Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #down.under tag

Aidons les femmes yézidies en Irak !

12 Novembre 2016 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

A l'approche de l'hiver, aidez les femmes yézidies autrefois esclaves de Daech qui vivent dans des camps en Irak.

Si vous voulez faire un geste, contactez moi, je suis en rapport avec une association qui subvient à leurs besoin sur le terrain. L'argent qu'on verse arrive directement comme le prouvent ces photos.

Aidons les femmes yézidies en Irak !
Aidons les femmes yézidies en Irak !
Aidons les femmes yézidies en Irak !
Aidons les femmes yézidies en Irak !
Lire la suite

Elie, prophète du feu

5 Juin 2015 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

Elie, prophète du feu

Quand j'étais enfant, on guérissait mes nausées avec de l'eau de mélisse des carmes (ma mère disait "de l'eau de carmes"), un alcool qui brûlait et faisait penser au feu, quoique la mélisse puisse faire penser aux abeilles (melissa en grec) qui nourrirent Zeus pendant son enfance (les abeilles était le nom des servantes d'Artemis à Ephese et l'on sait ce que Lelouch fit de cet insecte dans son film initiatique sur la réincarnation "La belle histoire").

Les Carmes sont un ordre religieux catholique fondé en référence au prophète Elie du IXe siècle avant JC dont certains apôtres disaient que Jésus était la réincarnation, car la tradition juive pendant des siècles a attendu le retour d'Elie. Etant ce matin de passage à Lisieux où la mystique Sainte Thérèse s'était faite carmélite, il me faut dire un mot de ce prophète.

Voici ce que Jonathan Black dans son "Histoire secrète du monde" en dit (p. 278) :

"Elie était un homme démesuré, un prophète qui vécut au plus près de la folie. Il existe un grand nombre d'histoires qui attestent de son charisme : sa clairvoyance, sa capacité à changer l'eau d'un puits empoisonné en eau saine, à faire flotter le fer ou à guérir les lépreux. Parmi ces histoires, il en existe une étrange, qui raconte comment il a ramené un jeune garçon à la vie en se couchant sur lui et en le pénétrant de son esprit. Un jour, il dut retourner dans la nature pour sauver sa vie - et rejoindre Dieu. Il se retrouva au sommet d'une montagne au beau milieu d'un terrible orage. On peut aisément imaginer cet homme apostrophant les intempéries, mélange de roi Lear et de bouffon. Il s'écroula, épuisé et s'endormit sous un genévrier, où il rêva d'un ange. Il faisait encore nuit quand il partit escalader le mont Horeb à la recherche de Dieu, comme l'ange le lui avait suggéré dans son sommeil, lorsqu'un vent violent se leva et fit trembler la montagne et rouler d'énormes rochers dans sa direction, mais Elie savait que Dieu n'était pas ce vent et réussit à gagner une grotte pour se mettre à l'abri. Soudain, un éclair tomba devant la grotte et le feu ravagea la végétation, emprisonnant Elie dans son abri. Mais il savait que Dieu n'était pas non plus dans ce feu. Le feu finit par s'éteindre et, à l'aurore, tout était calme. L'étoile du matin apparut et, dans l'air doux du lever du jour, Elie entendit la petite voix tranquille de Dieu".

Sur le plan des synchronicités, cette histoire d'orage, à laquelle, je ne pensais pas ces derniers temps, est intéressante. Ce matin, la météo avait avant mon départ annoncé de l'orage sur Lisieux. Je ne m'en suis pas inquiété, pensant arriver là bas avant la pluie (je n'avais même pas de parapluie), et, comme de juste, dès ma sortie du train des trombes d'eau me bloquèrent dans la gare. Mais je n'y vis point de mauvais présage, et, bien que je n'eusse qu'une heure à passer dans la ville, pris le temps de manger un sandwich. Au bout de dix minutes un beau soleil baignait à nouveau le ciel, et pour tout mon séjour. Dans la crypte, par hasard, je vis au mur une citation de Ste Thérèse qui disait que dans les bras de Dieu on ne craint pas l'orage...

Elie est connu pour son lien avec le feu, puisqu'il fut vainqueur d'un concours de sacrifice au feu divin face aux prêtres de Baal (sur le rapport au feu, il est intéressant de se reporter à Plutarque - Visage qui apparaît dans le disque de la Lune p. 60 - qui blâme les Mèdes pour leur culte du feu), mais aussi ses liens avec les nuages que la tradition du Carmel (depuis le XIV siècle), associe à Marie, de sorte qu'une légende remontant au moins au XVIIe siècle prête à Elie d'avoir eu la vision de la vierge Marie dans le ciel qui l'aurait converti à la chasteté (cf Elie Prophète de Dieur de Kilian Healy p. 86).

Pour se faire une idée de ce qu'était un prophète dans le monde juif de l'époque, on peut citer ce passage de la bible (Livre de Samuel 1, Samuel 10,5-6) que reprend Sheldrake dans "L'âme du monde" (p. 207) :

"Quand Samuel oint Saül comme roi d'Israël, il lui donne des instructions pour le voyage qu'il va entreprendre, et notamment :

"Ensuite tu arriveras à Guivéa de Dieu, où résident les préfets philistins. Là, quand tu entreras dans la ville, tu tomberas sur une bande de prophètes descendant du haut lieu, précédés de harpes, de tambourins, de flûtes et de cithares. Ils seront en proie à une transe prophétique. Alors fondra sur toi l'esprit du Seigneur, tu entreras en transe avec eux et tu seras changé en un autre homme".

Lire la suite

La synchronicité dans un récit d'A. David-Néel

17 Août 2014 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

"bouddha.jpgJe n'imaginais certainement pas qu'une déesse, assise sur un lotus paradisiaque, avait confectionné, à mon intention, ce piètre échantillon de l'art de la modiste. Evidemment, un voyageur ou une voyageuse l'avait perdu : mais pourquoi précisément à cette place, sur notre route ? ... Et pourquoi, à sa vue, la conviction que ce bonnet allait jouer un rôle important dans mon voyage avait-elle surgi si fortement dans mon esprit ? ... L'Orient - surtout au Thibet - est la terre du mystère et des événements étranges. Pour peu que l'on sache regarder, écouter, observer attentivement et longuement l'on y découvre un monde au-delà de celui que nous sommes habitués à considérer comme seul réel, peut-être parce que nous n'analysons pas assez minutieusement les phénomènes dont il est issu et ne remontons pas suffisamment loin l'enchaînement des causes qui les déterminent.

 

L'éducation lamaïste et monastique que Yongden avait reçue avant de s'initier aux enseignements de l'Occident ne lui permettait point de douter de l'existence d'êtres intelligents, invisibles pour la majorité des hommes et qui, cependant, vivent à côté d'eux ; mais ce jour-là il paraissait décidément réfractaire à la poésie de ce voisinage"

 

Alexandra David-Néel, Voyage d'une Parisienne à Lhassa, p. 92.

Lire la suite

Spéculations autour des pyramides

10 Août 2014 , Rédigé par CC Publié dans #down.under, #Histoire secrète

Tunisie-035.jpgLes spéculations autour des pyramides n'en finissent jamais. Après le documentaire à sensation sur la base des travaux de Jacques Grimault, et partiellement démenti un peu grossièrement mais avec des arguments solides ici, mais approuvé , voici une spéculation serbo-bosniaque sur la base d'une découverte de 2006 - lire ici...

Lire la suite

Bric à brac ésotérique

7 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

2011-0039.JPGDe nombreuses librairies ésotériques en France ont dans leurs rayons des ouvrages comme "La Numérologie révèle votre avenir" de Caroline Leroy (eds Exclusif), livres écrits en grosses lettres, avec peu de lignes par pages.

 

Celui-la comprend bien des approximations : Apollonios de Tyane mal orthographié (Caroline Leroy lui ajoute un "h"). L'auteure estime (p. 12) que "ses écrits manquent d'objectivité" (sic) alors que ce philosophe n'a laissé aucun texte, Philolaos est orthographié "Philocaos" (p. 13). Le livre nous dit que "Saint Augustin recommandera que la construction des églises romanes tiennent (sic) compte des structures géométriques harmonieuses" alors que l'art roman commence au XI sècle... à peu près 600 ans après la mort d'Augustin !

 

On y apprend que "le frère de Jésus, Jacques le Mineur dit aussi Simon le Zélote (le magicien), très proche des mages samaritains de Manassé et des thérapeutes de Qumran - communauté des gardiens de l'alliance fondée en 44 av. JC par Menahem, un essénien - grand père de Marie Madeleine. Menahem descend lui-même des prêtres asmonéens largement influencés par le pythagorisme (...). Les connaissances en arithmologie arrivent en France avec Simon le Zélote qui accompagne Marie-Madeleine puis elles transitent en Ecosse et en Irlande où les druides en feront grand usage".

 

Tout d'abord, on sait que les pythagoriciens ont influencé (sinon même créé) le druidisme via Marseille trois ou quatre siècles avant JC. Ensuite Qumran n'a pas été fondée en 44 av JC (date de la mort de César), on serait bien en peine de dater à l'année près ce genre de fondation et les historiens préfèrent la situer vers - 100 (alors pourquoi inventer 44 ? parce que le chiffre est joli ?). On voit bien que certaines évocations de la rencontre entre Jésus et Marie-Madeleine ont des relents pythagoriciens (l'image de Jésus écrivant sur le sable), en revanche l'apôtre Simon le Zélote évangélisateur des Berbères n'a rien à voir avec Simon le Mage, le gnostique, ni non plus avec l'arithmologie. Quant au lien entre Menahem l'Essénien mentionné par Flavius Joseph et Marie-Madeleine, il semble aussi gratuit que l'hypothèse qui fait de la sainte une prêtresse d'Isis.

Lire la suite

Souvenirs de Jacqueline Commenges sur Jurançon

5 Novembre 2013 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

Le chanoine Hourcade décède en juin 1946. Tout Jurançon défile devant sa dépouille mortuaire en tenue de prêtre au presbytère (actuellement rue de Borja à l'époque ''rue des Écoles''). Le chanoine Hourcade et l'Église étaient au cœur de la vie de Jurançon. Jusqu'au début des années 1960 les enfants en défilé derrière le curé jetaient des roses en chantant des cantiques sur la place du Junqué aux rogations, et des processions avaient lieu entre l'église, le crucifix de l'actuelle avenue Charles-Touze (restaurant Ruffet), et celui de la route de Gan pour la Trinité, la Fête Dieu, la Pentecôte.


Côté laïque le directeur de l'école laïque des garçons (lieu de l'actuelle poste) est M. Canone, et la directrice de l'école des filles (à l'endroit de l'actuelle école maternelle) Mme Prat. Tous les matins ils faisaient hisser le drapeau au chant de "flotte petit drapeau", et amenaient les élèves au monument aux morts, les meilleurs élèves faisant l'appel aux morts de la guerre de 14. La place du Junqué (devant la mairie) pendant la seconde guerre mondiale était sillonnée de tranchées où pouvaient se réfugier les élèves des écoles en cas de bombardements.


Après la Libération, un centre d'apprentissage est construit en pré-fabriqués sur les terres du château Louvie (qui deviendra le collège Ernest Gabard). Dans les 1950 l'école Louis Barthou est construite derrière l'école des filles, entre la place du Junqué et la place du Bernet (quartier des laveuses au bord du Néez)

Au début des années 60 l'équipe de Pierre Gabard a fait aménager le stade de football (au croisement des actuelles rues Coubertin et Gaston-Cambot, sur le terrain de l'actuel EPHAD). L'ancien stade, lui, dépendait de l'Union jurançonnaise (patronage catholique) et se trouvait au lotissement Constance (autour de l'actuel carrefour entre l'avenue Henri-IV et la rue Alfred-de-Vigny). Le quartier du stade se développe. Auparavant il s'agissait seulement de champs (les terrains de Durand et de Rembès) et d'une saligue, traversée par des chemins vicinaux et par la rue du Gave (où se trouvaient l'horticulteur Lartiguet, la teinturerie Dallis et la tannerie Cabanne). Près de l'actuel restaurant Cabanne se trouvait l'usine de bérets Crosnier(dépendant de Laulhère à Oloron).


En 1967-68, les tripiers jurançonnais du bord du gave, Latapie, Camy et Cascaro sont expropriés pour la construction du pont d'Espagne qui crée un nouveau lien entre Jurançon et Pau parallèlement au pont du 14 juillet. En 1973, ouvre l'école Jean-Moulin installée sur d'anciens jardins ouvriers.

--- Jacqueline Commenges a toujours vécu à Jurançon depuis 1934. Son témoignage a été recueilli en 2013.

Lire la suite

Un blog plus personnel ?

11 Janvier 2012 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

swing-carrefour.JPGJe pourrais faire un blog plus personnel, vous parler de "Paris" de Depardon, du "Président" de Jeuland, de ma conception du silence. Au lieu de cela j'ai fait un blog "professionnel", pubicitaire, avec mes interviews dans la presse, mes bouquins, juste quelques billets philosophiques au milieu pour faire chic. Un blog pas libre parce qu'il n'y a pas de liberté possible sur Internet quand on écrit sous son vrai nom. Pourtant l'envie de fiche en l'air le cadre de ce truc me travaille aujourd'hui.

Lire la suite

Entraves

28 Juillet 2008 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

Mon travail (celui que j'exerce à titre principal, mon gagne-pain) m'empêche absolument de disposer du temps et de l'énergie nécessaires pour synthétiser tout ce que j'ai écrit, lu, appris depuis 15 ans. Condamnée à grapiller quelques minutes par ci par là pour écrire des articles ou des bouquins, ma pensée ne peut s'offrir le "luxe" d'une totalisation. Et je ne peux rien attendre de la rentrée qui vient, laquelle s'annonce plus dure et plus cruelle encore que les précédentes.

Tout est si différent d'il y a 12 ans quand j'ai pris mes fonctions.

Et je sais que nombreux sont les gens de mon âge (et sans doute davantage encore les plus jeunes) qui subissent la même logique, dans les administrations comme dans le secteur privé, et qui, peut-être moins persévérants que moi, ou moins chanceux, ont dû carrément renoncer à toute velléité d'écrire et de penser par eux-mêmes.

Afin d'exiger toujours plus de productivité des individus, on tue en eux l'innovation, la créativité. Ou l'on veut que l'innovation ne soit tournée que vers toujours plus de productivité, dans un cercle sans fin jusqu'à l'abrutissement final. A moins que l'on ne choisisse l'enseignement ou la recherche, où là - si j'ai bien compris - la pensée ne meurt pas d'un excès de productivisme, mais d'une sorte de démoralisation générale qui frappe de plus en plus ce secteur, et d'un complexe d'enfermement.

Enfin, si tout va bien, deux de mes livres paraîtront à la rentrée. Deux livres que je n'aurai sûrement pas le temps de faire connaître, mais publier reste un moyen de se prouver à soi-même que l'on existe encore... Les temps sont durs.

Lire la suite

L'individu dans l'espace numérique

28 Janvier 2008 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

"Les moyens de communication qu'offrent à l'humanité les réseaux numériques instantanés semblent posséder un objectif principal : nourrir, ou créer une cohérence globale. Un blog acquiert sa légitimité s'il est recensé dans d'autres blogs, et le premier site qui apparaît dans Google est celui qui est "hyperlié" par le plus grand nombre de sites... Cette légitimation par la collectivité porte ses dangers : elle se défend contre l'individuel et fait peu de cas de ce qui est hors norme ou marginal. Mais elle représente aussi un potentiel formidable, qui change profondément notre relation au monde. L'humain de la condition inhumaine est bien plus proche de la fourmi - qui vit, existe et comprend l'univers par l'entremise de sa collectivité - qu'il ne l'est d'un individu autonome, conscient et singulier"

Ollivier Dyens, professeur à Montréal, interview publiée dans Le Monde du 27 janvier 2008
Lire la suite

Fin d'année 2007

25 Décembre 2007 , Rédigé par CC Publié dans #down.under

Depuis que j’ai appris que mes cousins, mes collègues de bureau et d’autres personnes de mon entourage lisent régulièrement ce blog, mon ardeur à publier se trouve refroidie (non pas parce que mes textes sont secrets, mais parce qu'il est difficile de les adapter à un public disparate de gens proches dont je connais les attentes). Du coup, je préfère écrire des textes sur mes autres blogs (ceux qui portent des pseudonymes). En outre, comme je n’ai plus le temps d’écrire des recensions pour Parutions.com, je ne peux plus non plus les mentionner dans ces pages. J’en suis désolé pour les lecteurs.  

J’occupe les fêtes de fin d’année à terminer l’écriture de mes deux derniers livres, un sous mon nom d'état civil, un autre sous un pseudo. J’ai quelques pistes pour leur publication. Si je les ajoute aux deux qui sont en attente de publication chez des éditeurs, et à ceux que j’ai déjà publiés à titre individuel ou sous forme d’ouvrages collectifs, cela fera environ huit livres parus, ce qui est un bon chiffre, je ferai ensuite une pose.

Lire la suite
1 2 3 > >>