Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C. Colera cité par TheLocal.fr

30 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

toplessL'interview de C. Colera sur le Topless Tour parue dans Atlantico et son livre "la Nudité" sont cités sur TheLocal.fr ici.

 

 

Lire la suite

Mon interview sur le Topless Tour (Atlantico.fr)

27 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

Atlantico : Le Topless Tour est un nouveau phénomène à la mode sur les réseaux sociaux. Même Miley Cyrus s'y est mise. Il s'agit de poser en topless devant des paysages. Comment ce phénomène a t-il été lancé et développé ? Comment expliquer son ampleur à travers la planète ?

Christophe Colera : Le Topless Tour a été lancé par trois filles Olivia Edginton, Lydia Buckler et Ingvild Marstein étudiantes en danse et musique au conservatoire de Greenwich qui ont commencé cette série de photos topless en Norvège en décembre 2012. Le mouvement tire profit de deux tendances.

Premièrement celle du "selfie" plus ou moins érotique  (La suite ici sur Atlantico.fr)

Lire la suite

Coaching, dreaming, dominating

25 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

Je parlais il y a peu avec une spécialiste de "programmation neurolinguistique" (PNL) qui fait du coaching professionnel. "Beaucoup de choses sont possibles, me disait-elle, mais les gens portent des masques et ne veulent pas s'avouer à eux-mêmes ce qu'ils sont ni ce qu'ils veulent vraiment.

 

coach.jpgVoilà qui sonne très américain ("yes we can"), dans la volonté d'optimiser, et dans le "oui-ouinisme" comme dit une mienne amie...

 

Mais il faut prendre en compte aussi le fait que les gens font des arbitrages entre 1) refuser ce qu'ils sont et 2) tenter de réaliser leur rêve en engraissant des "coach" et surtout en se mettant psychologiquement sous leur coupe sans aucune garantie de succès.

 

Un autre ami me disait : "mais pourquoi diable tant de gens se sentent-ils une vocation d'aider les autres contre de l'argent sonnant et trébuchant" ? Beaucoup de ces thérapeutes sont raisonnables, ne pratiquent pas des tarifs trop élevés etc. D'autres en revanche sont dans une débauche de consumérisme, veulent vous vendre toutes sortes d'accessoires (de la fleur de Bach au pendantif "oeil de tigre", vous prescrivent des séances de shiatsu ou de je-ne-sais-quoi annexe à leur propre pratique. On aurait quand même envie d'inviter les gens à la recherche de thérapies de ce type à garder la plus grande prudence en la matière (sans même parler évidemment des nombreux charlatans qui encombrent ce milieu).

Lire la suite

La Marianne de Quimper

23 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

le-marianne-de-Quimper.JPGAprès la Femme Loire nue jambes écartées, voici la Marianne du hall de la mairie de Quimper (cf la revue Le Point). Non pour la promotion d'un territoire cette fois, mais, jurent certains, pour dénigrer la République. Pas très nouveau dans un sens après toutes les variations sur le "topless" de la Liberté Guidant le Peuple de Delacroix, et l'utilisation des Femen pour les timbres postes.

 

Syndrôme d'une invasion du porno dans les imaginaires artistiques ? d'une perte de foi définitive dans la République ? (mais n'est elle pas aussi toute puissante cette Marianne aux seins offensifs, et pas seulement objet de désir ?). Faut-il érotiser la République ? Au XIXe siècle même dans sa nudité (partielle) elle était austère comme les allégories de la science. La veut-on aujourd'hui dans une lascivité conquérante ? En tout cas le débat à Quimper ne devrait pas durer très longtemps puisque la statue va bientôt être retirée.

Lire la suite

Germanicus en Egypte

19 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Pythagore-Isis

Etrange projet que ce voyage de Germanicus en Egypte alors que l'intéressé "ne savait pas" que c'était interdit.

 

germ.jpgVoici ce que Tacite en dit :

 

"[2,59]

(1) Sous le consulat de M. Silanus et de L. Norbanus, Germanicus partit pour l'Égypte, afin d'en visiter les antiquités: les besoins de la province lui servirent de prétexte. Il fit baisser le prix des grains en ouvrant les magasins, et charma les esprits par une conduite toute populaire, comme de marcher sans gardes, avec la chaussure et le vêtement grecs, à l'exemple de Scipion, qui, au plus fort de la guerre punique, en avait usé de même en Sicile. (2) Tibère, après avoir blâmé en termes mesurés cette parure étrangère, se plaignit vivement de ce que, au mépris des lois d'Auguste, Germanicus était entré dans Alexandrie sans l'aveu du prince. (3) Car Auguste, parmi d'autres maximes d'État, s'en fit une de séquestrer l'Égypte, en défendant aux sénateurs et aux chevaliers romains du premier rang d'y aller jamais qu'il ne l'eût permis. Il craignait que l'Italie ne fût affamée par le premier ambitieux qui s'emparerait de cette province, où, tenant les clefs de la terre et de la mer, il pourrait se défendre avec très peu de soldats contre de grandes armées.

[2,60]

(1) Cependant Germanicus ignorait encore qu'on lui fit un crime de son voyage, et déjà il remontait le Nil, après s'être embarqué à Canope. Cette ville fut fondée par les Spartiates, en mémoire d'un de leurs pilotes, enseveli sur ces bords à l'époque où Ménélas, retournant en Grèce, fut écarté de sa route et poussé jusqu'aux rivages de Libye. (2) De Canope, Germanicus était entré dans le fleuve par l'embouchure voisine, consacrée à Hercule, lequel, selon les Égyptiens, est né dans ce pays, et a précédé tous les autres héros émules de sa valeur et appelés de son nom. Bientôt il visita les grandes ruines de Thèbes. (3) Des caractères égyptiens, tracés sur des monuments d'une structure colossale, attestaient encore l'opulence de cette antique cité. Un vieux prêtre, qu'il pria de lui expliquer ces inscriptions, exposait "que la ville avait contenu jadis sept cent mille hommes en âge de faire la guerre; qu'à leur tête le roi Ramsès y avait conquis la Libye, l'Éthiopie, la Médie, la Perse, la Bactriane, la Scythie; que tout le pays qu'habitent les Syriens, les Arméniens, et, en continuant par la Cappadoce, tout ce qui s'étend de la mer de Bithynie à celle de Lycie, avait appartenu à son empire." (4) On lisait, sur ces mêmes inscriptions, le détail des tributs imposés à tant de peuples, le poids d'or et d'argent, la quantité d'armes et de chevaux, les offrandes pour les temples, en parfums et en ivoire, le blé et les autres provisions que chaque nation devait fournir: tributs comparables par leur grandeur à ceux que lèvent de nos jours la monarchie des Parthes ou la puissance romaine.

[2,61]

(1) D'autres merveilles attirèrent encore les regards de Germanicus: il vit la statue en pierre de Memnon, qui, frappée des rayons du soleil, rend le son d'une voix humaine; et ces pyramides, semblables à des montagnes, qu'élevèrent, au milieu de sables mouvants et presque inaccessibles, l'opulence et l'émulation des rois; et ces lacs creusés pour recevoir les eaux surabondantes du Nil débordé, et ailleurs ce même fleuve pressé entre ses rives et coulant dans un lit dont nul homme n'a jamais pu sonder la profondeur. (2) De là il se rendit à Éléphantine et à Syène, où furent jadis les barrières de l'empire romain, reculées maintenant jusqu'à la mer Rouge."

Lire la suite

Dévêtissement mutuel

16 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

Tatia Pilieva explore les effets du dévêtissement mutuel entre inconnus cf ici :

 

 

Les effets du gifflage mutuel sont intéressants aussi

 

 

Lire la suite

Iconographie de Marie-Madeleine

12 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées

Récemment, des Femen ont tenté une profanation à cinq centimes dans l'église de la Madeleine. Bien sûr elles sont passées une fois de plus à côté du symbole qu'elles visaient.

 

Les artistes, eux, ont mieux compris de quoi il retournait.

 

Voici une Marie-Madeleine allemande en tilleul attribuée à Gregor Erhart qui selon le site Tétramorphe au XVI ème siècle aurait été suspendue à la voûte de l'église des dominicains d'Augsbourg et entourée d'ange (ce qui rejoint la tradition de son élévation par les anges à Ste Baume). Les gens la voyaient donc d'en bas. Le site remarque que son extase peut être mystique ou érotique.Elle est au Louvre depuis 1902.

 

erhart.jpg

 

Voici celle du Titien :

 

Titien.jpg

 

Celle de Guido Reni :

 

reni.jpg

 

Celle du Caravage qui, comme le rappelait Manara récemment utilisait des cadavres de prostituées pour ses modèles de saintes.

 

caravag.jpg

 

Celle de Vrouet (même époque) :

 

vrouet.jpg

 

Celle de Murillo :

 

murillo.jpg

 

Celle de Jules Lefebvre au XIXe siècle à Saint Petersbourg, toute en rousseur :

 

lefevre

 

Celle d'Aldophe Binet (vers la même époque)auprès du Christ :

 

binet.jpg

 

Celle de Philippe Martinery (de nos jours) :

 

mart.jpg

 

Celle de Cyril Leysin (de nos jours) :

 

leysin.jpg

 

Même cette chanson dont les paroles veulent tout dire et son contraire a quand même un côté authentique : le décor qui fait penser un peu à la grotte de Sainte Baume, avec en plus une pyramide de lumière. Arnold Lebeuf cite bien "la Madelon", je peux donc citer Sandra...

 

Lire la suite

Bric à brac ésotérique

7 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

2011-0039.JPGDe nombreuses librairies ésotériques en France ont dans leurs rayons des ouvrages comme "La Numérologie révèle votre avenir" de Caroline Leroy (eds Exclusif), livres écrits en grosses lettres, avec peu de lignes par pages.

 

Celui-la comprend bien des approximations : Apollonios de Tyane mal orthographié (Caroline Leroy lui ajoute un "h"). L'auteure estime (p. 12) que "ses écrits manquent d'objectivité" (sic) alors que ce philosophe n'a laissé aucun texte, Philolaos est orthographié "Philocaos" (p. 13). Le livre nous dit que "Saint Augustin recommandera que la construction des églises romanes tiennent (sic) compte des structures géométriques harmonieuses" alors que l'art roman commence au XI sècle... à peu près 600 ans après la mort d'Augustin !

 

On y apprend que "le frère de Jésus, Jacques le Mineur dit aussi Simon le Zélote (le magicien), très proche des mages samaritains de Manassé et des thérapeutes de Qumran - communauté des gardiens de l'alliance fondée en 44 av. JC par Menahem, un essénien - grand père de Marie Madeleine. Menahem descend lui-même des prêtres asmonéens largement influencés par le pythagorisme (...). Les connaissances en arithmologie arrivent en France avec Simon le Zélote qui accompagne Marie-Madeleine puis elles transitent en Ecosse et en Irlande où les druides en feront grand usage".

 

Tout d'abord, on sait que les pythagoriciens ont influencé (sinon même créé) le druidisme via Marseille trois ou quatre siècles avant JC. Ensuite Qumran n'a pas été fondée en 44 av JC (date de la mort de César), on serait bien en peine de dater à l'année près ce genre de fondation et les historiens préfèrent la situer vers - 100 (alors pourquoi inventer 44 ? parce que le chiffre est joli ?). On voit bien que certaines évocations de la rencontre entre Jésus et Marie-Madeleine ont des relents pythagoriciens (l'image de Jésus écrivant sur le sable), en revanche l'apôtre Simon le Zélote évangélisateur des Berbères n'a rien à voir avec Simon le Mage, le gnostique, ni non plus avec l'arithmologie. Quant au lien entre Menahem l'Essénien mentionné par Flavius Joseph et Marie-Madeleine, il semble aussi gratuit que l'hypothèse qui fait de la sainte une prêtresse d'Isis.

Lire la suite

Le Livre d'Esther

1 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Ishtar

esther.jpgLe livre d'Esther dont je parlais il y a peu fait partie de ces ouvrages de l'Ancien Testament sur lesquels il faut savoir revenir à divers moments de sa vie.

 

C'est une belle histoire avec des passages très intéressants sur le fonctionnement de l'absolutisme perse, avec les règles de mépris en cascade et de mimétisme qu'il produit (côté mimétisme je pense à la crainte des grands de l'empire quand ils découvrent que la première femme d'Assuerus refuse de voir son mari : nos épouses feront-elles de même ? - notez qu'on n'est pas loin dans ce passage d'une ambiance à la Lysistrata d'Aristophane...)

 

Le livre pose une question : qu'est-ce que c'est que d'être en contact direct avec le divin ? Qu'est-ce que ça implique ? Il y a un peuple, qui est élu de Dieu (souvenez vous que les péripatéticiens grecs considéraient les Juifs comme un peuple de philosophes, notamment à cause des fortes prescriptions alimentaires, comportementales et éthiques, les unes n'allant pas sans les autres, qu'ils appliquaient), un peuple qui donc n'a pas vocation à être ni dans le mépris en cascade, ni dans le mimétisme, et qui, de ce fait, s'attire des jalousies (et même dans le livre d'Esther une volonté d'extermination). Il doit donc pratiquer sa foi clandestinement comme Esther. Le lien avec Dieu ne lui promet pas une hégémonie, mais une compensation symétrique, un rétablissement dans ses droits selon les règles de la justice (celui qui voudrait pendre sera pendu) et cela à soi seul montre que Dieu "ne laisse pas tomber". Mais pour le reste, le peuple élu ne cherche pas de bien terrestre, car, pour lui, la soumission au pouvoir d'un homme (le Roi des rois, mais on pourrait dire de tout homme et de toute femme), est une soumission au néant (c'est très clairement dit dans le texte), et c'est pourquoi aux fastes de la cour s'opposent en permanence le deuil, les sacs, les cendres (de Mardochée, d'Esther) qui sont autant de renoncement aux fastes.

 

Esther ne renoue avec sa splendeur que pour sauver son peuple, elle se pare de ses habits de reine pour aller parler à son époux le roi. Et notez qu'elle ne le fait même pas pour son peuple mais pour son Dieu : pour que son Dieu ait encore des "bouches" pour témoigner de lui. Cela aussi est écrit en toutes lettres.

 

Je voudrais dire aussi un mot des deux prières qui figurent dans ce livre : celle de Mardochée et celle d'Esther. Ce sont des professions de foi, des appels au Tout-Puissant, mais aussi, de ce fait, des incantations magiques, des appropriations de pouvoirs magiques. Esther revêtue des insignes royaux risque la mort en allant implorer le roi sans y avoir été invitée. Les lois du harem le lui interdisent. Elle ne survivra que si elle inspire de la bienveillance au roi et si celui-ci pose son sceptre d'or sur son cou. Devant lui elle défaille de peur. Mais c'est parce qu'elle a invoqué son Dieu qu'au milieu de son trouble celui-ci produit le miracle : il lui fait trouver les mots justes, et attendrit le coeur du roi, préparant ainsi un retournement complet de la situation du peuple juif captif. Le retournement vient de Dieu, comme récompense de la foi, mais il n'a été provoqué que par l'humilité de Mardochée et Esther, leur persévérance dans la résistance à la loi des hommes, leur fidélité à leur divinité, celle avec qui ils ont un contact intime depuis Abraham (le lien d'une promesse paternelle), tout cela s'étant noué dans la parole sacrée de la prière.

 

Aussi, si je trouve intéressant comme je l'indiquais récemment qu'Arnold Lebeuf repère dans Esther tous les traits d'Ishtar (qu'il retrouvera aussi dans Marie-Madeleine), je crois qu'Esther reste profondément une anti-Ishtar parce qu'elle est une anti-reine. Elle est une "ancilla domini" comme la Vierge Marie, et ne trouve de sens et de pouvoir existentiel que dans ce lien intime avec l'absolu, qui est un lien sans compromis avec le pouvoir politique (ou affectif) terrestre.

Lire la suite