Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre Dame de la Charité du Cuivre

20 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Notre Dame de la Charité du Cuivre

Dans mon livre autobiographique j'ai rappelé qu'un de mes ancêtres avait servi comme volontaire dans la guerre de Cuba. A l'heure où le pape à Cuba rend hommage à Notre Dame de la Charité du Cuivre, je lis ceci dans "La Croix Supplément" du jeudi 13 juillet 1899, à propos des brigandages commis par d'anciens guerilleros espagnols vaincus (des "reconcentrados") :

"Le fait qui a le plus surexcité l'émotion générale est la violation du sanctuaire de Notre Dame de la Caridad del Cobre (littéralement Notre Dame de la Charié du Cuivre), très vénéré à Cuba et en particulier à Santiago de Cuba où il est situé. La statue de la Vierge et de l'Enfant Jésus est un souvenir des premiers temps de la découverte de Cuba par Christophe Colomb et ses compagnons. Parmi ces derniers se trouvait un capitaine célèbre par ses exploits et ses audaces, Alfonso de Ojeda. Il avait une grande dévotion pour la Sainte Vierge et portait toujours sur lui son image, à laquelle il attribuait l'invulnérabilité dont il semblait jouir dans les combats.

Pour reconnaître l'hospitalité d'un cacique, il lui fit don d'un grand médaillon en cuivre représentant la Sainte-Vierge et l'Enfant jésus, et ce cacique sentit pris d'une si grande vénération pour cette image qu'il la plaça dans un ermitage que, de concert avec Ojeda, il éleva, et qui fut le premier sanctuaire de l'île de Cuba. Il disparut, on ne sait à quelle époque, mais, en 1628, deux Indiens trouvèrent flottant dans la baie de Nipe un cadre en bois contenant une plaque de cuivre où étaient figurés la Vierge et l'Enfant avec cette inscription : "Je suis la Vierge de la Charité".

On supposa que c'était l'image donnée par Ojeda au cacique un siècle auparavant, et on la plaça dans un chapelle, où elle fut longtemps vénérée. C'est d'après cette image qui a disparu qu'on modela la statue actuelle de Notre Dame de la Caridad del Cobre. Souvenir d'une époque héroïque, elle a toujours été vénérée avec une dévotion qui, malheureusement, ne s'est pas traduite seulement par des prières. Une piété trop démonstrative l'avait ornée de riches bijoux, d'or, de pierreries, de dentelles, dont on estime la valeur à 125 000 francs. Riche proie offerte à la tentation des voleurs.

Un matin, on s'aperçut que la tête de la Vierge et celle de l'Enfant Jésus avaient été enlevées pendant la nuit, avec toutes les richesses qu'elles portaient. Ce vol sacrilège porta au comble l'indignation des fidèles. On n'est pas parvenu à mettre la main sur les voleurs ; mais, heureusement, ce qui est plus important, on trouvé abandonné en divers endroits la plupart des bijoux soustraits, et, dans un champ près du sanctuaire, la tête de la Vierge. On n'a pu encore rentrer en possession de celle de l'Enfant Jésus. Evidemment l'impossibilité de se défaire des objets volés a forcé les malfaiteurs à en abandonner la plus grande partie.

La cérémonie pour la réparation du sacrilège eut lieu en présence d'un concours énorme de fidèles.

Ces choses-là n'arrivent pas qu'à Cuba : les églises de France ont été trop souvent victimes de pareils larcins.

Mais ce qui est plus spécial à Cuba c'est l'existence de bandes armées qui terrorisent les campagnes, c'est aussi les vengeances exercées contre les résidents espagnols" (la lettre du correspondant de La Croix est datée du 27 juin 1899).

Près d'un siècle plus tard Etudes de décembre 1988 (p. 597) faisait état de l'importance du pèlerinage au sanctuaire national de Notre Dame du Cuivre dans le Sud de Cuba à Santiago où se rendaient des milliers de personnes, ce qui étonnait la hiérarchie catholique elle-même.

Le 17 septembre dernier le journal Granma précisait que c'étaient deux enfants noirs et un enfant indien qui avaient trouvé l'image, transférée à Saint-Jacques des Prés (El Cobre) par le père franciscain Francisco Bonilla, puis à l'ermitage Cerro de Cardenillo où des descendants d'affranchis angolais lui édifièrent un sanctuaire. Le récit de Granma est très différent de celui de La Croix évidemment, insistant plus sur la créolité de la Vierge et son rôle dans la formation du sentiment national cubain. Le souvenir de Ojeda notamment, découvreur du Venezuela, passe totalement à la trappe.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article