Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les femmes musulmanes aux Jeux Olympiques

30 Août 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Pour ceux que le sujet a intéressé cet été, et qui lisent l'anglais, je recommande sur Anthropology-News l'article de la doctorante à Cambridge Sertaç Sehlikoglu-Karakas sur la présence de représentantes de nations musulmanes aux Jeux olympiques de Londres. Elle a notamment enquêté auprès de jeunes femmes à Istanbul sur l'image de l'athlète bahreini Roqaya Al-Gassra.
 
Lire la suite

Actualité nudité fin août

28 Août 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Généralités Nudité et Pudeur

En cette deuxième quinzaine d'août, la nudité continue de faire la Une de l'actualité. A commencer par celle des "people" qui à la fois s'inspire de tendances répandues dans la société et les entretiennent.

 

En Grande-Bretagne après que les photos du prince Harry à Las Vegas nu aient défrayé la chronique, des milliers de gens se sont dénudés sur Facebook pour lui "rendre hommage". Prenant modèle sur le prince, si l'on en croit la presse, la présentatrice Daphné Bürki pour sa première apparition dans "Le Grand journal"  se dénude afin de marquer les esprits.

 

Se détournant de la nudité "visuelle" la chanteuse Lady Gaga a fait savoir qu'elle enregistrerait son prochain album toute nue, afin dit-elle, d'améliorer la qualité de sa voix mais sans montrer les photos.

 

Moins pertinent dans son orientation "marketing",un candidat socialiste de vingt-et-un ans aux élections provinciales belges se retrouve dans un clip de rap graveleux classé X "Un pour tous tous à poil", mais a prétendu après coup n'avoir pas su que les images étaient filmées pour ce clip.

 

Les journaux mentionnent aussi les dizaines de femmes rassemblées dimanche dernier à New-York pour la journée du Topless sur laquelle nous avions été interviewés par le Nouvel Observateur en ligne en juin.

 

Sur le versant moins ludique de la nudité, le chef de la police chilienne a reconu que certains de ses hommes on dénudé de force des jeunes gens interpelés dans le cadre des manifestations estudiantines d'il y a huit jours.

 

Par ailleurs, dans le domaine du "réchauffé" le post d'un "Anonymous" sur Twitter montrant les photos d'une femme nue présentée comme étant la mère de Barack Obama dans les années 60, photos déjà sorties en octobre 2008.

 

Si vous voyez d'autres nouvelles dignes intéressantes dans ce registre, n'hésitez pas à nous en faire part...

 

Lire la suite

Miru Kim et la nudité dans les espaces urbains obscurs

8 Août 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Elle déprimait dans les grandes villes ; elle avait la phobie des tunnels et des espaces clos ; elle a décidé de faire des photos avec tout cela, à New York, Paris, Istanbul et elle a choisi de poser elle-même nue au milieu de tout cela. Ainsi pourrait-on résumer l'origine du projet "Naked City Spleen" de l'artiste américano-coréenne Miru Kim (apparemment rien à voir avec l' "Union City Blue" de Bondie !), telle qu'elle l'expose dans une interview en français sur Owni.fr.

 

Le résultat est un jeu de contrastes intéressant entre des espaces sombres écrasants et l'anatomie humaine (féminine) dénudée, comme une version obscure des clichés optimistes d'Ou Zhihang.

 

Sur son site elle dit que les espaces urbains abandonnés sont devenus pour elle "d'étranges à familiers, de durs à calmes, de dangereux à ludiques", dans son interview elle insiste sur la dimension de mise à l'épreuve de soi au contact du danger, et donc de mise à l'épreuve de l'espace aussi qu'il y avait dans ces dénudations noctunes au milieu de nulle part. Quelque chose qui rejoint la dimension initiatique du nu dans les rites de passage.

 

Le journal turc Hürriyet parlait d'elle ce matin.

 

miru.jpg

Lire la suite

La nudité publique selon Zita Lotis-Faure sur M6

8 Août 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Généralités Nudité et Pudeur

Tout comme le téléfilm "A dix minutes des naturistes" de Stéphane Clavier, l'émission "Zita dans la peau d'une naturiste" diffusée hier sur M6 était assez révélatrice du traitement médiatique de la nudité, et donc des normes qu'il produit auprès du public.

 

zita.jpgAprès un documentaire controversé sur les obèses la journaliste Zita Lotis-Faure s'est attaquée à la nudité publique dans une logique d'immersion qui définit le concept de ses documentaires. Comme dans l'observation participante ethnographique, l'individu s'engageait dans l'expérience avec ses caractéristiques (sa culture, ses origines sociales, sa psychologie, son physique). On peut penser que celles-ci jouaient en faveur d'une exhibition de sa nudité, ou du moins ne jouaient pas en sa défaveur : l'appartenance à un milieu qui la dispense de certains complexes sociaux, l'omniprésence de la caméra qui transforme l'exhibition en spectacle et le regard de la journaliste en lunette d'observation pour un public plus large (ce qui neutralise tous les effets réfexifs de retour sur soi que produit sans doute ce genre d'expérience, on le voit sur la grande place de Bruxelles avec Jérôme Jolibois par exemple), un tempéramment extraverti, un physique plutôt avantageux et encore jeune, un penchant  affiché pour la sexualité (elle amène des préservatifs avec elle et avoue penser tout le temps au sexe au milieu des hommes nus), des dispositions qui, si elles sont un avantage pour la nudité publique, ne le sont d'ailleurs pas forcément pour le naturisme, ainsi qu'elle le remarque elle-même au cours du reportage.

 

Il y a des aspects assez artificiels et contrefaits dans cette immersion, car la journaliste fait semblant de s' "initier" à la chose, alors qu'elle l'a déjà fait pendant huit jours quelques mois plus tôt pour le magazine Marie-Claire. Il est possible qu'elle "surjoue" beaucoup d'impressions et de sentiments qu'elle ne ressent pas forcément. La séquence d'indignation devant le libertinage du Cap d'Agde ainsi que les hommages répétés à la "tolérance" que promeut l'esprit naturiste (qu'elle apprécie d'ailleurs davantage près de la mer que dans une randonue, et encore plus dans la "cyclonudista" de Londres) ressemblent à des sortes de "topos" ou "topoi" des points de passage obligés du discours médiatique. L'effet d'empathie, nécessaire à la réalisation du reportage, efface nécessairement la mise à distance critique du sujet d'étude que l'on recherche en sciences sociales. Ainsi l'enthousiasme de la journaliste qui se dénude entièrement sur un vélo dans les rues de Londres, ferait presque oublier que la plupart des autres femmes dans la manifestation, elles, ont gardé le bas (et l'on aimerait savoir pourquoi...).

 

Des éléments positifs et instructifs du point de vue de l'anthropologie du corps dans ce regard de la femme "libre mais non naturiste" sur l'expérience de la dénudation publique : cette crainte à l'idée que n'importe qui derrière elle puisse voir "l'intérieur" de ses organes génitaux lorsqu'elle escalade un rocher (cette sensibilité au thème de "l'intérieur" est étrange, on eût constaté la même sensibilité chez des femmes il y a 30 ou 40 ans mais concernant des éléments aussi "extérieurs" que le pubis et les fesses (aujourd'hui banalisés et même pas floutés par la caméra) ; la peur panique de la nudité publique dans le noir (au domaine de la Sablière), élément peut-être exclusivement féminin, qu'on peut rapprocher aussi d'un témoignage de l'artiste américano-coréenne Miru Kim à propos d'un de ses "shootings" nue dans un tunnel : "Un jour, je prenais des photos dans un tunnel de Hell’s Kitchen, à New York, et j’ai aperçu la lumière d’une lampe-torche au bout du tunnel. Ce n’était pas un policier : son pas n’était pas assez régulier, pas assez décidé. J’étais terrifiée.(...) Après ça, j’ai essayé de ne plus explorer seule." (on reviendra sur le travail de cette artiste dans un prochain billet) ; mentionnons aussi les considérations hygiéniques (avec beaucoup de franc-parler la journaliste 1couv_nudite.jpgévoque les mycoses, les menstruatrions) qui avaient été très présentes dans le débat sur la nudité publique en Catalogne (voir notre article dans la Revue des Sciences sociales en 2006) et qui aujourd'hui sont avec les canons de beauté les grands éléments qui surdéterminent le rapport au corps en lieu et place des prescriptions religieuses d'antan (voir par exemple sur les mises en garde du  Parisien sur l'épilation).

Lire la suite

Le phénomène mystérieux des dénudations publiques au Cameroun

8 Août 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Afrique

C'est un phénomène attesté depuis au moins six ans : le dévêtissement public des femmes au Cameroun.

 

Voici le témoignage d'Honoré Foimoukom sur  Cameroon One Info : la scène se passe au lieu-dit carrefour Mobil Bonakouamouang à Douala, le mardi 18 septembre 2007, peu avant 9 heures : "Un véhicule de marque Rav4, ayant à son bord une dame (la conductrice), se gare en pleine chaussée. La dame, bien vêtue, en descend.(...)  Elle jette des coups d'oeil à gauche et à droite ; puis, subitement, elle se met à poil. Sous le regard des passants et autres usagers de la route, tous médusés. La dame n'est pas émue par les cris venant de tous les coins du carrefour. Elle abandonne son véhicule et ses vêtements, et se met à marcher en direction du lieu-dit carrefour Feux rouges Bessengue. Une meute de conducteurs de motos taxis et autres passants la suivent en criant. Au fur et à mesure qu'elle avance, le groupe des suiveurs s'agrandit. Elle traverse le carrefour suscité à grands pas.

Au niveau du lieu-dit carrefour Ecole publique de Deido, la dame bifurque à gauche. Elle se rend dans l'enceinte de la paroisse catholique Saint Jean de la localité. Prises de pitié, des dames venant de l'église la couvrent d'un manteau. Elle le retire et rebrousse chemin en direction du carrefour. Avant d'y arriver, elle est maîtrisée et acheminée au commissariat de sécurité de publique du 9ème arrondissement de police, en face de l'école publique de Deido.

Dans la foule, plusieurs personnes disent avoir déjà vu cette dame. Elle serait, à en croire les uns et les autres, employée dans une grande entreprise publique de la place. " Elle ne s'est adressée à personne, tout au long du trajet de près de deux kilomètres qu'elle a effectué à pied", témoigne Hilaire Edouma, conducteur de moto taxi."

 

Le témoin affirme que cela arrive toutes les semaines, et que cela parfois attire de gros ennuis à la personne qui s'y essaie.  Ainsi cette femme qui sort de sa Toyota Camry et se dénude le 30 septembre 2007 au carrefour pour finir bastonnée par la foule et traduite en justice.

 

Un témoignage plus ancien de 2006 de Dominique Cressy à Yaoundé citait des femmes en Mercedes 600.

 

Parfois certaines femmes se rhabillent et repartent, d'autres selon des témoins recherchent des relations sexuelles "avec un malade mental". "Les femmes choisissent le moment de la journée où il y a le plus de circulations et se déshabillent à un carrefour très fréquenté de la ville comme : le Rond-point Deigo, Ndokotti, Ecole publique Deido, Ancien Dalip", note Florence Mallégol sur Congo.vox "Certaines personnes ne vont pas jusqu’à marcher dans la rue mais s’exhibent aux balcons ou aux fenêtres de leurs appartements. Le phénomène de se dénuder en public touche plus marginalement les hommes." ajoute-t-elle.

 

Comment expliquer ces pratiques ? On parle de consignes données par des sectes dans le cadre de rites initiatiques, de compensations pour services occultes rendus, d' "’un relâchement des instances surmoïques de la société", ou de maladie mentale.

 

Des voix s'élèvent pour dénoncer la perte des repères moraux au Cameroun et la complicité des passants qui regardent l'exhibition en présence même d'enfants au lieux de couvrir ces femmes de pagnes.

 

La nudité publique des femmes en Afrique est un thème très ancien que l'on a abordé dans notre ouvrage sur le sujet. Ces derniers temps elle prend notamment la forme de manifestations de femmes de militaires (Congo RDC, Mali), et garde une connotation de mauvais présage. Le phénomène camerounais est d'autant plus difficile à interpréter que les femmes qui s'y adonnent gardent le silence. Le fait qu'il concerne une catégorie homogène (des femmes en grosses cylindrées) plaide plutôt en faveur de l'hypothèse de directives reçues (ces femmes "riches" devraient "payer" ce qu'elles possèdent par l'exhibition, ou auraient été choisies par des sectes auxquelles elles appartiennent en raison de leur richesse, le fait de sortir nue d'une grosse voiture étant censé frapper les imaginaires et offrir à la société l'image d'une nudité très différente de celle en un sens plus prévisible de la femme pauvre et désespérée qui s'abandonnerait à la prostitution de son image ou perdrait la raison à cause de sa misère économique). Il est étrange dans ces témoignages que les femmes concernées soient toujours présentées comme des inconnues "tombées du ciel", comme un mal métaphysique qui s'abat sur la société, et qu'il ne se trouve jamais personne pour aller faire parler à des gens de leur famille, des amis, qui sans doute pourraient utilement éclairer les journalistes sur leur condition sociale et les raisons possibles de leur geste.

 

 

 

Lire la suite

Interviewé par Atlantico.fr sur Laury Thilleman et la nudité des Miss France

5 Août 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité"

Missfra.JPGJ'ai été interviewé avant hier par Valérie Méret du blog Atlantico.fr. Le résultat a été publié aujourd'hui sous le titre "Une ex-miss France doit-elle inévitablement poser nue ?" (cliquez ici). Comme toujours il faut préciser qu'il ne s'agit que de quelques remarques qui ne peuvent remplacer les conclusions d'un travail d'enquête sociologique approfondi (par exemple auprès d'un panel de candidates au concours Miss France) ni une réflexion philosophique sur les valeurs de notre société, et n'ont d'ailleurs nullement la prétention de le faire. C'est un avis construit sur la base de quelques propos recueillis, et d'une analyse générale des tendances de court terme et de long terme des usages sociaux de la nudité, ni plus ni moins - ici à propos d'un penchant de certaines Miss France pour enfreindre les règles applicables à leur statut dans ce domaine (et notamment la Miss France 2011, Laury Thilleman dans Paris Match).

Lire la suite