Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La nudité "intimidatrice" des mères en psychanalyse

6 Septembre 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Généralités Nudité et Pudeur

DSCN5904

La psychanalyse occupe une place problématique dans notre société. Après les polémiques des années 2000 et la montée en puissance des neurosciences et de diverses thérapies nouvelles, la méthode freudienne a été battue en brèche d'autant que les normes sociales s'accommodent mal du primat qu'elle accorde à la parole et à la démarche introspective. La tournure de pensée qui la soustend n'est pas des plus rigoureuses, et ses résultats sont souvent pris en défaut. Il y aurait beaucoup à dire aujourd'hui de la pluralité d'approches de cette matière qui va du freudisme orthodoxe au tantrisme en passant par le jungisme et tant d'autres écoles qu'on se gardera de détailler ici. On se contentera d'observer que, si elle n'est plus aussi centrale dans les références culturelles qu'il y a vingt ans, elle garde probablement une utilité thérapeutique ici et là (dans certains instituts médicaux, dit-on) et quelque intérêt heuristique aussi dans le domaine de l'interprétation des rêves par exemple, ou dans la lecture de certaines oeuvres d'art.

 

Dans mon ouvrage sur la nudité, j'utilise certaine de ses observations cliniques sans adhérer à toutes ses interprétations. Ces cas ont aussi une valeur historique, il illustrent un miieu social à une époque donnée et auraient peu de chances de se livrer sous la même forme dans d'autres contextes.

 

A la lecture de "Baubo, la vulve mythique" (un livre important pour nos études déjà abordées ici sur les déesses mères, et d'utant plus important qu'il fut défendu par Hans Peter Duerr - grand inspirateur de nos travaux sur la nudité - en Allemage, avant même que d'être connu en France), de Georges Devereux, psychanalyste et père de l'ethnopsychiatrie, je tombe sur des considérations sur la nudité comme "moyen intimidation" empruntées à Plutarque et à Hérodote qui renvoient à un texte de Sandor Ferenczi (illustre disciple de Freud) de 1919 (*) cité in extenso en annexe du livre et que je vous communique ci-dessous. Ce texte fait penser à la nudité des FEMEN en Ukraine et à celle des femmes africaine dans de manifestations politiques (voir encore au Togo le28 août dernier), voire à la légende de Jawdar dans les Mille et une nuits.

 

Cette nudité "intimidatrice" est aux antipodes de celle, réconfortante, de Baubo qui console Déméter ou la mère du futur Staline qui montrait sa poitrine à son enfant pour le faire rire - voir "Le Jeune Staline" - une pratique peut-être répandue en Géorgie ?

 

Il faudra revenir sur ce thème, notamment pour approfondir nos condidérations anthropoogiques sur les déesses-mères.

 

038--1996--31.1.96-10.4.96--300.jpg

 

038--1996--31.1.96-10.4.96--301.jpg

038--1996--31.1.96-10.4.96--302.jpg

038--1996--31.1.96-10.4.96--303.jpg

 

(*=) La nudité comme moyen d'intimidation "Die Nacktheit als Schreckmittel", in Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, traduit dans Psychanalyse II, Oeuvres complètes, 1913-1919

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article