Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Trois mentions de mes travaux dans la presse cette semaine

30 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité"

Dans Femme actuelle une mention brève d'une interview que j'ai accordée en rapport avec mon livre.

Une mention plus longue de mon livre avec de larges extraits sur deux pages de l'interview que j'ai accordée à Katia de la Ballina dans le magazine TV Grandes chaines. Des citations aussi sur plusieurs pages dans le Madame Figaro (en date du 31 octobre) de mes réactions à un sondage sur le regard des hommes sur les femmes.

Normalement un compte rendu d'interview de moi devrait aussi paraître dans la presse suédoise prochainement.
Lire la suite

Nudité et luttes sociales

24 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Généralités Nudité et Pudeur

Comme je récapitulais les usages du corps dans les luttes sociales ces derniers temps, je suis retombé sur cette photo de deux femmes arborant les slogans "le MEDEF m'encule/la CFDT lubrifie", qui m'a été adressée par un ami en 2005 lequel l'avait reçue d'un certain Eric Mouron de Lutte ouvrière le 16 février 2005. On peut supposer que cette photo a été prise à la fête de ce parti en 2004, mais je n'en suis pas certain. Quiconque a des éléments sur l'histoire de cette photo pour que je puisse la resituer dans son contexte est prié de bien vouloir me contacter via ce blog (lien email en bas de page rubrique "contact"). D'avance merci ! D'une manière générale si vous avez des exemples d'utilisation de la nudité partielle ou totale dans des revendications sociales (des utilisations qui n'auraient pas été très médiatisées, je suppose que cela peut exister) n'hésitez pas à m'en parler.

 

Post scriptum du 29 avril 2014 : Pascal Larderet directeur de la compagnie Cacahuète, m'écrit : "La photo du Medef m'encule c'est nous la compagnie Cacahuete qui l'avons faite en 2003 premier jour de la grêve des intermittents à Sotteville les Rouen pour le festival Viva Cité. La carte postale est une photo de notre photographe Lucie B."

Lire la suite

Nord-Sud

24 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

J'étais interviewé hier par deux journalistes qui m'ont amené à examiner des questions relatives à des endroits très différents de notre planète.

A 14 h Lila Perlot, pour la revue Belle Magazine, basée à Saint Denis de la Réunion, m'interrogeait sur la contradiction apparente entre la façon de s'habiller sexy des filles insulaires et leurs très fort tabou autour de la nudité (et plus généralement des choses du sexe) - un tabou qui est d'ailleurs aussi beaucoup plus répandu qu'il n'y paraît en métropole notamment dans les classes populaires comme le montre le dernier sondage Ifop-Tena d'avril 2009 sur cette question.

A 16 h je répondais aux questions d'Anja Sahlberg pour la revue suédoise Magazine VI. Là les questions portaient davantage sur l'utilisation de la nudité au service de revendications politiques. Ce phénomène paraissait très typiquement français à la journaliste.

 

Dans le cas de la Réunion j'ai insisté sur l'influence possible du souvenir de l'esclavage (comme pour les Antilles). Pour la Suède, j'ai souligné que ce n'était pas une particularité si française que ça (notamment sur le front du rapport de la nudité à la revendication écologiste, attesté dans le monde anglo-saxon, en Espagne, mais aussi sur le front de a revendication sociale où le lien nudité-condition ouvrière, établi par le film The Full Monthy en 1997 en Angleterre, sretrouve aussi par exemple dans une manifestation des salariés de Petrobras au Brésil en 2007). Mais il est vrai que l'idée "viendrait moins" à l'esprit de militants allemands ou suédois renvoie peut-être au rapport culturel à la naturalité du corps nu dans ces pays depuis un siècle. (en France le travail de construction d'une image de la nature comme milieu protecteur pour un homme nu est assez étranger à notre culture, la nudité reste pensée dans le cadre de la civilisation urbaine comme un moyen d'agir sur l'imaginaire d'autrui plus qeu comme un moyen de vivre pleinement une symbiose avec la nature). Tout en brossant un large tableau des rapports à la nudité et de ses motivations naturelles et culturelles, j'ai insisté sur le fait que le sociologue ne peut jamais connaître précisément la ou les causes d'un comportement dont les individus eux-même peinent à s'expliquer les raisons, ce qui invite à développer des hypothèses par faisceau d'indices.

Ces interviews m'obligent à affiner ma vision du rapport de la nudité à chaque contexte social, là où monlivre avait surtout cherché à saisir et catégoriser des constantes anthropologiques "globales".

Lire la suite

Nudité et pudeur à la Réunion

23 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Une journaliste de La Réunion me demande : "Les femmes réunionnaises sont souvent habillées très sexy, mais, par exemple, ne montrent jamais leurs seins à la plage, contrairement aux métropolitaines, ne se dénudent pas devant leurs enfants... qu'en pensez vous ? "

Je me souviens qu'une amie métisse de La Réunion associait sa pudeur au souvenir de l'esclavage. A l'île Maurice voisine les femmes se baignent en sari.

José Morel Cinq-Mars, psychanalyste de PMI, a publié sa thèse sous le titre "Quand la pudeur prend corps" aux PUF en 2002 dans laquelle elle soulignait la demande de pudeur des enfants qu'elle rattache à unbesoin de se dissocier du corps de la mère. La pudeur, pour elle, est un outil au service de la personne, comme un voile. On peut trouver ici les débats de psy sur la question de savoir s'il faut continuer à avancer dans l'exhibition de la sexualité (dans le cadre dela "self pride") ou réhabiliter la pudeur. Pour ma part je défends une approche anthropologique neutre, a-normative.

Jean-Claude Kaufmann dans Corps de femmes, regards d’hommes sur les seins nus à la plage notait que cette pratique s’inscrivait dans une idéologie de l’autonomie (le conjoint n’a pas son mot à dire) et du corps propre. Elle nécessitait une technique du regard pour développer cette faculté aristocratique du « détachement du regard » (Bourdieu), du « voir sans voir » comme à la RenaissanceLe sentiment de gêne à se montrer peut provenir tant de la mémoire individuelle que notre cerveau accumule insconsciemment que de notre mémoire sociale. Il notait que la gêne peut provenir soit de l’histoire personnelle du corps, soit d’une difficulté à choisir son rôle. L’aisance chez la femme se crée au terme d’un dialogue constant avec la plage. Une gêne peut être compensée par un surplus de beauté. Une laideur doit être compensée à un prix généralement très élevé. Curieusement les femmes des milieux populaires ont souvent plus d’aisance que les intellectuelles et les bourgeoises, alors que celles-ci ont été les premières à lancer la mode (dans les interviews, les intellectuelles, très locaces sur la liberté du corps, remettent leur haut pour répondre à l’enquêteur). Les classes supérieures sont moins spontanément ajustées à la pratique du sein nu du moins pour ce qui est de la désinvolture. Cela semble fonctionner à l'inverse dans les DOM-TOM (que Kaufmann n'examine pas)

Les critères de la pudeur dans un pays marqué par l'esclavage devraient être étudiés en profondeur. Par ailleurs (mais ça n'a presque tien à voir) je me demande aussi si l'érythème pudique est analysé en psychologie évolutionniste.



Lire la suite

A propos d'une remarque de Ferrari et Nancy

21 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Federico Ferrari et Jean-Luc Nancy écrivent dans NUs sommes p. 98 : "La nudité, c'est exactement cette sortie de soi qui donne corps au corps. Et c'est donc également l'expérience d'un devenir-sujet, mais un sujet sans visage". Cela me rappelle cette expression que je cite dans mon livre très maladroite (mais que reprenait Florence Montreynaud en 2001, signe de l'éta d'esprit de cette frange du féminisme) de « tchador inversé » (c'est-à-dire d’un corps anonyme dont tout serait dévoilé sauf les yeux) inventée par Marie Donzel à propos du nu publicitaire.

Or je ne suis pas du tout convaincu que la nudité gomme les yeux ou le visage. Récemment devant la nudité de Mathieu Amalric dans Les derniers jours du monde, je m'étais même fait la réflexion opposée : la nudité révèle l'animalité de l'humain, mais une animalité qui conserve toute sa subjectivité et toute sa complexité, notamment au niveau de l'expression du visage, ce qui la rend d'autant plus fascinante.

Mais il est vrai que la remarque de Ferrari et Nancy se fonde sur une photo sans visage, c'est-à-dire une façon particulière d'esthétiser (en l'anonymisant) le nu.
Lire la suite

Origines de la musique / Evolution actuelle de l'humain

21 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Lu dans la presse :

"Investigators at the Max Planck Institute for Biological Cybernetics in Tübingen, Germany, scanned monkey brains while the rhesus macaques listened to either drumming or monkey calls. They found overlapping networks activated in the temporal lobe, which in humans is key to processing meaning in both speech and vision.


"Monkeys respond to drumming sounds as they would to vocalizations," researcher Christoph Kayser, a neuroscientist at the Max Planck Institute for Biological Cybernetics in Tübingen, Germany, told LiveScience. "Hence, drumming originated as a form of expression or communication, possibly in an ancestral species common to apes and old-world monkeys, early during primate evolution."

(...)

The researchers suggest primate drumming might represent a precursor of musical abilities in humans.


The fact that vocal and nonvocal communication have common origins in the brain in monkeys could support the notion that both co-evolved "to support the human faculties of language and music," he added. "This also provides evolutionary support for the gestural theory of communication, which proposes that human speech and language developed from gestures and hand actions. We provide the functional link between gestural communication and vocal communication by identifying brain areas activated by sounds associated with gestures and vocalizations." " le reste de l'article est ici.

" Shorter, heavier women tended to have more children, on average, than taller, lighter ones. Women with lower blood pressure and lower cholesterol levels likewise reared more children, and – not surprisingly – so did women who had their first child at a younger age or who entered menopause later. Strikingly, these traits were passed on to their daughters, who in turn also had more children.


If these trends continue for 10 generations, Stearns calculates, the average woman in 2409 will be 2 centimetres shorter and 1 kilogram heavier than she is today." (le reste de l'article est ici)

" The guesswork becomes even murkier when it comes to figuring out why genetic coding linked to redheadedness and lighter skin color is becoming more prevalent among Asians. "Our species is evolving like crazy in pigmentation in different ways in different populations, presumably because of the same underlying selection pressures," Hawks said.


Hawks doesn't think the vitamin D factor alone can explain why skin color is being affected by natural selection. Some theorists, including Charles Darwin himself, have suggested that sexual selection may be at work - that having lighter skin somehow improves an individual's reproductive prospects. But in this more evolved age, voicing that kind of view can make your typical researcher sound like a Neanderthal." (suite de l'article ici et son blog ici)

 

Lire la suite

Le dernier bouquin de Julien Servois

17 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Je vous en reparlerai. J'en prépare la recension dans Parutions.com, mais disons le dès maintenant : c'est un très bel ouvrage.Il s'appelle "Le cinéma pornographique". II va droit au but : il attaque le féminisme radical de Dworkin et McKinnon, le "bataillisme" de Mazano (première fois que je vois la prêtresse Marzano rangée sous cette étiquette, qui est assez juste). Un livre très bien informé, très érudit, et percutant, dans la meilleure tradition des publications de Vrin. J'y reviendrai.
Lire la suite

Séance de dédicaces à la librairie "Les Lettres du Temps" (Paris)

14 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires

Séance de dédicaces à la librairie "Les Lettres du Temps" (Paris)

 

Christophe Colera dédicacera divers ouvrages dont « La nudité pratiques et significations » et son dernier livre « Incursion en classes lettrées » (Editions du Cygne)

à la Librairie "Les Lettres du Temps", 19, rue Campo Formio, 75013 Paris (métro Campo Formio ou Nationale)

le jeudi 19 novembre 2009 à partir de 18 h 30

Venez nombreux et faites circuler l'info !

Lire la suite

Interview de C. Colera dans Technikart

5 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité"

Le magazine Technikart dans son numéro daté d'octobre 2009 vient de publier une interview de moi. En voici la version "écourtée" accessible dans la version papier, et en dessous la version originale avant la petite réduction effectuée pour adapter le texte au format de la revue (interview réalisée par Nicolas Santolaria le 17 septembre 2009) :

---------------------------------------


Les scènes de nus sous la douche dans l’émission « Secret Story » ont fait scandale, comment analysez-vous ce phénomène ?

 
Il semble que ce soit une particularité française, puisque dans des équivalents de Secret Story, en Allemagne par exemple, la nudité n’a pas choqué. La douche collective pose des tas de questions compliquées, autour non seulement de la vision des organes génitaux sans copulation immédiate, mais aussi du partage de la crasse envisagée comme une pratique « collectiviste » proche de celle des ouvriers d’usines ou des mineurs de fond. Ce lien nudité-saleté commence d’ailleurs à être étudié aux Etats-Unis.
 

Cette mise à nu volontaire, est-ce un moyen de reprendre le contrôle face au dispositif voyeuriste imposé par la télé-réalité ?

 
C’est possible. C’est ce que j’appelle la « nudité affirmation », la présence du corps nu venant imposer ou subvertir un ordre. Mais on peut soutenir aussi qu’en recrutant des candidats susceptibles de ce genre de transgression, le dispositif voyeur recèle en lui-même cette « poussée aux extrêmes ». La personne qui se met nue dit la vérité ultime du dispositif, tout en protégeant ses concepteurs qui peuvent crier au dérapage imprévu.
 

Que pensez vous de l’émission « Belle toute nue » qui met en scène une sorte de « nudito-thérapie » ?

 
La fragilisation des individus dans un système consumériste très mouvant engendre un besoin de représentation idéale de la nudité qui rejette à ses marges la saleté, la vieillesse, la mort. L’idée sous-jacente de Belle toute nue est que le système peut remédier aux dysfonctionnements qu’il engendre. Mais en prétendant effacer un complexe issu d’une norme, on rappelle de ce fait le pouvoir de la norme elle-même, et donc on le renforce subrepticement. C’est le paradoxe du déni. Il est probable en tout cas que la soumission croissante (et symétrique) des mâles au diktat de l’apparence conduise à faire un « Beau tout nu » dans quelques années.

Entretien N.S.

-------------------------------------------------------------

Voici la version avant la mise au format de Technikart (interview réalisée le 17 septembre 2009) :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 - Les scènes de nus sous la douche dans l’émission Secret Story ont fait scandale, comment analysez-vous ce phénomène ? C’est tout de même étonnant que quelques corps nus choquent et fascinent autant alors que l’émission est toute entière basée sur la notion de dévoilement impudique, des affects notamment…

-          Il semble que ce soit une particularité française, puisque dans des équivalents de Secret Story, en Allemagne par exemple, la nudité d’une fille sur la douche apparemment n’a pas choqué (et n’a pas été dissimulée par des rectangles noirs). Cela dit, même dans les pays du Nord de l’Europe où la nudité est censée être « plus libre », elle est toujours plus problématique qu’on ne le croit. D’abord il y a toujours des lieux spécifiques : et dans une émission où tout le monde garde des sous-vêtements sous la douche, celle-ci perd son statut de lieu de nudité légitime, ou disons que cela devient plus problématique. Et puis il y a tout un contexte social dont la nudité dépend : le renouveau des lobbys religieux, le thème de la protection de l’enfance, le refus de la femme-objet. Pour des tas de raisons, la société complique notre rapport au corps d’autrui, et au même moment le besoin de corporéité s’affirme de plus en plus.

       
- Cette mise à nu volontaire de candidats enfermés peut elle être mise en lien avec votre théorie du « nu-affirmation » ? Est-ce un moyen de reprendre le contrôle face au dispositif voyeuriste imposé par la télé-réalité, en le prenant d’une certaine manière à son propre jeu ?


         
- C’est possible. Il faudrait interroger les motivations de la fille, Cyndi, qui a décidé d’ « enlever le haut et le bas », à supposer qu’elle en soit consciente. Il est fréquent, depuis les origines du vêtement, que des hommes et des femmes jouent de l’effet de puissance de la présence de leur corps nu pour imposer ou subvertir un ordre. C’est ce que j’ai appelé la nudité « affirmation ». Mais on peut soutenir aussi que le dispositif voyeur recèle en lui-même cette « poussée aux extrêmes ». Car après tout périodiquement l’émission met un point d’honneur à recruter une fille qu’on sait susceptible de ce genre de transgression (comme Loana dans la première  saison du Loft). Cette personne qui joue le rôle ambigu de l’héroïne courageuse et de la « pauvre fille » (parce que c’est plus souvent une fille) « trash », dit la vérité ultime du dispositif, tout en protégeant ses concepteurs qui peuvent crier au dérapage imprévu.

-          
- Est-ce que le côté choquant du cocktail nudité+douche+enfermement n’est pas lié finalement à un parallèle inconscient avec les camps de concentration planant sur l’imaginaire de cette émission…

-          - Il est possible en effet que cet arrière-plan historique, qui est très présent dans l’imaginaire collectif occidental depuis 25 ans, conditionne le regard. Le regard sur la nudité n’est jamais vierge de ce genre d’arrière-plan. Mais d’une manière plus générale la douche collective pose des tas de questions compliquées, autour non seulement de la vision des organes génitaux sans copulation immédiate, mais aussi du partage de la crasse (le lien nudité-saleté commence à être étudié aux Etats-Unis). C’est une pratique « collectiviste » d’ouvriers dans les usines, de mineurs de fond, de militaires, de prisonniers, qui heurte la vision individualiste du spectateur moyen. Le port du maillot de bain ou des sous-vêtements sous la douche rappelle que dans Secret Story ce n’est qu’un jeu. On « joue seulement » à bousculer l’individualisme.

-          >
> - Que pensez vous de l’émission Belle toute nue diffusée sur M6 qui met en scène une sorte de « nudito-thérapie » où des candidates complexées sont invitées progressivement à se dévêtir devant l’objectif d’un photographe de mode avant de voir leur image affichée en 4X3 dans les rues de Paris ?
 

-          - L’image joue sur le fait qu’en raison du redressement du squelette des hominidés, les corps des femelles des espèces de notre genre(homo ergaster, homo erectus, neandertalis, sapiens) fonctionnent comme des signaux sexuels en susbtitution de la vulve devenue invisible. Cela crée une grande inégalité entre les corps féminins, inégalité accrue dans un système de consommation contemporain où le corps, le désir, la séduction occupent une place centrale. Il est possible que l’émission cherche à édulcorer les effets systémiques de frustation ainsi provoqués. Sans doute le spectateur peut-il y voir la promesse de la fin de la course à la taille idéale, aux seins idéaux, imposée à tous. L’idée sous-jacente est que le système de consommation peut remédier aux dysfonctionnements qu’il engendre en utilisant ses propres ressources – en l’occurrence le relooking. Mais en prétendant effacer un complexe issy d’une norme, on rappelle de ce fait le pouvoir de la norme elle-même, et donc on le renforce subrepticement. C’est le paradoxe du déni. Il est probable en tout cas que la soumission croissante (et symétrique) des mâles au diktat de l’apparence conduise à faire un « Beau tout nu » dans quelques années.

-          
- On a l'impression que le nu, qui semblait plus évident dans les années 70, redevient une conquête, presque un tabou...
 

-          - Même dans les années 1970, le nu n’était « éviden »t que dans des espaces et des milieux bien précis. Mais il avait pour lui d’être associé à une notion de progrès humain, de libération, dans une société qui croyait encore  à la possibilité d’un « sens de l’Histoire ». Bizarrement, privé de cet horizon de conquête, le nu devient aujourd’hui plus associé à des notions de conservation : conservation de la liberté individuelle face à des « big brothers » insaisissables, survie de l’espèce dans un rapport à l’environnement menacé (comme dans le slogan « better nude than nuke » ou dans le film récent « Les derniers jours du monde »). Or, en tant qu’expression de ce nouveau conservatisme, il est en concurrence avec des systèmes de représentation qui eux aussi prétendent conserver les individus et l’espèce, mais sur un mode plus répressif. Et tous les inconvénients de la nudité ressurgissent (y compris les effets de violence symbolique et physique comme pour ces adolescentes forcées à se déshabiller devant leur webcam) sans pour autant que le « besoin de nudité » ne disparaisse, bien au contraire.

-           
- Il semble qu’il existe une nudité autorisée (celle de la pub notamment) où les corps sont idéalisés par Photoshop et une nudité qu’on ne veut pas voir, plus brute, incarnée par exemple par les Streakers qui courent nus dans les stades. Quel est votre avis là dessus ?
 

-          - La fragilisation des individus dans un système consumériste très mouvant engendre un besoin de représentations idéales qui rejette à ses marges la saleté, la vieillesse, la mort etc. On court donc après une vision « apollinienne » de la nudité, comme celle des statues antiques, qui renvoie à la cité une image idéalisée d’elle-même. Mais la nudité est très ambiguë : son versant sombre, refoulé, la nudité du corps souffrant à l’hôpital, celle corps humilié par la torture etc. est toujours susceptible de réapparaître dans les interstices de cette représentation idéalisée.

-          
- Comment analysez vous le carton incroyable du clip du groupe Make the gril dance où des filles défilent nues dans les rues de Montorgueil ? Le fait que leur intimité soit masquée par des panneaux où défile un texte produit un intéressant raccourci de sens, non ?


  
- Le clip fait entrer la nudité dans une esthétique assez froide (à l’opposé de la nudité réputée « torridee des films érotiques des Seventies) accompagnée d’un discours consumériste extrême (consommation de soi et d’autrui sur le mode « je veux tout, j’absorbe tout et je disparais »). Il reflète une manière très actuelle de mettre en scène le corps comme une machine à désirer (plus qu’une « machine désirante » à la Deleuze), et en même temps c’est vrai, un support de textes (ce qu’il est aussi de plus en plus avec le tatouage). Et puis ça se passe dans la rue (comme beaucoup de clips du même genre sur Internet) pour bien signifier le mépris des lois (les psychanalystes avanceraient sûrement des hypothèses là dessus autour du « nom-du-père » mais je ne crois pas que ce genre d’explication tienne encore la route).

-         
> - Finalement, est-ce que cette multiplication du nu à la télé ces derniers temps ne renvoie pas profondément à notre culture judéo-chrétienne et, si oui, en quoi ?
>

-          - Il y a une fascination pour l’individu nu qui est née en Grèce antique, qui a été reprise par le christianisme (transformée dans une économie du « péché originel » - la nudité idéale d’Adam et Eve, la nudité torturée du Christ sur la croix qui porte les péchés du monde) et qui a profondément marqué tout la culture européenne. Le lien idéalité-nudité en art par exemple, qui est impensable sous d’autres latitudes (voyez les travaux du philosophe François Jullien sur la Chine classique par exemple). On touche là au cœur des spécificités de notre culture, ce qui explique aussi la difficulté de notre dialogue là dessus, parfois, avec des cultures d’origine proche-orientale comme l’Islam qui se sont construites d’une façon très différente.

-           
> - Est-ce que le nu est un moyen de poser une question dans notre rapport à la création en se déconnectant tout à coup de l'ensemble des dispositifs (vestimentaires, sociaux,...) ?

-          - Oui, il se noue autour de la nudité une thématique de l’authenticité, de la vérité, du retour aux sources et aux origines du monde (au geste créateur de Dieu) et de communion avec lui qui a traversé tout l’Occident chrétien à travers en particuliers diverses sectes hérétiques et qui existait aussi dans des sphères non-chrétiennes (le mythe de l’Age d’Or dans la Rome païenne, l’association nu-cru-naturalité dans toutes les cultures humaines, la nudité des prophètes et des ascètes dans des lieux reculés). En ce sens c’est un fantasme récurrent qui se nourrit à la fois du désir et de la crainte que l’humain a de ce qu’il appelle son « animalité ».


 - Comment analysez vous les rapports de l’image et de la nudité ? Il semble par exemple que cette dernière était moins problématique il y a deux décennies, au temps de la playmate du samedi soir.

-          - La playmate de Play Boy ou des émissions de Collaro était un compromis entre l’utilisation contestataire de la nudité (par les hippies notamment mais pas seulement) et le conservatisme bourgeois. C’était une première forme de nudité acceptable et consommable par beaucoup de gens, standardisée, qui s’insérait d’une manière assez simple dans un ordre social aux codes rigides – hiérarchisé, machiste, souvent raciste – moyennant une définition stricte de son espace (les revues qu’on lit en cachette, les émissions rigolotes). Il faut aussi penser au strip-tease décortiqué par Roland Barthes. Aujourd’hui, c’est une nudité plus exposée, plus répandue, qui tend à excéder les espaces qu’on lui assigne, et sur laquelle se projettent toutes sortes de normes contradictoires (normes esthétiques de la société de consommation, normes politiques des défenseurs des enfants, des féministes, des associations religieuses venant d’horizons culturels très variés). La place et les modalités de la nudité se complexifient. L’impossibilité de lui donner un statut stable, acceptable par tous, dans l’espace public pousse à un surinvestissement dans la sphère privée (voir non seulement la profusion de nudité sur Internet, mais aussi les statistiques de pratique de la nudité à domicile dans les pays occidentaux). On est dans une sorte d’équilibre très précaire largement lié à la donne technologique (le virtuel), économique (le consumérisme capitaliste), éducatif (le haut niveau d’information dont disposent les gens), sanitaire (jamais il n’y a eu autant de corps sains capables de soigner leur apparence et de désirer, mais jamais aussi autant de risque de nouveaux fléaux épidémiologiques par exemple), idéologique (le déclin des vieilles formes de religiosité, l’individualisme, le scepticisme) de notre époque. Une situation sans précédent qui recèle quotidiennement des sources de conflits (y compris des conflits psychiques intériorisés).

Lire la suite

Brève intervention sur France 2 hier

4 Octobre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

J'ai été interviewé par l'équipe du journal télévisé de 20 h de France 2 hier sur la nudité hier soir. Seule une courte phrase a été sélectionnée.



 

 

Lire la suite
1 2 > >>