Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nudité à l'opéra

30 Novembre 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

Le nu est aussi parfois à l'opéra... Mais tout ce qui est présenté comme opéra - sur un site comme Atlantico par exemple - n'en est pas forcément, en l'occurrence Skylight One Hanson, c'est une installation artistique de Sarah Small en 2011.

En 1981 Daniel Mesguich poussait ses chanteuses à se dénuder jusqu'au bout dans la danse de Salomé du Grand Macabre de Gyorgy Ligeti à Paris.

Olyvier Py dénudait un hardeur dans Tannaüser à Genève en 2005. En 2006 Ercole sul Termodonte de Vivaldi mis en scène de John Pascoe présentait un Hercule nu.

En son temps Bonaparte avait sévèrement blâmé Mme Tallien d'avoir paru à l'Opéra nue sous une peau de tigre.

En 1934  la famille de la cantatrice Selma Kurz, avait fait élever sur son tombeau un monument où cele est représentée "presque" nue, dans le rôle d'Aida ce qui provoqua un scandale au point que le directeur du cimetière reçut des menaces de plasticage (Comoedia 25 juin 1934). A ce moment là on préférait laisser la nudité aux chanteuses de cabaret comme l'autrichienne Marika Stefanides qui se produisait place Pigalle au cabaret Chez Eve en mai 1937...autre temps autres moeurs....

Lire la suite

Salon érotique à Canton

30 Novembre 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Asie-Océanie

J'ai écrit il y a 12 ans un article sur les salons de la vidéo X en France. Aujourd'hui les agences de presse nous parlent d'un salon érotique annuel qui a lieu à Canton (Guangzhou Sex Culture Festival) et veulent y voir un symbole de la libération desmeours chinoises. J'observe que l'influence japonaise est très forte, puisque c'est surtout pour l'actrice nipponne Rei Mizuna que les gens font la queue. Il y aurait 15 % de relations sexuelles pré-maritales qu'en1989.

 

Le même jour, le président Xi Ping à Qufu, ville natale de Confucius, appelait les Chinois au respect de la "morale".

 

 

 

Lire la suite

Deux liens Internet en rapport avec la nudité

9 Novembre 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

1couv_nudite.jpgJe vous signale deux liens intéressants d'Internet en rapport avec la nudité.

Le premier est une recension de mon livre sur le "blog d'Hassan" ici, blog attaché à la Tribune de Genève. Je ne commenterai pas le résumé qui est fait de cet ouvrage, mais répondrai simplement que j'assume les "naturalisations" qui me sont reprochées, l'objet du livre étant justement de construire des ponts avec les sciences naturelles sans pour autant verser dans le réductionnisme.

 

Le secondest un témoignage que je trouve intéressant  de Jacqueline Riquez ici sur son blog sur les normes esthétiques autour du sexe féminin et la mode de la labiaplastie... Une évolution vraiment regrettable de notre société.

Lire la suite

Souvenirs de Jacqueline Commenges sur Jurançon

5 Novembre 2013 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

Le chanoine Hourcade décède en juin 1946. Tout Jurançon défile devant sa dépouille mortuaire en tenue de prêtre au presbytère (actuellement rue de Borja à l'époque ''rue des Écoles''). Le chanoine Hourcade et l'Église étaient au cœur de la vie de Jurançon. Jusqu'au début des années 1960 les enfants en défilé derrière le curé jetaient des roses en chantant des cantiques sur la place du Junqué aux rogations, et des processions avaient lieu entre l'église, le crucifix de l'actuelle avenue Charles-Touze (restaurant Ruffet), et celui de la route de Gan pour la Trinité, la Fête Dieu, la Pentecôte.


Côté laïque le directeur de l'école laïque des garçons (lieu de l'actuelle poste) est M. Canone, et la directrice de l'école des filles (à l'endroit de l'actuelle école maternelle) Mme Prat. Tous les matins ils faisaient hisser le drapeau au chant de "flotte petit drapeau", et amenaient les élèves au monument aux morts, les meilleurs élèves faisant l'appel aux morts de la guerre de 14. La place du Junqué (devant la mairie) pendant la seconde guerre mondiale était sillonnée de tranchées où pouvaient se réfugier les élèves des écoles en cas de bombardements.


Après la Libération, un centre d'apprentissage est construit en pré-fabriqués sur les terres du château Louvie (qui deviendra le collège Ernest Gabard). Dans les 1950 l'école Louis Barthou est construite derrière l'école des filles, entre la place du Junqué et la place du Bernet (quartier des laveuses au bord du Néez)

Au début des années 60 l'équipe de Pierre Gabard a fait aménager le stade de football (au croisement des actuelles rues Coubertin et Gaston-Cambot, sur le terrain de l'actuel EPHAD). L'ancien stade, lui, dépendait de l'Union jurançonnaise (patronage catholique) et se trouvait au lotissement Constance (autour de l'actuel carrefour entre l'avenue Henri-IV et la rue Alfred-de-Vigny). Le quartier du stade se développe. Auparavant il s'agissait seulement de champs (les terrains de Durand et de Rembès) et d'une saligue, traversée par des chemins vicinaux et par la rue du Gave (où se trouvaient l'horticulteur Lartiguet, la teinturerie Dallis et la tannerie Cabanne). Près de l'actuel restaurant Cabanne se trouvait l'usine de bérets Crosnier(dépendant de Laulhère à Oloron).


En 1967-68, les tripiers jurançonnais du bord du gave, Latapie, Camy et Cascaro sont expropriés pour la construction du pont d'Espagne qui crée un nouveau lien entre Jurançon et Pau parallèlement au pont du 14 juillet. En 1973, ouvre l'école Jean-Moulin installée sur d'anciens jardins ouvriers.

--- Jacqueline Commenges a toujours vécu à Jurançon depuis 1934. Son témoignage a été recueilli en 2013.

Lire la suite

Histoire d'ours

2 Novembre 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Lu ce matin dans Ethnologia Polona (vol 13, 1987 p. 257-89), "Des évêques et des ourses, Etudes de quelques chapiteaux du cloître de Sait-Lizier en Couserans" d'Arnold Lebeuf. Je me méfie un peu de certaines "libres interprétations" de l'anthropologie, surtout quand elle s'autorise de la psychanalyse, cependant je trouve touchante cette parenté entre l'humain et l'âne que les écrivains de Pline l'Ancien à Gaston Phoebus ont repérée et ses implications dans les rituels de fécondité des Douganes et des Yacoutes, on aimerait en savoir plus... Bien sûr en Béarn comme ailleurs les ânes s'appellent Martin, et la légende de l'évêque de Couserans permet de bien comprendre pourquoi aussi bien les ours que les ânes s'appellent Martin. Je cherche cependant des éléments sur une chanson dédiée à l'ours Dominique "Adiu praube Dominica". Vieux souvenir d'enfance. Aucune trace sur le Net... Ca a peut-être à voir avec le dernier ours tué dans les Pyrénées, je ne sais pas.

 

 

 

Lire la suite