Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Répression de la nudité urbaine - remarques sur un forum

29 Décembre 2011 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires

Un débat intéressant s'est engagé sur Facebook à propos du "droit à la nudité urbaine" que j'évoque dans mon livre (à propos notamment de l'expérience barcelonaise). Je relève les réflexions suivantes (dont je ne cite pas les auteurs) :

 

spencer_tunick_r.jpg- "Je pense toujours être gêné par le fait que celui qui est nu sans attitude sexuelle et dans un endroit tranquille et celui qui par exemple s'enverrait en l'air dans un lieu bondé soient traité de la même manière, non pas dans la peine, mais que dans les deux cas ce soit le même texte et que la peine encourue soit la même".

 

- "On a vu en 2007 un naturiste commun condamné (à une amende) pour s'être présenté nu dans sa voiture au Drive d'un Mac Do en région parisienne. Il constitua l' APNEL, en fut le premier président, et mutualisa (par un appel aux dons) le montant de son amende. (300 € d'amende par la procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité dit "plaider-coupable à la française). Peine très légère : un délit pour aboutir à une peine de contravention de 3ème classe"

 

- "Quant au droit à la nudité, ma position est la suivante: je soutiens le droit d'être nu dans tout lieu où par exemple aujourd'hui il est loisible d'être en maillot de bain. "(PE)

 

- "Parmi les "jurisprudences étonnantes", il y a cette relaxe pour des relations sexuelles en public mais où les mis en cause n'étaient pas nus puisqu'il avait gardé son short et elle sa jupe, comme aussi cette relaxe parce que le gars certes se masturbait ostensiblement, mais sous le short et le sexe n'était pas visible. Donc, on risque moins à se masturber en public du moment que le sexe n'est pas visible que de se bronzer nu sans aucun geste provocant".

 

- En Suisse, le 17 novembre 2011, le Tribunal fédéral (TF) de Mon-Repos a rejeté le recours de Peter G, 47 ans : "il devra donc bel et bien s’acquitter de l’amende de 100 francs à laquelle la justice d’Appenzell Rhodes-Extérieures l’avait condamné pour s’être promené, le 11 octobre 2009, les parties génitales exposées à la vue de tous sur un sentier pédestre du demi-canton (...) en octobre 2009, sur un sentier pédestre près de Herisau, il était passé dans le plus simple appareil devant une famille avec des enfants en bas âge en train de faire un barbecue, puis devant un centre chrétien de désintoxication." notait Le Temps. "Ce n'est qu'en Appenzell Rhodes extérieures (un demi-canton, très petit et très peu peuplé, et considéré comme le plus conservateurs de Suisse, et aussi sujet de blagues: les Appenzellois sont en gros les Belges des Suisses) que la nudité a été illégale, à la suite d'une loi. Ce n'est qu'une contravention, elle est modeste, et ça ne s'applique pas à la Suisse, mais à ce seul demi-canton. Ensuite, les juges fédéraux ont rappelé que la nudité simple n'est pas de l'exhibition sexuelle, et par conséquent est légale en Suisse sauf dispositions particulières. A ce jour, seul l'Appenzell-Rhodes extérieures ayant pris de telles dispositions, ça veut dire que partout ailleurs, les nudiens sont dans leur droit."

 

- A Barcelone (avant que les socialistes perdent la municipalité) : "le " nu urbain " attirait des énergumènes qui ne faisaient le voyage que pour s'exhiber quelques heures en ville, on a des noms ; ceux qui ensuite s’enorgueillissaient sur les forums de leurs " exploits ". La population a bien cerné le profil de ceux là et a mis le holà (même au maillot)". Un sondage de janviere 2011 ( El Punt avui) établissait que le rejet de la population catalane se situait à 63%.

 

- A Pau mars 2011 : "La cour d'appel de Pau vient de condamner un Hendayais de 53 ans, Jean-Pierre David, à un mois de prison ferme pour exhibitionnisme en récidive.
Les magistrats palois n'ont fait que confirmer la peine déjà prononcée par leurs collègues de Bayonne en mars 2010. Jean-Pierre David était rejugé pour s'être promené dans le simple appareil sur une plage d'Hendaye, les 18 février et 15 août 2009, « à la vue de nombreuses familles ».
Or, la jurisprudence de la cour de cassation estime que « se présenter nu dans un lieu public constitue un délit d'exhibition sexuelle ». Jean-Pierre David, mieux connu sous le surnom d'Irwin, s'était pourtant présenté en janvier dernier à la barre de la cour d'appel comme un « militant de la nudité », qui entend « avertir les autres pour qu'ils ne se laissent pas emporter par les courants de la tradition et de la religion ».
C'est d'ailleurs à ce titre que l'habitant d'Hendaye avait été interpellé en 2008 en plein centre-ville de San Sebastien, alors qu'il déambulait, nu et à vélo. Les magistrats de l'autre côté de la frontière l'avaient alors relaxé, estimant qu'il n'existait pas « d'indices pour juger de la perpétration d'un délit d'exhibitionnisme sexuel par l'intéressé, qui n'a pas cherché à attirer l'attention des mineurs, ni réalisé d'incitation ou de proposition à caractère sexuel ».
Vérité en deçà des Pyrénées ? De ce côté-ci, la cour d'appel de Pau a estimé qu'il y avait bien eu exhibition. L'avocate de l'intéressé, Denise Pombielh, indiquait que son client avait de toute façon l'intention de se pourvoir en cassation. « D'autant que l'un des faits pour lesquels il est condamné s'est déroulé sur une plage nudiste ».

 

- En Allemagne : "En Allemagne, si vous vous promenez nu en ville, sauf pour le Carnaval (c'est très important le Carnaval, en Allemagne), vous êtes sanctionné. En revanche, à l'Ânglischer Garten de Munich, en plein centre ville, on peut voir des gens se bronzer nu, c'est un peu comme si on voyait des gens se bronzer nus au Jardin du Luxembourg. Quitte à, comme en Allemagne, réserver des zones où la nudité est interdite (sachant que l'article 191 du Code des Collectivités publiques oblige dans ce cas à aménager une zone réservée au naturisme d'une surface au-moins équivalente)."

 

- "Il y avait eu le Manifeste pour la Dépénalisation de la Nudité. C'était il y a 10 ans, ça n'avait rien donné de spécial sauf la "réponse Liberti", le député (de l'Hérault) François Liberti ayant adressé une question écrite à laquelle le gouvernement avait répondu, le Garde des Sceaux ayant eu une réponse très alambiquée disant en gros que la loi réprimait l'exhibition sexuelle, et qu'il revenait aux tribunaux de décider ce qui en était ou n'en était pas: tel était le but de la question, ce n'était pas la peine de répondre si la réponse ne faisait que répéter la question! "

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article