noires (peut-être le rituel a--il changé depuis lors). Aucune référence à Babylone ou Tyr qui auraient mis sur le la piste d'un dieu cananéen. Weiss identifiait plutôt des réminiscences "de rituels druidiques, de liturgie médiévale, de Livre de la Prière commune (Book of Common Prayer), de théâtre shakespearien et de rites des loges américaines du 19e siècle". On est assez loin du satanisme, même si d'un point de vue chrétien littéraliste tout cela peut revenir au même...

Le chroniqueur de droite Rush Limbaugh qui a aussi parlé chez eux, aujourd'hui encore assure qu'il s'agit simplement d'un "truc social" (social thing) où les gens vivent de façon rustique au bord de la "Russian river" qui n'a rien à voir avec des cérémonies occultes. Alors rituels purement récréatifs ou incantations lucifériennes ? Le débat sur ce point reste en tout cas vif, sur Internet notamment, avec souvent des surenchères dans les accusations (par exemple sur les meurtres d'enfants). Des polémiques très révélatrices de notre époque, et qui entrent en résonance avec beaucoup d'autres semblables (comme celles du "Spirit cooking" d'Hillary Clinton avec l'artiste serbe Marina Abramovic elle aussi très liée au thème de la nudité, des rapports de la monarchie anglaise ou de Hollywood avec les Illuminati etc)...

Lire la suite

Nue à Jérusalem

16 Juin 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur au P.O. et au Maghreb, #Anthropologie du corps

Cela s'est passé le dimanche 11 juin dernier. Une femme de 23 ans a marché nue près du Mur des Lamentations (le Mur occidental, place du Kotel, dans la section des femmes, elle se dirigeait vers la section des hommes sans rien dire). La police a jugé qu'elle était mentalement malade et l'a raccompagnée chez son père après un bref interrogatoire.

Sur les réseaux sociaux, l'opinion se divise entre ceux qui ont jugé son geste affreux car il s'agit d'un blasphème et ceux qui le trouvent normal car selon eux Dieu n'aurait rien contre la nudité...

En 2011 Tunick Spencer avait renoncé à photographier une installation au Kotel et s'était replié sur la Mer rouge. Même la dénudation des épaules y est interdite.

Le diagnostic de maladie mentale (dont il n'est pas certain dans cette affaire qu'il soit établi par un médecin) avait été aussi retenu en octobre 2015 contre la jeune femme qui avait été vue nue un soir au bord de la D 936 près de Jasseron (dans l'Ain), puis avait expliqué aux gendarmes qu’elle avait pratiqué « un rituel franc-maçon afin de faire le point ». Mais dans ce cas il y avait eu hospitalisation d'office.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>