Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"Le Rhinocéros d'Or" de François-Xavier Fauvelle-Aymar

27 Avril 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Notes de lecture

rhino-copie-1.jpgUn très beau livre sur l'histoire de l'Afrique au Moyen-Age. Mon compte rendu de lecture a été publié ici.

Lire la suite

Trobriand

21 Avril 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Cela ne restera pas longtemps sur Internet mais on peut encore voir sur Pluzz.fr un documentaire sur le travail de Betty et Jacques Willemot aux îles Trobriand dans les années 60. On sait l'influence des travaux de Malinowski dans les années 60 à travers notamment Wilhelm Reich, et jusque dans les films de Bunuel. Il faut se méfier des interprétations que les ethnologues font de ce qu'ils voient ou de ce qu'on leur raconte (leur façon de poser les questions, de les sélectionner, et d'entendre les réponses). Certaines libres divagations de Betty Willemot sur une possible ressemblance des trobriandais avec les origines de l'humanité (en contradiction avec les travaux de Lawrence Keeley, Jocelyne de Pass et Jérôme Bodi sur les guerres préhistoriques par exemple) doivent nous mettre en garde. Mais il semble quand même qu'on avait là affaire (puisqu'il faut en parler au passé), à une société qui valorisait la jeuensse, la douceur et la beauté, et avait trouvé un moyen intéressant se sublimer les instincts agressifs en jouant sur la vanité dans les échanges. Un documentaire diffusé le 15 avril à 15:42 sur la 5 disponible encore pour 24 h.

Lire la suite

Mon compte rendu d' "Ethnoroman" de Tobie Nathan en italien

6 Avril 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Notes de lecture

ethno-roman.jpgPour ceux que cela intéresse, mon compte rendu d' "Ethnoroman" de Tobie Nathan en italien se trouve sur le site des éditions Frenis Zero ici

Lire la suite

Le féminisme topless gagne le Maghreb

3 Avril 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur au P.O. et au Maghreb

Après la disparition d’Amina Tyler, 19 ans, la première Femen de Tunisie aujourd'hui recluse dans sa famille,  une jeune femme se déclarant algérienne a publié une photo d’elle seins nus, avec le visage caché sur Facebook le 3 avril. topless-djih.jpgL'égyptienne Aliaa Elmahdi a fait de même à visage découvert. 5 600 personnes, encouragées par les activistes féministes et anti-religieux, ont signé une pétition pour engager des poursuites contre les auteurs des menaces conte A. Tyler. A 16h aujourd'hui devant la Grande Mosquée de Paris, une activiste FEMEN tunisienne a brûlé un drapeau salafiste, "comme symbole du combat des femmes contre la sauvagerie de l'extrémisme religieux". Les FEMEN appellent "le monde entier à se réunir devant les ambassades tunisiennes" pour un "Djihad topless" ("topless Jihad") demain à midi.

Le mouvement Femen a débuté ses activités en Tunisie malgré les déclarations de Sihem Badi, ministre des Affaires de nadia.jpgla femme et de la famille, affirmant qu'elle empêchera l'ouverture d'une section de cette organisation féministe en Tunisie. La télévision française publique l'avait encouragé en diffusant il y a un mois, le 5 mars à 22 h 45 «Nos seins, nos armes» documentaire sur les Femen, coréalisé par la cinéaste franco-tunisienne, Nadia El Fani et la journaliste française Caroline Fourest dans le cadre de l’émission «Infrarouge». La réalisatrice elle aussi a posé en solidarité avec Amina Tyler.

 

Commentaire d'une jeune tunisienne Nouria Zaidi sur la page FEMEN-Tunisie : "FEMEN=Femme Extrêmement Moche Entièrement Nulle". Après avoir été critiquées pour leur plastique d'Escort Girl en Ukraine, les Femen se voient reprocher leur laideur en Tunisie.

 

nietzsch.jpgCertains articles insistent sur le fait qu'Amina Tyler avait prôné dans une interview la lecture de Nietzsche... en oubliant peut-être que Nietzsche était islamophile...

Lire la suite

Kangjiashimenji

3 Avril 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Généralités Nudité et Pudeur

Le site Slate.com a provoqué récemment un certain "buzz" à partir d'un article de la journaliste Mary Mycio qui annonce l'existence de la "plus vieille pornographie du monde", en fait des pétroglyphes de la région chinoise du Xinjiang à Kangjiashimenji (Kangjiashimenzi), découverts par un archéologue au début des années 1980 et commentés par Jeannine Davis-Kimball.

 

Le sujet mérite-t-il de circuler ainsi sur le Net ? En fait les représentations érotiques, les figures andogynes sont fréquentes dans la Préhistoire (voir Timothy Taylor là dessus), surtout dans l'univers chamanique, il n'y a rien de très nouveau là-dedans. Le point le plus intéressant peut-être est qu'on pense qu'il pourrait s'agir d'une culture de migrants qui seraient passés par le nord de l'Iran et la Bactriane, et qui, pris dans un environnement naturel hostile, auraient été conduits à survaloriser la fécondité, et subséquemment les femmes (si l'on en juge par les rituels funéraires).

Lire la suite

Topless contre des professionnels de l'érotisme

3 Avril 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

Les Femen au salons de l'érotisme au Bourget samedi 23 mars 2013 (cf Sudinfo.be). Bilan : une actrice nue Hally Thomas (1m53 - 43kg, selon Ovidie sur FB - plus facile à renverser que les militants de Civitas) presque précipitée dans une chute d'1m 50, et des organisateurs, pourtant disposés à prêter leur micro, eux aussi bousculés.

 

 

Lire la suite

Un mot sur une interview de Pascal de Sutter

1 Avril 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

Certain blogs continuent ,à l'approche des weekends, de s'intéresser à la pudeur et sortent des sujets là-dessus. Je parcourais hier les déclarations du sexologue Pascal de Sutter sur l'un d'entre eux. Il lui était donné à commenter une nudité masculine, sujet sur lequel j'ai eu souvent l'occasion de m'exprimer dans la presse ces derniers temps, notamment la presse suisse... Je ne suis pas convaincu par sa manière de ramener le problème à une question de puritanisme. On voit bien que ce qui se joue dans cette affaire c'est la place des valeurs masculines traditionnelles dans nos sociétés, la promotion des valeurs féminines fonctionnant comme un arrière-plan ou un éclairage particulier à cette nudité (et donc étant susceptible de l'embellir ou de l'enlaidir, de la rendre attrayante ou répulsive). D'ailleur le choix du mode de représentation, dans le noir et blanc, n'est pas non plus pour rien dans la constiutin de l'objet regardé et du message qu'il véhicule (chargé de violence ou de douceur etc). Même si j'ai bien des réticences à l'égard du foucaldisme, il faut ici prendre un eu la notion de dispositif de désir, lequel est lié à un contexte idéologique et culturel (une épistémé si l'on veut) qui influence beaucoup l'attirance et la répulsion.

 

De même je suis en désaccord avec le remarques sur les autres cultures auxquelles le sexologue cherche à nous comparer. Son énoncé "Dans les cultures où les gens sont presque entièrement nus, qu’il s’agisse de la Papouasie ou de certaines anciennes tribus africaines, la nudité n’a jamais engendré de problèmes de désir " est faux et largement démenti par les travaux d'Hans Peter Duer par exemple. "Trouver une partenaire sexuelle "bénévole" pour un homme est donc devenu une épreuve" : je doute que les choses aient été différentes autrefois. "Il y avait plus de spontanéité, de plaisir et de fantaisie dans les bals de village ou dans les soirées du début du siècle dernier que dans les boites de nuit actuelles dans lesquelles on ne se parle ni ne se touche plus" : la formulation est un peu sommaire. Il est très difficile de comparer les défoulements d'une époque à l'autre. Les bals populaires étaient très marqués par l'alcoolisme, donc il faudrait comparer les rapports de séduction de l'époque avec ce qu'ils sont sous l'empire de l'alcool ou de stupéfiants aujourd'hui, et se demander si d'ailleurs ces moments de délassements sont des reflets exacts des comportements sociaux "ordinaires" ou juste des parenthèses. En revanche il faudrait dire que dans ce monde rural il y avait effectivement un rapport au corps très différent, plus diversifié, dans le cadre des pratiques domestiques (couper du bois pour la maison, nourrir les animaux etc) professionnelles, des déplacements à pied ou à cheval etc, moins marqués par le culte de la performance, dans des contacts de sollicitations sensorielles plus variées et souvent plus douces qui aussi désenclavaient la sexualité de son statut d'acte physique "privilégié" (au même titre d'ailleurs que le sport). Mais tout cela est très complexe, et je n'aime pas trop le côté un peu "paradis perdu" que le sexologue accorde au monde des Papous, à celui des bals populaires, ou à tout ce qui est "pré-victorien", car les dispositifs (ou les "agencements" pour parler comme de Deleuze) de désir, étaient simplement très différents et il est difficile de préférer l'un à l'autre ou même de juger l'un plus "puritain" que l'autre. De même il faut préciser que ces dispositifs antérieurs étaient marqués par des spécificités de classe (le supérieur ayant  plus de chances d'avoir des rapports sexuels que le subalterne) et de genre (avec des stéréotypes de comportement pour les hommes et les femmes) un peu différentes des nôtres et plus marquées, facilitant souvent les choix de comportement (en les limitant), et rendant les attentes plus prévisibles (donc plus reposantes), mais pas forcément pour le plus grand bonheur de tous. En revanche je suis d'accord avec le lien que P. de Sutter établit entre stress et pornographie (beaucoup d'études le montrent), à condition aussi de prendre en compte tous les conditionnements du regard et de la temporalité propre du désir qu'il y a derrière tout cela (mais il manque à l'analyse du sexologue les retours de la sensualité tactile par le travail des professionnels de ce domaine, de la prostitution aux massages, qui à mon avis est en train de modifier beaucoup de choses).

 

Dernier point :  "La nudité ne va pas grandissante". Il est vrai qu'elle est promue à la fois par la modernité artistique et le le consumérisme capitaliste depuis très longtemps (voir le théâtre nu dans année 1900, le strip tease, les pin up). Pour autant je ne pense pas que la playmate aux heures de grande écoute à la tV soit un bon critère pour évaluer l'évolution jusqu'à nos jours : aujourd'hui la nudité est n'importe où sur Internet, et l'on peut s'amuser à comparer le nombre de gens qui avaient l'occasion de voir des filles topless au cinéma ou sur la plage en 1980 et aujourd'hui. Je vois davantage aujourd'hui une dialectique complexe entre demande de nudité et demande de répression de celle-ci (les deux demandes s'adossant à une problématiques des droits - droit au topless, droit à la protection de enfants et des convictions reigieuses etc) qu'une répression puritaine croissante.

 

Lire la suite