Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"Les tubes des années 1980" pour se distraire...

27 Mai 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Les tubes des années 1980

Une tubesUn petit livre de divertissement que je viens de publier, en vente ici, ou sur commande chez les libraires, et dans une quinzaine de jours sur Fnac.com.

 

Descriptif :

 

"Les gens nés entre 1965 et 1975 ont gardé de la décennie musicale des années 1980 un souvenir enchanté. Parce qu'il y avait de la diversité, de la surprise tous les mois, parce que les synthés progressaient d'une année sur l'autre, parce qu'il y avait toujours de l'imagination, de la spontanéité.

 
Le sociologue Christophe Colera essaie de restituer dans ce livre l'univers imaginaire que créaient les vagues de tubes anglo-saxons, français, italiens, allemands, qui à cette époque-là, se déversaient sur les ondes de radio et de télévision, marquant l'avènement d'une ère nouvelle où la pop music globalisée ne relève plus du simple passe-temps agréable mais devient un vecteur culturel central et une valeur structurante de l'identité de toute une génération.


On retrouvera dans ce livre un descriptif des principaux succès qui dominaient la programmation musicale des radios de la bande FM à l'époque et qui ont durablement marqué les esprits dans les décennies qui ont suivi. Cet ouvrage évoque également la sensibilité d'une époque : ses rêves amoureux, ses inquiétudes politiques (autour de la guerre froide par exemple), sa façon de saisir le désir et de se représenter le monde qui, à maints égards, n'a plus grand-chose à voir avec celle des années 2000-2010."

Lire la suite

Around the world

20 Mai 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Généralités Nudité et Pudeur

Lu aujourd'hui sur un profil Facebook : "Journée du nu sur FB les artistes s'unissent contre la censure".. Et bien moi j'en ai marre de voir des gens à poil sans poils et vas-y que je dois désirer, baiser, orgasmer, éjaculer partout... Donc pour que le concept d'intimité ressurgisse, bravo la censure!!!"

 

A noter aussi ceci sur un autre : "La police de New-York n'arrêtera plus les femmes sans le haut. De plus les éventuels attroupements autour d'une ou plusieurs d'entre elles devront être dispersés. Les femmes poursuivies pourront réclamer des dommages-intérêts."

Lire la suite

Les rapports de genre à l'époque de Malebranche

15 Mai 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Philosophie

andre.jpgJe lis un passage de l'Extrait de la vie du RP Malebranche par le P. André concernant les Entretiens sur la Métaphysique (in Malebranche, Œuvres complètes t XII.XIII eds Vrin 1984 p.XXI), qui fut écrit peu avant l'embastillement de son auteur en 1721 :

"M. Carré Louis (*), fils d'un laboureur, mais qui avait toutes les qualités qui peuvent remplacer la naissance, avait trouvé dans sa mauvaise fortune un asile chez l'auteur. Car son père, qui l'avait fait étudier dans la vue ordinaire à ces sortes de personnes, l'ayant abandonné parce qu'il ne voulait point se faire prêtre, il se vit réduit à chercher une condition. La Providence l'adressa au P. Malebranche qui le prit pour écrire sous lui. Il fit plus; voyant que son domestique avec un grand esprit avait encore un naturel admirable, il entreprit de le former à quelque chose de meilleur; il lui enseigna les mathématiques; il y ajouta la philosophie; en sorte qu'en peu d'années M. Carré fut en état de se passer de son maître en le devenant lui-même. Il le devint en effet; il montra les mathématiques en ville avec tant de succès, qu'il eut bientôt une foule d'élèves; mais ce qu'il y eut de plus particulier, c'est que plusieurs dames en voulurent être. Il les reçut; elles le goûtèrent; elles étaient surtout charmées de sa philosophie qui était celle du P. Malebranche, et qui, étant toute chrétienne, s'accordait parfaitement bien avec leur inclination naturelle pour la piété. En un mot, comme il soutenait par la pratique les grandes maximes qu'il leur enseignait, elles trouvaient en lui une espèce de directeur, d'où l'on peut juger qu'il trouvait en elles un fonds qui ne le laissait manquer de rien. Il semble qu'il avait tout lieu d'être content de sa fortune; il ne l'était cependant pas. Il lui manquait encore un bien dont le besoin ne touche guère le commun des hommes : c'était une occasion de marquer sa reconnaissance à son bienfaiteur; car il ne regardait pas comme un service le zèle qu'il témoignait pour sa philosophie, mais comme un devoir qu'il rendait à la vérité. Il fallait donc quelque chose de plus pour le satisfaire. Les Entretiens sur la mort que le P. Malebranche venait de finir au commencement de 1696 lui fournirent une occasion dont il profita. 

Depuis que M. Arnauld avait déclaré la guerre au Traité de la nature et de la grâce, l'auteur n'avait pu rien imprimer à Paris sur ces matières en privilège. Les violentes critiques de ce docteur véhément, soutenues des clameurs d'un parti accrédité, avaient répandu dans les esprits une terreur que la raison ne pouvait guérir; ceux qui présidaient à l'impression des livres en étaient eux- mêmes frappés. Le P. Malebranche n'était pas d'humeur à s'en mettre fort en peine; outre que les presses étrangères s'ofl'raient à lui de toutes parts, ses ouvrages n'en étaient ni moins lus en France ni moins également admirés. Mais ses amis étaient justement indignés de la stupide et opiniâtre prévention de quelques-uns de ses compatriotes contre le meilleur de leurs écrivains. M. Carré entreprit de la vaincre et il y réussit; il employa tout ce qu'il avait d'amis, d'élèves, de connaissances. On ne peut douter que les dames qui étaient ses disciples ne fussent les plus zélées à le servir."

Ce qui me surprend beaucoup dans ce récit du père Yves-Marie André, c'est l'insistance mise sur les disciples féminines de Louis Carré...Comme tout le monde je n'ignore pas le rôle des dames dans les salons au XVIIIe siècle, mais là cela va très loin - le pouvoir d'influence des femmes a l'air déterminant pour la diffusion d'une doctrine : on a presque l'impression que c'est grâce à elles que Malebranche finit par obtenir le privilège royal pour ses Entretiens sur la Métaphysique, en 1708.
___________________________________________

(*) Né le 26 juillet 1663 à Closfontaine , près de Nangis en Brie, mort le 11 avril 1711. Sur ses ouvrages, voir Nicéron, t. XIV.

 

 

 

 

 

Lire la suite

L'apparence selon Marcela Iacub

12 Mai 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

"Plus les inégalités sociales se creusent, plus augmente cette hantise de la non-identification sociale des individus en fonction de leur apparence (...) Pour révolutionner nos sociétés inégalitaires, peut-être les plus démunis devraient-ils prendre ces hypothèses au sérieux et se vêtir comme des misérables, sortir en haillons, déchaussés, sales, voire nus. Ils devraient se promener couverts de ces horribles tenues dans les magasins ou les restaurants de luxe et hanter leus vitrines" - Marcela Iacub, "Tissus de mensonge" Libération 13-14 avril 2013

Lire la suite

La pudeur enseignée aux enfants

3 Mai 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

Voici une illustration de la manière dont la pudeur est enseignée aux enfants : le magazine Pomme d'Api, pour 3 à 7 ans, n°567 mai 2013, qui appartient au groupe catholique Bayard Presse mais dont le public excède largement ce courant de pensée.

 

Cet élément est versé ici à titre de documentation sociologique sans jugement de valeur.

 

 

 
Lire la suite

Milo Moiré "The script system"

3 Mai 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

L'artiste suisse  Milo Moiré promène une top model nue dans les transports en commun à Düsseldorf... "La jeune femme ne portait qu’une paire de lunettes et des chaussures. Le reste des vêtements (veste, pantalon, soutien-gorge, etc.) qu’elle aurait dû porter était subtilement inscrit au marqueur sur son anatomie." précise 20minutes. Le concept s'appelle "The script system". D’après l’artiste suisse : « Le matin, nos gestes – se lever, acheter son billet, prendre le train – se font souvent automatiquement. Nous suivons un script bien précis que nous avons intériorisé préalablement ». Elle a voulu secouer le train-train quotidien… Mais l'indifférence des passants laisse sceptique sur le résultat.

 

 

 

Lire la suite