Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sainte Marguerite de Cortone

31 Juillet 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Pythagore-Isis, #Christianisme

Je m'intéresse en ce moment à Sainte Marguerite de Cortone, une mystique italienne autrement plus "hardcore" que ce qu'en dit le père séraphique de Tijuana dans la vidéo ci-dessous. Je commence par la biographie écrite par le père capucin angevin Léopold de Chérancé à la fin du 19e siècle et qui est l'équivalent pour la sainte du travail effectué au même moment par Huysmans sur Ste Lydwine (une mise en ordre chronologique des récits de son confesseur). En plein scientisme triomphant, le P. de Chérancé, qui ne cachait pas ses idées réactionnaires, ne rejette rien de l'hagiographie médiévale, pas même les scènes des attaques du démon contre la sainte en lançant aux sceptiques en gros "les scientifiques ont dû en rabattre devant les tables tournantes et le troisième oeil des médiums, donc je suis fondé à y croire".

Le livre baigne dans la suave spiritualité franciscaine du 13e siècle qu'on trouvait déjà un demi-siècle plus tôt dans la vie d'Elisabeth de Hongrie de Montalembert. Les analogies avec Marie-Madeleine (et la Sainte Baume provençale souvent citée, mais il est vrai que les Angevins lui sont historiquement liés) sont évidemment légion. Pourtant Marguerite ne fut pas prostituée (il y a pourtant songé) mais juste en union libre avec un gentilhomme toscan (mais cette union, qu'elle fût romantique ou forcée, portait en elle une confiance idiote dans les biens de ce monde, et un sens orgueilleux de la révolte individuelle que Dieu ne pouvait manquer de sanctionner selon la loi de sa justice). Point aveugle du livre : il ignore le fils illégitime né de cette idylle. Est-ce délibéré ?

L'ascétisme pénitent radical de cette belle femme après la mort de son amant interroge notre époque. La plupart des chrétiens eux-mêmes aujourd'hui n'y adhèreraient point, de même qu'à sa fascination pour les plaies de Jésus (qui a son pendant chez St Antoine de Padoue, et St Bonaventure et qui annonce la mystique du Sacré-Coeur du 17e s). Tout cela ressemble à un message crypté dont on voudrait avoir le code, non pas intellectuellement mais sensoriellement. Peut-être parmi les plus récentes mystiques Marthe Robin et Thérèse Neumann l'ont-elles eu ?

La remise en perspective historique de la vie et de l'oeuvre de la sainte est remarquable (au regard de l'écartèlement de l'Italie, des Croisades, des crises de l'Ordre des frères mineurs), et le ton est toujours parfaitement fidèle à l'esprit catholique classique (à la différence des commentateurs actuels). C'est donc très instructif, et il est dommage que la fiche Wikipedia ne reprenne presque rien des informations qu'on trouve dans ce livre. Mauriac a passé les derniers mois de l'Occupation à travailler sur Ste Marguerite de Cortone. Je serais curieux de savoir ce qu'il en a dit...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article