Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thomas Mc Evilley : The Shape of Ancient Thought (I)

29 Décembre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées

Plutôt que de perdre mon temps à commenter des articles qui ne devraient pas retenir notre attention une seule seconde, je devrais vous parler du livre de Thomas McEvilley, Comparative Studies in Greek and Indian Philosophies: The Shape of Ancient Thought  publié en 2002. Ce bouquin a remué les études de civilisation asiatique aux Etats-Unis, puisqu'un numéro spécial du International Journal of Hindu Studies devait lui être consacré en 2005.

Je ne vois pas trace d'une traduction de ce livre en France et c'est dommage. Il est vrai que l'on s'intéresse moins à l'Inde en France que dans le monde anglo-saxon. Et le sujet de McEvilley ne parle pas facilement au commun des mortels, parce qu'il faut avoir un double intérêt pour la culture grecque et la culture indienne, or c'est cette dernière qui nous est particulièrement hermétique (nous avons, comparativement, pour des raisons liées à l'histoire coloniale, une plus grande familiarité avec la culture arabe sans doute).

bouddha.jpgPourtant je continue de penser qu'il faut s'intéresser au dialogue gréco-indien. Il intriguait beaucoup Nietzsche au 19 ème siècle, et a fasciné l'université allemande en partie pour de mauvaises raisons (une vénération de l'aryanisme). Mais il est le point de jonction entre une pensée qui a structuré l'Occident (via la science notamment) tandis que l'autre structurait largement l'extrême-orient (via le bouddhisme en particulier). Or examiner ce point de jonction est une occasion de mieux comprendre de l'essence de l'un et l'autre des deux styles de pensées, et aussi de leurs influences mutuelles.

La force du livre de McEvilley (qu'il faut lire par petits bouts) est de prendre très au sérieux les points de confrontation, et de nous montrer qu'ils furent sans doute plus importants qu'on ne le pense à priori. Nous commençons à connaître en France l'empire maurya bouddhiste d'Asoka qui réglait sur le Gandhara indo-grec. McEvilley met aussi en lumière le rôle du roi bactrien grec Ménandre lui aussi converti au bouddhisme qui vint après le royaume maurya (et probablement l'envahit). Il y a aussi des analyses extrêmement pointues sur les successeurs des Séleucides dans des satrapies du nord de l'actuel Afghanistan, leurs poussées vers le nord de la Chine, et tout ce que cela put apporter en termes de diffusion de la culture grecque en Extrême Orient.

Evidemment ce genre de travail est toujours entaché d'un soupçon d'occidentalocentrisme : il y a un risque narcissique à surestimer l'apport grec aux autres civilisations, parce que la nôtre s'identifie aux Hellènes. Mais il y a aussi là de vrais questionnements. Par exemple quand Thomas McEvilley soutient qu'il y avait nécessairement des théatres dans les cités grecques au nord de l'Inde et se demande si le théâtre grecque a joué un rôle quelconque sur la dramaturgie indienne contemporaine, je trouve qu'il pose là une question passionnante. J'y reviendrai...

 

Lire la suite

Avita Ronell

29 Décembre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Philosophie

L'interview d'Avital Ronell dans le numéro de décembre de Philosophie Magazine donne une idée du vide sidéral de la philosophie contemporaine. Trouvez une seule idée juste et originale dans ces 5 pages d'entretien et je vous offre des cerises. Ce n'est que de la masturbation à la mode américaine autour de Derrida, une amour-haine puéril pour Heidegger (avec des caricatures que même un lycéen de 18 ans en France ne commettrait pas du genre "chez Heidegger la technique est étrangère à l'homme"). La panne totale de la pensée. Il y a 10 ans, l'usage que les Américains faisaient de la philosophie française faisait rire. aujourd'hui Philosophie Magazine le place au centre de ses pages, sans doute parce que, même de ce côté-ci de l'Atlantique, il n'y a plus rien à se mettre sous la dent.

Il fut un temps où la philosophie voulait prendre le relais du christianisme en fondant de grands systèmes métaphysiques, une autre époque où elle clamait dans de longues oeuvres son incapacité à le faire et le non-sens de l'existence. Encore récemment elle s'amusait avec un certain brio à dynamiter les fondements de la culture occidentale comme le firent Deleuze ou Foucault. Mais aujourd'hui, quid ? La culture classique occidentale devenue un amusement pour jeunes femmes versaillaises oisives réunies en "communautés de gens qui aiment écrire" n'est plus qu'un fantôme risible, même plus capable de concurrencer l'éclat des supermarchés et des jeux télévisés. Et donc nos revues n'ont plus à se mettre sous la dent que la morne répétition du geste derridien dans sa caricature américano-ronellienne.

Les grands élans qui s'abîment dans une répétion grotesque et morbide sont toujours déprimants. "Les gestes de la foi sans la foi" comme disait Gombrowicz. Gestes mécaniques. La République romaine qui ne connaît plus le sens de ses rituels, Marie-Antoinette empêtrée dans une étiquette à laquelle elle n'entend plus rien, l'URSS brejnévienne qui ne sait plus qu'aligner des missiles au lieu de la combattivité de ses ouvriers, la gauche française actuelle qui use à mauvais escient des vieux réflexes du combat laïque contre les descendants de sa colonisation, la "déconstruction" philosophique au service de l'égo maladif d'universitaires newyorkais qui ont encore au moins pour eux d'avoir gardé juste assez de naïveté de ne pas voir le ridicule de leurs déclarations. "J'ai cherché des grands hommes mais je n'ai toujours trouvé que des singes de leur idéal"... Et encore il faut se réjouir quand ils peuvent singer... cela fait vendre du papier...
Copie-de-DSCN1532.jpg
Lire la suite

Le voile en Grèce

25 Décembre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

dionysm-nade.jpgAphrodite's tortoise, The veiled woman of ancient Greece, de Lloyd Llewellyn-Jones est un ouvrage qui mériterait d'avoir une certaine notoriété en France. L'auteur y défend l'idée selon laquelle la Grèce antique faisait un usage du voile semblable à ceui du Proche-Orient (y compris du voile intégral). Je retiens entre autre l'opposition reprise de Chahla Chafiq et Farhad Khorokhavar entre "civilisations de l'ouvert" et "civilisations de la couverture" (p. 13).

Par ailleurs pour une approche juridique sérieuse de la problématique contemporaine du voile en France, voir l'exposé de Denys de Béchillon à l'assemblée nationale.
Lire la suite

Actualités philo sciences humaines grand public

24 Décembre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

La revue très grand public Philosophie Magazine  de décembre fait sa "une" sur les dernières découvertes de la paléoanthropologie à propos de l'évolution des hominidés. C'est un domaine de recherche qui avance à toute vitesse. Il est heureux que, dans l'édition de 2008 de mon livre sur la nudité, j'aie tout de même envisagé l'hypothèse (à l'époque minoritaire) selon laquelle les hominidés ne se seraient jamais redressés (qu'ils aient toujours été verticaux), car celle-ci devient finalement majoritaire, avec toutes les modifications que cela risque d'impliquer dans nos théories sur le développement du cerveau humain.1-re-de-couverture-la-nudit-.gif

A noter dans ce même numéro une page sur une philosophe dont je vantais le décolleté à 20 ans (voir ma petite autobio récemment parue aux éditions du Cygne) mais qui a été un peu rattrapée par l'âge entretemps.

A propos de décolleté, plus aucun journaliste ne fait de papiers sur la nudité en cette saison sauf le magazine suédois Vi qui, sous la plume d'Anja Sahlberg évoque mon livre sur ce sujet dans un article intitulé "Naken for den goda saken".



Lire la suite