Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tribune de Genève : C. Colera sur la fin du nu dans Playboy

18 Octobre 2015 , Rédigé par CC

Tribune de Genève : C. Colera sur la fin du nu dans Playboy

J'ai donné une interview à la Tribune de Genève (TDG) sur cette "actu" très virale...

L'article de la TDG est ici.

Le texte de ce que j'ai dit dans l'interview ici :

"En gros cette disparition de la nudité est selon moi le résultat d'une économie de marché qui segmente les activités humaines et les comportements.

Playboy se trouvait ghettoïsé dans le domaine de l'exposition de la nudité. Cela le coïnçait sur un marché où il était directement en concurrence avec la pornographie gratuite, ce qui n'était pas commercialement porteur, et cela le privait d'une diffusion sur des réseaux sociaux comme Fabebook (qui, du fait du souci de respectabilité doit avant tout respecter les minorités agissantes anti-nudité).

En outre, il y a une tendance à bannir la nudité féminine de la presse généraliste. Le Sun en Grande Bretagne cet été avait renoncé à sa page de femme nue, et Lui en France a aussi rhabillé ses modèles. La nudité dans la presse généraliste (Interviu en Espagne par exemple) était présentée comme une conquête de la liberté sexuelle dans les années 60-70, mais a fini par avoir une connotation machiste comme pour la publicité dans les années 2000. Le marketing de presse estime que pour "rajeunir" l'image il faut rhabiller les modèles, quitte à ce qu'elles prennent des poses tout aussi suggestives que lorsqu'elles sont nues.

C'est aussi un moyen de se protéger officiellement des attaques de certains groupes féministes. Cette ringardisation du nu est paradoxale alors que les jeunes pratiquent de plus en plus la nudité sur les réseaux sociaux, dans la vie domestique (en Angleterre, en France) et dans les milieux naturistes (en France) et accordent souvent à la nudité une valeur positive. On peut se demander s'il ne s'agit pas au fond de céder aux injonctions de minorités (féministes, religieuses intégristes etc)

On peut se demander aussi si la décision de Playboy n'annonce pas la disparition de la presse de charme comme "zone grise" entre la pornographie
et la presse généraliste."

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

malaga 24/10/2015 10:21

Les réseaux sociaux (FB surtout) sont devenus le loisir préféré des gens (selon des statistiques entendues à la tv il y a quelques temps, FB est une priorité par rapport au sexe) ce qui entraîne la disparition progressive de la nudité dans la presse papier. Presse papier qui elle-même est sans doute amenée à disparaître. C'est l'ère du numérique. Play boy en est victime. C'est la loi du marché.