Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviewé par le magazine "Stylist"

12 Septembre 2016 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité", #Nudité-Pudeur en Europe

Interviewé par le magazine "Stylist"

Suite à la présence de l'APNEL (Association pour la Promotion du Naturisme En Liberté) à la Fête de l'Humanité ce weekend, j'ai été interviewé aujourd'hui à propos de la nudité urbaine par Sandie Dubois de l'hebdomadaire gratuit Stylist pour leur newsletter quotidienne. Cela a donné lieu à l'article accessible ici. Voici ce que j'avais répondu :

- Le naturisme en milieu urbain est-il une utopie ? Peut-on imaginer qu’un jour il y aura des zones naturistes en ville comme c’est le cas à la plage ?

- C'est un rêve qui a été cultivé depuis longtemps par des milieux d'artistes et de gens lettrés comme le sanatorium Monte Verità près d’Ascona en Suisse au début du XXe siècle, mais qui se heurte à beaucoup d'obstacles pratiques, car tout le monde n'est pas à l'aise avec sa propre nudité ni avec la nudité d'autrui, comme l'ont encore montré un sondage IFOP-TENA de 2009, ou encore l'agression dont ont fait l'objet deux femmes à Toulon il y a dix jours parce qu'elles étaient en tenue de sport. Le corps d'autrui suscite des sentiments contrastés, d'acceptation, de désir ou de rejet. Aujourd'hui, même les gens qui louent des appartements ou des maisons sur des bords de mers réservés aux naturistes hésitent à se rendre à la limite de la zone de peur d'affronter le regard désapprobateur des "textiles". On ne voit pas bien comment en zone urbaine des espaces pourraient être aménagés pour que les naturistes échappent au regard de ceux qui ne sont pas tolérants à l'égard de la nudité. Certains font valoir que le fait d'habituer les adversaires de la nudité à la vue du corps d'autrui dans la rue sans habit, finira par venir à bout de l'intolérance, à force de dialogue et de respect mutuel. Mais c'est un pari risqué, qui peut aussi faire le jeu des extrêmes s'il échoue...

- Avec les problématiques liées au réchauffement climatique, la nudité en espace public (dans la rue, au travail) pourra-t-elle se normaliser ?

- Jusqu'ici l'acceptation de la nudité n'a pas toujours été corrélée à la chaleur. La nudité publique a été particulièrement ancrée dans la culture allemande au XXe siècle (même si elle y est un peu moins en vogue aujourd'hui) alors qu'elle restait très impopulaire dans les pays latins. La dénudation des corps reste un fantasme de pays froids : qu'on songe par exemple à la campagne de photos sur les réseaux sociaux des jeunes de Biélorussie qui travaillaient nus au bureau en juin dernier . Bien sûr, maintenant qu'en Europe une plus grande tolérance entoure la mise à nu des organes sexuels, beaucoup trouvent un intérêt "fonctionnel" à ne plus s'encombrer de vêtements quand les températures montent, et c'est aussi là dessus que misent des agences de voyages pour des escapades "naturistes" vers les pays chauds. Pour l'instant ça se manifeste surtout dans l'espace privé : beaucoup de gens dorment nus, regardent la TV nus, 40 % des hommes britanniques et 27 % des femmes avouaient être nus quand ils parlaient au téléphone chez eux il y a 10 ans. Peut-être la persistance du réchauffement incitera-t-elle les gens à déborder l'espace de leur domicile pour aller dans des restaurants, des piscines, des salons de massage (où c'est déjà largement le cas) nus ... mais sous réserve de la possibilité d'un réel dialogue avec les anti-nudité, comme on le disait précédemment...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article