Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"De nuditate sacra sacrisque vinculis"

24 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps, #Généralités Nudité et Pudeur

"De nuditate sacra sacrisque vinculis"

La Revue Sociologique de 1911, p. 231-232, expédie assez rapidement le "De nuditate sacra sacrisque vinculis" de Josef Heckenbach publié en 1911, commenté par la Revue

"Cette petite étude ou plutôt cette suite de deux petites études s'attaque à deux problèmes différents : le problème de la nudité sacrée et celui des liens ou plutôt des noeuds et de leur usage dans la religion et dans la magie. On retrouvera un groupement utile des principaux textes de l'antiquité où il est question de la nuditas sacra : l'auteur montre la nécessité de la nudité pour celui qui accomplit un certain nombre de rites, pour le sacrifiant et pour le sacrifié dans certains cas. C'est une vierge nue qui nourrit le serpent d'Apollon en Epire ; Polyxène est immolée nue. certaines processions, certains rites funéraires, des rites agraires, des rites magiques n'obtiennent leurs effets que si celui qui les accomplit s'est dépouillé de tout vêtement. Malheureusement, l'auteur ne distingue pas suffisamment les tabous exigeant la nudité, la nudité lustrale, et les cultes phalliques ou génésiques qui sont des choses tout à fait distinctes. L'auteur voit dans la nudité des pieds exigée de celui qui pénètre dans un temple, un reste de la nudité antique exigée en pareil cas.

A propos des noeuds, M. H. met en lumière la force inhibitoire des noeuds dans les choses sacrées, et l'usage que la magie fait de cette force. La crainte superstitieuse de lien magique s'attache aux noeuds : pour les actions saintes, on doit les éloigner. Au contraire, le magicien utilise cette vertu des noeuds pour nuire à autrui."

Sur la nudité des pieds, on y reviendra peut-être ultérieurement sur un livre fort étrange d'un avocat de Melun du XVIIe siècle, Sébastian Rouillard, "Les Gymnopodes ou De la nudité des pieds", 1624. A lire dans le prolongement du chapitre sur la nudité des pieds dans "Nudités romaines" de Cordier.

Il est dommage que ce texte latin ne soit pas traduit. On en trouve des références et des discussions chez divers auteurs. Par exemple Ch. Josserand en 1932, dans un texte sur les symboles pythagoriciens s'appuie sur Heckenbach pour rappeler que Médée dans Sophocle cueille les herbes maléfiques nues, de même que deux magiciennes sur un vase antique décrit par Hamilton en 1795, représentant un katadesmos selènès : deux magiciennes nues regardent la lune, figurée par un cercle où l'on distingue une figure de femme, elles tiennent d'une main l'une un glaive l'autre une baguette, toutes deux tendent vers l'astre l'autre main et la descente de la lune est suggérée par une chaîne qui joint le globe à la terre, et l'on sait depuis Tibulle et Horace (Horace le dit à propos d'une Thessalienne) que les magiciennes tentaient de faire descendre les astres. Hérodote (Op. 729) fait allusion au danger de se dévêtir la nuit, ce que Pline l'Ancien dans Histoires naturelles XXVIII 69 interprète comme une offense aux dieux à qui appartient la nuit. l signale que le Flamen Dialis ne peut se dépouiller de sa Tunique, si ce n'est dans un endroit couvert (Aulu Gelle et Plutarque), et Josserand rapproche de cela l'interdiction d'uriner devant le soleil chez Plutarque.

Lire la suite

Le Tadjikistan durcit sa législation contre la sorcellerie

24 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Médiums

Le président tadjik Emomali Rakhmon a annoncé avoir modifié le Code pénal le jeudi 23 septembre lors d'une réunion du gouvernement, pour porter à sept ans de prison la punition des actes de sorcellerie déjà sanctionnés par des amendes depuis 2008. 5 000 personnes seraient passibles de ces sanctions. A titre de curiosité, pour un regard salifiste tunisien sur la sorcellerie, vous pouvez jeter un oeil à ce billet,

Lire la suite

Le Dalaï-Lama machiste ?

24 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées

Le Dalaï Lama a déçu ses supporters féministes en déclarant que si une femme devait lui succéder, elle devrait être jolie.

Lire la suite

Le marché les médiums en Italie

23 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Médiums

4,5 milliards d'euros par an correspondant à 33 000 personnes chaque jour, c'est le chiffre avancé par le directeur de l'Osservatorio Antiplagio dans ABC. Age moyen 47 ans, 51 % de femmes.

Lire la suite

Notre Dame de la Charité du Cuivre

20 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Notre Dame de la Charité du Cuivre

Dans mon livre autobiographique j'ai rappelé qu'un de mes ancêtres avait servi comme volontaire dans la guerre de Cuba. A l'heure où le pape à Cuba rend hommage à Notre Dame de la Charité du Cuivre, je lis ceci dans "La Croix Supplément" du jeudi 13 juillet 1899, à propos des brigandages commis par d'anciens guerilleros espagnols vaincus (des "reconcentrados") :

"Le fait qui a le plus surexcité l'émotion générale est la violation du sanctuaire de Notre Dame de la Caridad del Cobre (littéralement Notre Dame de la Charié du Cuivre), très vénéré à Cuba et en particulier à Santiago de Cuba où il est situé. La statue de la Vierge et de l'Enfant Jésus est un souvenir des premiers temps de la découverte de Cuba par Christophe Colomb et ses compagnons. Parmi ces derniers se trouvait un capitaine célèbre par ses exploits et ses audaces, Alfonso de Ojeda. Il avait une grande dévotion pour la Sainte Vierge et portait toujours sur lui son image, à laquelle il attribuait l'invulnérabilité dont il semblait jouir dans les combats.

Pour reconnaître l'hospitalité d'un cacique, il lui fit don d'un grand médaillon en cuivre représentant la Sainte-Vierge et l'Enfant jésus, et ce cacique sentit pris d'une si grande vénération pour cette image qu'il la plaça dans un ermitage que, de concert avec Ojeda, il éleva, et qui fut le premier sanctuaire de l'île de Cuba. Il disparut, on ne sait à quelle époque, mais, en 1628, deux Indiens trouvèrent flottant dans la baie de Nipe un cadre en bois contenant une plaque de cuivre où étaient figurés la Vierge et l'Enfant avec cette inscription : "Je suis la Vierge de la Charité".

On supposa que c'était l'image donnée par Ojeda au cacique un siècle auparavant, et on la plaça dans un chapelle, où elle fut longtemps vénérée. C'est d'après cette image qui a disparu qu'on modela la statue actuelle de Notre Dame de la Caridad del Cobre. Souvenir d'une époque héroïque, elle a toujours été vénérée avec une dévotion qui, malheureusement, ne s'est pas traduite seulement par des prières. Une piété trop démonstrative l'avait ornée de riches bijoux, d'or, de pierreries, de dentelles, dont on estime la valeur à 125 000 francs. Riche proie offerte à la tentation des voleurs.

Un matin, on s'aperçut que la tête de la Vierge et celle de l'Enfant Jésus avaient été enlevées pendant la nuit, avec toutes les richesses qu'elles portaient. Ce vol sacrilège porta au comble l'indignation des fidèles. On n'est pas parvenu à mettre la main sur les voleurs ; mais, heureusement, ce qui est plus important, on trouvé abandonné en divers endroits la plupart des bijoux soustraits, et, dans un champ près du sanctuaire, la tête de la Vierge. On n'a pu encore rentrer en possession de celle de l'Enfant Jésus. Evidemment l'impossibilité de se défaire des objets volés a forcé les malfaiteurs à en abandonner la plus grande partie.

La cérémonie pour la réparation du sacrilège eut lieu en présence d'un concours énorme de fidèles.

Ces choses-là n'arrivent pas qu'à Cuba : les églises de France ont été trop souvent victimes de pareils larcins.

Mais ce qui est plus spécial à Cuba c'est l'existence de bandes armées qui terrorisent les campagnes, c'est aussi les vengeances exercées contre les résidents espagnols" (la lettre du correspondant de La Croix est datée du 27 juin 1899).

Près d'un siècle plus tard Etudes de décembre 1988 (p. 597) faisait état de l'importance du pèlerinage au sanctuaire national de Notre Dame du Cuivre dans le Sud de Cuba à Santiago où se rendaient des milliers de personnes, ce qui étonnait la hiérarchie catholique elle-même.

Le 17 septembre dernier le journal Granma précisait que c'étaient deux enfants noirs et un enfant indien qui avaient trouvé l'image, transférée à Saint-Jacques des Prés (El Cobre) par le père franciscain Francisco Bonilla, puis à l'ermitage Cerro de Cardenillo où des descendants d'affranchis angolais lui édifièrent un sanctuaire. Le récit de Granma est très différent de celui de La Croix évidemment, insistant plus sur la créolité de la Vierge et son rôle dans la formation du sentiment national cubain. Le souvenir de Ojeda notamment, découvreur du Venezuela, passe totalement à la trappe.

Lire la suite

Montalivet

20 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

Si les naturistes de Montalivet se plaignent qu'il n'y ait pas assez de nudité dans leurs propres camps (cf Sud Ouest et Télérama de 2013), elle était présente (dans un autre esprit bien sûr au festival des bikers en 2014.

You Tube nu recense les nouveauté du nu

Lire la suite

Le livre "La nudité" cité par la revue "Fémina suisse"

13 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité", #Nudité-Pudeur en Europe

Le livre "La nudité" cité par la revue "Fémina suisse"

C'est dans le Femina suisse de cette semaine.

Ci-dessous le Verbatim de l'interview :

- Pourquoi nos contemporains semblent-ils si attirés par la nudité ? est-ce que sa dimension érotique et transgressive continue d'en faire l'attrait ou est-ce qu'elle véhicule une sorte de philosophie de retour à la simplicité, à l'authenticité ?

- En effet, la nudité n'est pas seulement provocatrice. Elle est de plus en plus synonyme de vérité, d'authenticité et de liberté à l'égard des conventions sociales. Elle l'avait déjà été dans la tradition occidentale depuis les Grecs, avec une connotation très religieuse et métaphysique (la manifestation du divin, même dans l'art grec). Elle le devient sur un mode laïcisé maintenant que les gens considèrent le corps et son apparence comme une sorte de "rocher" dans lequel ils trouvent leur sécurité, leu identité, et à travers lequel ils expriment ce qu'ils sont. Cela va avec un méfiance croissante à l'égard des conventions sociales qui s'expriment dans les vêtements, mais aussi à travers le langage qui est désormais réputé infidèle à la "vérité suprême" des émotions. La nudité c'est l'authenticité, mais c'est aussi le courage, l'abandon de soi. Mais pas n'importe quelle nudité. Il est des nudités guerrières qui font peur, comme la nudité des Gaulois au combat jadis, ou le terroriste du Thalys la semaine dernière qui montait nu avec kalachnikov, des nudités humiliantes, des nudités dérangeantes jugées vulgaires parce qu'elles ne respectent pas les autres. La limite entre le nu sublime et le nu dégradant dépend de beaucoup de facteurs, c'est une affaire de circonstances, d'intentions qui s'expriment à travers la nudité.

- La nudité est-elle plus facilement montrable aujourd'hui, ou a-t-elle seulement conquis de nouveaux espaces pour s'exprimer ?

- A beaucoup d'égards elle est moins montrable dans beaucoup d'espaces. Il y a eu une véritable chasse à la nudité dans l'espace publicitaire au début des années 2000. Et beaucoup de gens notent qu'il ne serait plus possible d'avoir un strip tease de playmate à 19 h45 sur une grande chaine de TV aujourd'hui comme c'était le cas dans les années 80. De même que le topless devient plus délicat aussi. Un sondage IFOP-TENA il y a 5 ans montrait qu'une majorité de femmes ne supporte pas la nudité d'autres femmes dans les vestiaires, ou même la nudité d'une voisine dans son jardin. Et cependant la nudité est devenu un vecteur de communication sur Internet, en annexe des mails et des textos chez les ados notamment (parfois pour le pire), sur certains réseaux sociaux, et le naturisme est en hausse. Il y a donc bien des espaces sur lesquels la nudité recule et d'autres où elle progresse.

- Plusieurs philosophies sont-elles en train de cohabiter? Nudité commerciale contre nudité libératrice du naturiste, ou encore nudité chargée de rehausser l'estime de soi?

- La nudité commerciale n'est pas forcément à opposer à celle qui se charge de rehausser l'estime de soi. Il y a des stars qui s'exposent à la fois pour un profit commercial, et pour rehausser leur estime d'elle meme comme K. Kardashian après son premier accouchement. Et il y a près d'Avignon un photographe qui s'est spécialisé dans le nu anonyme à titre pratiquement thérapeutique, pour "rehausser" l'image d'elle même de certaines femmes, mais qui en fait son activité commerciale. Par contre oui, il y a une pluralité de philosophies de la nudité depuis celle qui manifeste par la nudité un dépouillement, un dénuement face aux injustices (comme récemment les joueurs de pelote basque de Levallois Péret dépossédé de leur espace de jeu qui ont posé nus pour protester), celle qui au contraire veut manifester une conquête face aux peurs, face aux conventions sociales, et qui incarnent une nudité guerrière (les Femen par exemple). La nudité peut-être violente ou pacifique, chercher à fédérer sur un plus petit dénominateur commun d'humanité, ou chercher à provoquer des conflits en choquant les gens. C'est très contradictoire, et le spectateur de la nudité d'autrui peut investir sur elle des significations très différentes, parfois opposées de celles de la personne qui s'était dénudée.

- La nudité demeure-t-elle sexualisée dans nos regards contemporains?

- Cela dépend du contexte et des stratégies employées. Par exemple les expositions de seins pour encourager le dépistage du cancer semble s'imposer assez bien comme une image dé-sexualisée de la nudité. De même les naturistes dans leur propre espace arrivent à promouvoir une vision "innocente", enfantine, édénique (celle d'Adam et Eve) de la nudité. Mais dans l'ensemble en France c'est une vision de plus en plus sexualisée de la nudité qui prévaut. La preuve en est que dans l'émission de TV réalité "Adam cherche Eve" en version française les parties génitales ont été floutées (à la différence de la version originale néerlandaise), ce qui encourage chez le spectateur un jeu de voyeurisme pour contourner le floutage. Même en Allemagne en ce moment la nudité se sexualise, en milieu urbain du moins, de sorte qu'il y a de moins en moins de femmes nues dans les parcs publics des grandes villes où la nudité est pourtant tolérée. Je ne suis pas sûr que des mouvements qui en Scandinavie, aux USA etc essaient de "banaliser" le topless parviennent à court terme à inverser cette tendance.

- Alors que téléréalités et réseaux sociaux véhiculent beaucoup de nudité, comment expliquer que, face à cela, le topless soit de plus en plus rare sur les plages?

- Il y a d'un côté le besoin de beaucoup de gens de se montrer nus ou de voir du nu, qui s'exprime notamment sur Internet, et puis, il y a la valeur d'humilité, de respect d'autrui, de pudeur, qui reste très présente dans la société comme on le disait plus haut, et qui l'est même d'autant plus aujourd'hui que les gens veulent protéger l'enfance (ce qui était moins le cas dans l'idéologie libertaire des années 70), respecter les convictions des minorités religieuses (à prendre en compte dans le cadre de sociétés de plus en plus multiculturelles) etc. Tout cela en plus du discours hygiéniste sur les risques de cancer a joué contre le topless sur les plages, la plages restant un espace publics qu'on ne peut pas "verrouiller" pour protéger ses enfants comme on verrouille un accès à la TV ou à Internet, et qu'on ne peut pas "zapper" par goût personnel. Du coup sur les plages en effet les gens s'autocensurent plus que par le passé. Mais cela n'empêche pas que ces mêmes personnes qui se censurent sur la plage, pourront se montrer ensuite plus libérales dans leur disposition à aller poser nues chez un photographe, à tourner une sextape ou à manifester topless dans la rue pour combattre le commerce des fourrures animales.

- La nudité n'est-elle pas l'ultime stade d'un discours qui s'essouffle? Le dernier recours pour attirer l'attention sur soi? Si oui, ce constat semble inquiétant, car il signifierait que toute autre méthode est devenue impuissante...

- Dans certains domaines la nudité peut effectivement être le signe d'un manque d'imagination, comme lorsque une revue fait une "une" sexy pour booster ses ventes. C'est ce qui a été reproché à la TV réalité qui s'est servi de la nudité ces dernières années. Mais l'usage de la nudité n'est pas toujours le signes d'un manque d'idée. Elle peut parfois au contraire refléter une idée particulière de l'humanité, en harmonie avec son environnement naturel(*), en paix avec elle même, dans une façon de prolonger les utopies hippies d'il y a 50 ans. Ce qui est sûr en revanche, c'est que la valorisation de la nudité est possible parce que l'image remplace de plus en plus les mots et le corps compte plus que l'esprit, et les émotions plus que les raisonnements comme valeur refuge, valeur de vérité. C'est sur ce terreau là que peut grandir l'idée "je vais défendre l'authenticité, la liberté, la vérité en me dénudant, ou en défendant le droit de l'artiste Milo Moiré à poser nue sur l'esplanade du Trocadéro".

- Les utilisateurs de smartphones réalisent de plus en plus de selfies dénudés, à la fois à l'attention de leur partenaire (sexting) et de leurs amis (le frexting...) Pourquoi effeuiller ainsi son corps est devenu un mode de communication à part entière?

- Je l'évoquais précédemment : un mode de communication plus physique, moins verbalisé, qui crée des sensations immédiates et fait gagner du temps. Après cela se nourrit aussi des censures qui s'attachent encore à la nudité. En se montrant nus, les ados notamment manifestent un petit esprit rebelle, et courageux, tout en restant dans l'ordre du "bon enfant". Ils créent une connivence, un lien de complicité entre eux sur la base du courage qu'ils ont de se montrer "tels qu'ils sont" au mépris des lois. Idem quand on tourne une sextape. Cela garde un côté positif tant qu'il n'y a pas derrière cela de la contrainte, du chantage, ce qui est hélas le cas ensuite avec le revenge porn par exemple.

- Toutes les nudités aujourd'hui se valent-elles: montrer un fessier nu, est-ce comme montrer des seins ou des jambes?

- Le tabou de la monstration des parties génitales est une constante de toute l'humanité, puisque même dans les sociétés sans vêtements il est interdit de regarder de trop près l'entrejambe. Une nudité jambe écartée n'a pas les mêmes connotations qu'un nu de dos plus suggéré. Mais le côté voyeur que favorise la démultiplication des images sur les écrans pousse à resexualiser des parties du corps dont la monstration pouvait au moins dans certains espaces tendre à se banaliser comme les seins (le tabou des seins étant d'ailleurs devenu si fort aux Etats-Unis que même l'allaitement en public est censuré). On voit une forte sexualisation des fesses, des organes génitaux et des seins. Le porno aussi, en arrière plan, en valorisant beaucoup les gros plans sur les fesses, les gros seins etc pousse dans cette direction.

- Est-ce une réaction d'exaspération face aux géants du web tels Google et Apple, qui cherchent à censurer seins et sexes sur leurs supports?

- Il y a des réactions effectivement contre la censure, et la censure nourrit les fixations sur la nudité. Mais je crois que la dynamique qui joue en faveur de la monstration du corps est en partie autonome et ne peut pas se réduire à une réaction face à la censure. En ce qui concerne les réseaux sociaux,les réflexes de pudeur restent très majoritaires dans la société, y compris chez des gens qui peuvent avoir des pulsions occasionnelles à la monstration de soi. Mais chez les gens qui entrent dans le jeu de la monstration, par exemple sur des réseaux comme Uplust, on décèle très clairement l'influence de l'imaginaire porno sur le rapport que les gens (surtout les femmes qui postent leurs photos, ou celles que prennent leurs partenaires) ont à leur corps ou au corps de leur partenaire, l'angle sous lequel les fesses, les seins, les parties génitales sont montrés semblant directement inspiré de la façon dont les actrices X professionnelles étaient filmées ou photographiées. On note sur Uplust que beaucoup des photos sont sans visages, les femmes ou postent leur image, ou leurs partenaires avec qui elles les postent, pouvat ainsi jouer sur sorte de dédoublement de soi ambigu : c'est soi même qui est montré, offert, et en même temps ce pourrait être quelqu'un d'autre - au fond on ne sait pas si les femmes donnent quelque chose de vraiment intime dans cet espace là, ou simplement, par jeu, une projection conventionnelle d'elles-mêmes dans l'imaginaire X, un peu comme dans l'Antiquité les patriciennes romaines acceptaient qu'on pose une sculpture de leur tête, sur un corps de marbre qui recopiait conventionnellement les formes parfaites et canoniques de la Vénus de Praxitèle.

(*) Brett Lunceford , Naked Politics: Nudity, Political Action, and the Rhetoric of the Body, Lexington Books, 2012

Lire la suite

Visions de Ste Anne-Catherine Emmerich

10 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Histoire secrète

Anne-Catherine Emmerich dans ses visions de 1821 voit quatre générations d'ascendants de la vierge Marie, tous pieux. Des prêtres parmi eux, des gens bienveillants. Ils couraient, dénudaient leur poitrine pour appeler Dieu. Les ancêtres de Ste Anne vivaient à Mara, près du mont Horeb. Ils avaient des rapports avec les Esséniens (Escariens, khasidéens), c'étaient des Esséniens mariés. Leur chef Arcas ou Archos à l'époque de la grand mère de ste Anne, Marouni ou Emoroun, (vers - 50), avait des visions prophétiques dans la grotte d'Elie, mais ils savaient que la naissance du sauveur était empêchée par les péchés des hommes. Il y avait déjà des ancêtres d'Anne esséniens au moment de la formation des communautés monachiques par Isaïe (les esséniens étaient déjà des prêtres de l'arche à l'époque de Moïse). Sur instruction d'Arcas, elle épousa son sixième prétendant, l'essénien Stolanus, qui n'était pas du pays de Mara. Emera une des trois filles, eut pour fille Anne selon ce qu'on disait à la mystique, mais elle a toujours vu que c'était Ismeria. Ismeria épousa un certain Eliud des environs de Nazareth et mena avec lui une vide d'essénienne. Ismeria eut une fille Sobé, mais ne vit pas de signe de prédestination. Elle se rendit auprès d'Archos qui l'exhorta à la prière. Après 18 ans de stérilité, un ange traça un "M" sur le mur de sa chambre, son mari vit aussi la lettre. Trois mois après ils enfantaient Anne qui avait ce signe sur l'estomac. Elle fut scolarisée au Temple de 5 à 17 ans et se retrouva à son retour à la maison avec une petite soeur et un frère. Ismeria décéda l'année suivante et nomma Anne chef de la maison. Elle lui dit qu'elle était un vase d'élection et de s'entretenir avec le prêtre Archos. Anne était née à Bethléem, ses parents avaient des terres dans la vallée de Zabulon près de Nazareth et s'installèrent à Sephoris. Anne épousa Joachim. Anne enfant n'était pas belle, mais simple et pieuse.

Ils habitèrent chez le père d'Anne près de Sephoris, avec toujours des visages graves. Il y avait des serviteurs dans leur maison. Anne eut une fille prématurée à cause d'une dispute avec une servante. Celle-ci ne portait pas de signe de prédestination. Ils l'appelèrent Marie. Ils firent pénitence, Anne était devenue stérile. Ils s'établirent près de Nazareth. Leur maison était sur une hauteur entre la vallée de Nazareth et celle de Zabulon. La stérilité d'Anne à 43 ans pendant 19 ans lui valut du mépris. Un ange annonça la naissance de Marie. Des lettres rouges dorées furent sur le mur de sa chambre. Vision d'un tabernacle rideaux retirés. Le démon qui guète sur les marches de l'annonciation.

Toute cette vision de la pureté de Marie voulue de toute éternité est très émouvante.

Lire la suite

"Les salons de massage chinois" de Christophe Colera

6 Septembre 2015 , Rédigé par CC

"Les salons de massage chinois" de Christophe Colera

Vient de paraître aux Editions du Cygne

Les salons de massage chinois
Enquête sur un nouveau rapport au
corps

Sur la base d'une enquête de terrain réalisée avec deux collaborateurs, ce livre tente de présenter sans a priori la manière dont les salons de massage chinois, par leur pratique même, redéfinissent en France le rapport entre massage thérapeutique, massage de bien-être et sexualité. Ce travail apporte ainsi des éléments factuels utiles à la réflexion et au débat sur les formes légitimes de la sexualité et du plaisir masculins.
Au-delà du caractère souvent trop schématique des polémiques sur les nouvelles formes de prostitution, il pose la question du nouveau rapport au corps que ces héritages du taoïsme classique peuvent engendrer sous nos lati
tudes.

ISBN : 978-2-84924-421-0

13 x 20 cm

112 pages

13,00 €

Peut être commandé ici, ou sur Amazon.fr, fnac.com ou chez votre libraire

Lire la suite

Dommages causés aux cultes mariaux dans le Sud-Ouest

6 Septembre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Dommages causés aux cultes mariaux dans le Sud-Ouest

En vertu de l'adage "Regnum Galliae, Regnum Mariae" qui figure au début de son livre, le curé de Saint-Sulpice, André Jean Marie Hamon, entreprit entre 1861 et 1866 la publication d'un "Notre-Dame de France, ou Histoire du culte de la sainte Vierge en France depuis l'origine du christianisme jusqu'à nos jours,...." en sept volumes.

Le volume 3, qui est le seul accessible sur Gallica est intéressant notamment par le fait qu'il rend compte des dommages causés aux sanctuaires mariaux dans le Sud-Ouest de la France par les Réformés protestants et des efforts des paroissiens pour les reconstruire.

L'abbé Hamon se penche notamment sur le cas de Notre Dame de Buglose, lieu de pèlerinage traditionnel dans les Landes :

"Placée sur la paroisse de Pouy, qu'a tant illustrée la naissance de saint Vincent de Paul, à cinq kilomètres du chêne qui abrita la première enfance de cet homme de Dieu, au milieu des sables du désert, cette antique chapelle était, de temps immémorial, l'objet de la vénération de toute la contrée, ainsi que la statue de Marie, qu'on y conservait, lorsque, le 28 novembre 1569, Jeanne d'Albret rendit une ordonnance portant que « les oratoires champêtres qui servaient, disait-elle, à de folles superstitions, ensemble les autels et retables des églises dans » les villes et les villages seraient rasés, démolis et les » pierres converties a des besoins utiles ». L'année suivante, 1570, en vertu de ce décret, le sanctuaire de Buglose fut livré aux flammes; et la statue, sauvée de la destruction par quelques catholiques, fut jetée secrètement par eux dans un marais, aujourd'hui desséché, à trente ou quarante pas de la fontaine miraculeuse qui existe encore. Ils se proposaient de l'en retirer quand luiraient des jours meilleurs; mais, ces jours n'étant pas venus de leur vivant; ils emportèrent leur secret dans la tombe.

En 1620, Louis XIII venait de rétablir le culte catholique dans le Béarn, quand un pâtre, qui avait coutume de mener paître son troupeau près du marais, vit, de dessus un chêne où il était monté, un de ses bœufs entrer dans le marais et y lécher une statue en poussant des mugissements.

Il descend aussitôt, court avertir le curé de Pouy; celui-ci arrive, on retire la statue, et l'on reconnaît l'image de la sainte Vierge. Alors les traditions a demi effacées dans le souvenir se réveillent : on réunit des pierres éparses, on dresse à la statue de Marie un piédestal à la place même où est aujourd'hui la chapelle de la Fontaine; et depuis lors, la sainte Vierge ne s'appelle plus que Notre-Dame de Buglose, soit qu'on ait formé ce nom du mot français beugler; soit qu'on l'ait tiré de deux mots grecs bOUÇ et yXiocrcra, la langue du bœuf.

Cette statue, dit l'ancien historien de la chapelle, était en pierre très-fine, et haute seulement de trois pieds trois pouces. Elle représentait la Mère de Dieu ceinte d'une couronne, assise sur un fauteuil, et tenant entre ses bras l'Enfant Jésus également couronné. Le bruit de cette découverte se répandit bientôt; des malades vinrent devant la merveilleuse image demander leur guérison, et l'obtinrent. Averti de ce qui se passait, l'évêque de Dax, Jean-Jacques du Sault, se transporte, avec plusieurs chanoines de son chapitre, dans cet endroit ignoré. Il procède à une enquête juridique, constate les faits; et, pour faciliter la dévotion à la sainte image, il en ordonne la translation à l'église paroissiale de Pouy.

Mais les bœufs attelés au chariot qui porte la statue s'arrêtent tout a coupa une distance de quatre cents pas, et on ne peut plus les faire avancer. A ce spectacle, on s'écrie de toutes parts : C'est ici que Marie veut être honorée ; la volonté du ciel est manifeste. En conséquence, on dépose l'auguste image sur les ruines de l'ancien sanctuaire, et l'évêque donne l'ordre d'en élever un nouveau dans ce lieu la même. La libéralité épiscopale fournit aux premières dépenses, le marquis de Poyanne suivit l'exemple donné par l'évêque; le peuple tout entier s'y associa; les travaux marchèrent avec rapidité, et, en moins de deux ans, l'édifice fut achevé. Jean-Jacques du Sault, pour réparer, autant qu'il était en son pouvoir, l'outrage fait par l'hérésie à la Mère de Dieu, voulut le bénir lui-même, le lundi de la Pentecôte 1622, avec toute la pompe possible, et prescrivit en conséquence que, ce jour-là, une procession générale du clergé et du peuple partirait de la cathédrale de Dax et se rendrait à la chapelle de Notre-Dame de Buglose.

L'appel du prélat fui en tendu au loin. Au jour annoncé, partirent de la cathédrale, sur deux lignes immenses, le clergé de la ville et l'évêque entouré de son chapitre, le marquis de Poyanne, gouverneur des châteaux de Dax, Mont-de-Marsan et Navarens; les membres du présidial, en robes rouges; les autres magistrats de la cité, et une multitude de peuple. Tous firent à pied, sur la terre sablonneuse des landes, au milieu des plus fortes chaleurs, au chant des hymnes et des cantiques, cette route de deux lieues. Après la bénédiction de la chapelle, le saint sacrifice fut célébré, et le prélat consacra à Marie son diocèse et sa personne.

Un grand concours de pèlerins ne tarda pas à se diriger vers Buglose. Il en vint non-seulement de toutes les parties du diocèse de Dax, mais encore des diocèses d'Aire, Bordeaux, Bayonne, Auch, Tarbes, Lescar et Oloron, et les miracles se multiplièrent en proportion du concours. Dès l'année 1622, on en compta dix-neuf; l'année suivante, il y en eut vingt-quatre. Ces grâces étaient si nombreuses et si éclatantes qu'on voulut en conserver le souvenir authentique. A la requête du curé de Pouy, premier directeur de la chapelle de Notre-Dame de Buglose, l'évêque de Dax nomma une commission d'examen, composée de six prêtres choisis et de M. de Lalanne, conseiller du roi et lieutenant assesseur, nommé a cet effet, sur la demande de l'évêque, par le tribunal du présidial dont il faisait partie. L'enquête fut faite avec soin, les procès-verbaux dressés exactement, et les originaux restèrent en dépôt dans les archives de la sainte chapelle jusqu'à la révolution, où ils disparurent.

C'est à ce moment, où le sanctuaire de Buglose, sorti récemment de ses ruines, attirait une foule de pèlerins, qu'un visiteur déjà célèbre par sa sainteté se mêla à leurs rangs.

Saint Vincent de Paul était né dans la paroisse de Pouy, en 1576, quarante-quatre ans environ avant la découverte de la statue, six ou sept ans après la destruction de l'antique oratoire de Marie. En 1623, il venait de prêcher aux galériens de Bordeaux les exercices de la mission. Se trouvant peu éloigné du lieu de sa naissance, il se détermina à faire une visite à ses parents". Il reçut l'hospitalité chez le curé de Pouy, son parent et son ami, qui avait pris une si grande part au rétablissement du pèlerinage. Ému de ce qu'il entendait raconter de Notre-Dame de Buglose, dont il avait vu les débris quand il n'était qu'un simple pâtre, le saint voulut, le jour de son départ, aller nupieds depuis l'église de Pouy jusqu'à la sainte chapelle, qui en est éloignée de six kilomètres. Ses frères, ses sœurs, ses autres parents et presque tous les habitants du lieu l'y accompagnèrent et s'y rendirent sous sa conduite en procession. Arrivé à la chapelle du pèlerinage, saint Vincent y chanta la messe solennelle sur un autel que les pèlerins peuvent encore y voir aujourd'hui, reçut ensuite a dîner tous ses parents, leur recommanda de ne pas quitter l'état où le ciel les avait fait naître, mais de s'y attacher pour la vie; puis il leur donna sa bénédiction et leur dit adieu pour toujours. Comme saint Vincent, des multitudes étaient attirées à Buglose par la confiance en la Vierge qu'on y honorait. Les habitants des côtes du Maremne et du Labour venaient y demander à Marie une heureuse navigation; et, chaque année, les paroisses voisines venaient, en procession , l'implorer pour leurs divers besoins, surtout dans les temps de calamités.

On voulut asseoir sur des bases solides le service d'un pèlerinage si fréquenté; les lazaristes furent appelés à garder le berceau de leur père, sur une terre encore toute pleine des souvenirs de son enfance; Mgr Bernard d'Abbadie d'Arboucave les y établit en 1706; ils devinrent curés -et seigneurs de Pouy, qui embrassait Buglose.

La présence de ces bons prêtres jeta un nouveau lustre sur le pèlerinage. Les faveurs signalées qu'on y obtenait en jetèrent un plus grand encore; et la renommée de ce sanctuaire gagna de plus en plus. En 1709, la reine douairière d'Espagne, Marie-Anne de Newbourg, souffrant de vives douleurs au bras gauche, fit vœu d'aller à Buglose, si, par l'intercession de Notre-Dame, elle était délivrée de son mal. Ses douleurs cessèrent tout à coup.

Fidèle à sa promesse, elle se rendit avec sa cour de Bayonne à la sainte chapelle, où elle fut reçue au chant du Te Deum, et s'approcha de la sainte table.

Les mêmes douleurs reparurent deux autres fois; deux autres vœux à celle qui lui avait déjà obtenu la guérison l'en délivrèrent de nouveau. Pour remercier la Mère de Dieu de ces deux faveurs, Anne de Newbourg envoya a sa place, suivant un usage assez répandu alors, six religieux de l'étroite observance de saint François, sous la conduite du P. Hermann de Colmar. Ces religieux partirent du couvent de Saint-Jean de Luz, se rendirent a Buglose; et, après avoir rempli les intentions de la reine, ils dressèrent du tout un procès-verbal.

En 1725, le pape Benoît XIII, pour encourager de plus en plus cette dévotion, accorda à perpétuité, une fois chaque année, une indulgence plénière à tous les fidèles qui visiteraient Notre-Dame de Buglose et y prieraient suivant les intentions du Saint-Siège."

Il s'agit là d'un exemple de sanctuaire rené de ses cendres.

Comme le note l'abbé Hamon, Jeanne d'Albret ne craignait pourtant pas de renier ses propres croyances lorsque sa vie était en danger :

"Pau étant une ville assez moderne , elle ne peut avoir de sanctuaires de Marie datant d'une haute antiquité. On y voit seulement un monastère de Notre-Dame du Carmel, un ancien cimetière dit de Notre-Dame, où les principales familles se faisaient enterrer, et les vestiges d'un oratoire célèbre bâti par les anciens seigneurs du pays, à l'entrée du pont, qui seul donnait accès au château de Pau; c'était comme une sentinelle avancée, destinée a protéger la forteresse. Les Béarnais y avaient une grande confiance, et, dans les dangers, dans la souffrance, ils invoquaient celle qu'ils appelaient Notre-Dame du Bout-du-Pont. Chose curieuse, Jeanne d'Albret elle-même, sur le point d'accoucher de Henri IV, oubliant l'hérésie au milieu des douleurs de l'enfantement, entonna d'une voix ferme le cantique des femmes du Béarn :

Nouste Dame Deu-Cap-deu-Poun Adjudat me ad aqueste ore.

Frégats au diii deu ceuQu'em bouilhe bié deliura Ieii.

C'est-à-dire : Notre-Dame du Bout-du-Pont Aidez-moi à cette heure.

Priez le Dieu du ciel Qu'il veuille bien me délivrer."

La liste des destructions ne s'arrêta pas au sanctuaire landais. En Béarn au sud d'Oloron Notre-Dame de Sarrance, qui doit son origine, dit la légende, à la découverte d'une statue de la Vierge par un berger, auquel un bœuf de son troupeau l'avait indiquée, en allant, chaque soir, de l'autre côté de la rivière, s'agenouiller devant elle, où Gaston Phebus, Louis XI et Marguerite de Navarre (qui lui rend hommage dans son Heptaméron) se rendirent en pèlerinage, fut attaquée.

"Les protestants envahirent Sarrance, écrit l'abbé Hamon, pillèrent ou livrèrent aux flammes le couvent, les appartements du roi de Navarre et des seigneurs, les titres de la maison, les chartes des privilèges, les procès-verbaux des miracles opérés par la sainte Vierge. Ils firent pis encore ; ils tuèrent tous les chanoines, qui préférèrent la mort à l'apostasie qu'on leur proposait, comme seul moyen de sauver leur vie. Un seul, l'abbé de Capdégui, put s'évader, emportant avec lui les vases sacrés de la chapelle, les ornements et autres objets précieux, et surtout la statue, qu'il cacha dans une grotte de la montagne. Il se réfugia en Espagne, d'où il revint quand cessa la - persécution. Alors il rendit à l'église tout ce qu'il avait sauvé, rétablit la Vierge sur le maître-autel, répara tous les dégâts le mieux qu'il put; et Notre-Dame de Sarrance parut renaître de ses ruines "

A Lescar Gabriel Ier de Montgomery en août 1569, saccagea la cathédrale où reposaient pourtant les restes de la mère de Jeanne d'Albret.

Dans la paroisse de Pardies, Les habitants, qui avaient autrefois deux églises, les. avaient vues tomber sous le marteau du protestantisme endurèrent dix ans de récoltes perdues et une famine.

"Louis XIII ayant rendu aux catholiques du Béarn la liberté de leur culte, les paroissiens de Pardies firent vœu, pour apaiser la colère céleste par l'intercession de Marie, d'élever à Notre-Dame de Pitié un oratoire sur le haut de la colline Testamale. L'évêque de Lescar ayant approuvé ce vœu, à condition qu'on s'engagerait à tenir toujours la chapelle pourvue de tout ce qui serait nécessaire au culte, et que les exercices qu'on y ferait ne préjudicieraient ni à l'église paroissiale, ni au curé, ni au patron du lieu, on se mit aussitôt a l'œuvre avec une ardeur que ne rebuta ni la difficulté des lieux, ni l'éloignement des matériaux; et en deux mois et demi l'édifice fut achevé. Le 15 août 1661, l'évêque de Lescar y autorisa la célébration de la messe ; le 31 du même mois, eut lieu la consécration ou dédicace de cette église, en présence des catholiques des environs accourus en foule ; aussitôt la terre reprit sa fertilité, et ceux que la famine avait fait partir rentrèrent dans leurs foyers. Dès lors, il y eut à la nouvelle chapelle une affluence chaque jour plus grande, provoquée par les grâces qu'on y obtenait, et, en 1662, on put y ajouter un clocher, avec une cloche portant l'inscription : Mater misericordiœ, ora pro nobis.

Plusieurs prêtres vinrent s'établir dans une maison voisine, pour prêter leur saint ministère aux nombreux pèlerins; et le curé de Pardies, qui s'était borné jusqu'alors à célébrer les offices dans la chapelle aux fêtes de la sainte Vierge, en fut nommé chapelain, à la charge par lui de donner un vicaire au gré de la population, et qui y résidât habituellement. La multitude des pèlerins rendait nécessaire cette présence habituelle du prêtre : car ils étaient si nombreux qu'ils étaient réduits a passer la nuit, les uns en plein air, les autres dans l'église, chantant des cantiques à la Mère de miséricorde; et même, pour éviter les désordres qui pouvaient se glisser dans une telle foule agglomérée, surtout pendant l'obscurité, les paroisses voisines réglèrent qu'elles n'y viendraient plus qu'en procession. C'était un spectacle édifiant de voir dans ces processions tout le monde si recueilli, et les malades qui avaient été merveilleusement guéris par l'invocation de Notre-Dame de Piétat, apportant pour offrande les uns dès lampes, des tableaux, des images, des ornements, des linges sacrés, les autres de l'argent pour orner le sanctuaire de Marie.Le souverain pontife, par une bulle du 12 mai 1709, y autorisa l'établissement d'une confrérie; il accorda même des indulgences à ceux qui contribueraient à agrandir cette chapelle, manifestement trop petite pour le nombre des visiteurs; et les évêques du Béarn permirent une quête à cet effet dans tout le pays. Grâce à ces ressources, l'oratoire primitif fut, en 1753, élargi, exhaussé et décoré d'un grand tableau représentant l'Assomption. Aujourd'hui, c'est une chapelle convenable, desservie par des missionnaires qui y sont établis, toujours disposés a accueillir les pèlerins. Il y a trois autels ornés de - tableaux; la statue de la Vierge, placée à l'autel principal, est en bois peint ; sous ses pieds se tord le dragon infernal, et à sa droite comme à sa gauche est un ange.

Les populations y viennent prier comme autrefois ; elles y apportent des offrandes en argent ou en, nature, vont boire à la fontaine bénie qui coule à quelques pas, et en remportent des grâces souvent signalées. Nous n'avons point dit dans l'histoire de ce pèlerinage les bienfaits nombreux qui y ont été obtenus. L'auteur, qui en a écrit l'histoire en 1781, se plaint du peu de soin qu'on a mis à les constater. Il cite pour sa part ceux dont il a été témoin, et qui consistent dans la guérison soudaine de plusieurs maladies réputées incurables, ou de longues infirmités." (p. 428-429)

A Lestelle-Betharam qui doit son nom au "beau rameau" qui sauva une jeune fille des flots du Gave quand elle appela la Vierge à son secours ("Par reconnaissance, la jeune fille plaça sur l'autel de sa libératrice une branche aux feuilles d'or" explique l'abbé Hamon), mais qui était déjà un lieu sacré au Moyen-Age. "Les troupes protestantes du comte de Montgomery pillèrent ou incendièrent tout, et ne laissèrent que les murailles, qui résistèrent au feu. La statue miraculeuse qu'on y honorait fut soustraite aux profanateurs, cachée pendant cinq ans à Lestelle, bourgade voisine, et enfin mise en sûreté à Jaca, en Aragon, où elle est encore vénérée sous le nom de Notre-Dame la Française ou la Gasconne.

Vers l'an 1600, l'évêque de Lescar, étant venu faire sa visite dans la contrée, s'affligea de l'état de désolation où etait un sanctuaire si renommé, et obtint du roi l'autorisation de le relever. Le conseil souverain de Béarn n'eut pas plutôt, quoique composé de calvinistes, vérifié les

lettres patentes d'autorisation, que les habitants de Lestelle se mirent au travail. Pendant ce temps-là, l'évêque de Lescar demanda au supérieur de la communauté des prêtres de Notre-Dame de Garaison, dans le diocèse de Tarbes, un de ces prêtres propres par leur piété, leur intelligence et leur zèle, à fonder des établissements durables; il s'appelait Hubert Charpentier. Ce supérieur envoie le prêtre demandé, et apprenant, quelque temps après, les difficultés que rencontre son ministère, il se rend lui-même en procession depuis Garaison jusqu'à Lestelle, avec six prêtres de sa communauté, la musique de son église et deux mille catholiques. Partout la procession est bien accueillie, malgré les protestants, qui couvraient le pays; partout les populations catholiques se joignent à elle; et à l'arrivée à Bétharam, on comptait plus de cinq mille personnes. Le supérieur célèbre la messe dans la chapelle, prêche sur la place publique, et annonce l'établissement d'une communauté de prêtres voués à la propagation du culte de la sainte Vierge. Cette institution attira à Bétharam de nombreux pèlerins; l'archevêque d'Auch y vint lui-même processionnellement, accompagné des principaux personnages du pays, d'un nombre considérable de prêtres du Béarn et de Bigorre, et de tous les religieux de l'abbaye de Saint-Pé. Il déposa sur l'autel une statue de la Vierge qu'il avait apportée, reçut l'abjuration d'une dame calviniste, prit possession de la colline du calvaire donnée par les habitants de Lestelle, et y planta une croix au nom de Jésus et de Marie.
Cependant la communauté des prêtres de Bétharam avait beaucoup à souffrir : d'une part, c'étaient des privations de toutes sortes dans une maison naissante, une église commencée, mais non achevée; d'autre part, c'étaient les protestants qui leur suscitaient mille désagréments. Enfin, Louis XIII étant venu en 1620 pour assurer la liberté religieuse dans ces contrées, l'évêque - Lescar rappela Hubert Charpentier, qui s'était retiré momentanément a l'hôpital de Bordeaux, où il se consacrait au service des pauvres. Ce saint prêtre, revenu à Bétharam, et nommé supérieur par l'évêque, avec autorisation de se choisir six chapelains au plus, pour [l'exercice du culte et la réception des pèlerins, organisa s sa congrégation, en dressa les statuts, qui furent approuvés par le prélat et confirmés par lettres patentes du roi, reprit les constructions de la chapelle, l'agrandit et l'enrichit de vases sacrés et autres objets nécessaires au culte, dont la ville de Bordeaux lui avait fait présent." (p. 430 et su
iv)

A nouveau profané à la Révolution, le sanctuaire allait être rénové par le basque Saint Michel Garicoïtz, professeur du séminaire majeur de Betharram, En 1856, des Basques émigrés à Buenos Aires demandèrent à ce prêtre l'envoi de pères missionnaires. Ces pères du diocèse du Bayonne (surnommés "les bayonnais" essaimèrent en Uruguay et au Brésil). Et Notre Dame de Betharram est aujourd'hui patronne entre autres de Martín Coronado en Argentine, paroisse qui lui consacre une page sur Facebook.

La liste des attaques contre les sanctuaires et de leur rénovation s'étend à d'autres diocèses, mais je reviendrai dans quelque temps sur les sites mentionnés ici, car ce sont des lieux que j'ai bien connus durant mon enfance.

Lire la suite
1 2 > >>