Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #nudite-pudeur en amerique tag

Fantasmes sur la nudité des puissants : le Bohemian Club

17 Juin 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique, #Anthropologie du corps, #Pythagore-Isis, #Christianisme

Le chancelier Helmut Kohl est mort. En 2015 un autre Helmut chancelier était décédé, Helmut Schmidt, son prédécesseur immédiat. A son décès des traditionalistes n'avaient pas hésité à le qualifier de "sataniste" sur la base d'un seul élément : ce leader social-démocrate s'était exprimé une fois (une photo en faisait foi ainsi qu'une ligne dans ses mémoires) en Californie, tout comme d'ailleurs en 1989 son camarade de l'Internationale socialiste Michel Rocard mort l'an dernier, devant les membres du Bohemian Club ou Bohemian Grove (le Bosquet bohémien).

L'accusation reflétait un débat virulent qui existe aux Etats-Unis depuis des années sur le statut et les pratiques de ce que le Huffington Post en 2008 présente comme une "colonie de vacances" d'hommes politiques et hommes d'affaire (2235 à l'époque) en général plutôt classé à droite voire très à droite (Nixon, Reagan, Kissinger, Colin Powell, Cheney, les Bush en ont fait partie).

Dans l'identité de ce club d'élite créé en 1872 où aucune femme n'est admise, la nudité occupe une place de choix : interrogé à ce sujet par un provocateur, l'ex-président démocrate Bill Clinton avait répondu devant les caméras de CNN en riant : "Le Bohemian Club ? C'est là où ces riches républicains vont et se tiennent nus contre des séquoias, n'est-ce pas ? Je n'y ai jamais été mais vous devriez y aller ça vous ferait du bien c'est de l'air pur" (That’s where all those rich Republicans go up and stand naked against redwood trees, right?"). Selon le Washington Times du 11 juin 1993, David Gergen, conseiller de Clinton avait démissionné du Bohemian Club trois jours après avoir déclaré qu'il n'irait pas "courir nu" à la réunion annuelle du Bohemian Grove (il avait aussi démissionné par la même occasion de 17 autres groupes d'intérêt dont la Commission Trilatérale et la Very Special Arts Foundation".

Depuis une quinzaine d'années à l'imagerie bucolique d'une nudité virile en pleine nature qui était associée à ce club s'est ajoutée celle des sacrifices humains à cause d'une cérémonie bizarre qui y est célébrée de nuit l'été, la "Cremation of care" (la crémation des préoccupations).

Alex Jones a infiltré le club en juillet 2000 et a assisté au rituel de "Cremation of Care" célébré par trente prêtres en robe noire devant une statue de 15 mètres à tête de chouette. Il atteste (avec une vidéo à l'appui mais dans laquelle on ne voit pas grand chose à part les commentaires qui sont imposés au spectateur, en tout cas pour la partie accessible sur le Net) qu'au moment de la crémation de l'effigie d'un corps (avec un doute, selon Jones, sur le fait que c'est une effigie !), il y a des incantations aux morts "ceux qui sont morts à Grove dans le passé que leurs esprits réapparaissent et soient ramenés ici" et des odes à Tyr et à Babylone. Pour Jones c'est un culte au dieu-chouette cananéen Molech.

Toute une littérature conspirationniste s'est emparée du sujet pour accuser les politiciens et hommes d'affaire de se livrer à des messes noires lucifériennes. Des photos ont été retrouvées qui sont censées montrées (mais se rapportent-elles bien au Bohemian Club ?) que le club en 1909 et 1915 mettait en scène des parodies de sacrifices humains.

Pour l'analyste de gauche Alexander Cockburn ce n'était qu'un rituel local de renouveau remis au goût du jour dans les années 1900 par George Sterling, poète californien et membre du cercle, auteur du "Triomphe de la Bohême" (la Bohême parisienne avait du succès aux Etats-Unis à l'époque). Avant Alex Jones, en 1989, Philip Weiss de Spy magazine avait infiltré le club. Sa vision de la "Cremation of care" était à ce moment-là bien moins alarmiste que celle qui s'est imposée dans les années 2000. Il s'agissait pour lui seulement d'un divertissement pour mettre les membres du club à l'aise et se destresser. Il notait à l'époque que la principale critique que cette cérémonie suscitait était qu'elle pouvait signifier qu'on brûlait toute forme de "care" (de souci) pour le monde extérieur. Dans la narration de Weiss les prêtres n'avaient pas des robes noires (peut-être le rituel a--il changé depuis lors). Aucune référence à Babylone ou Tyr qui auraient mis sur le la piste d'un dieu cananéen. Weiss identifiait plutôt des réminiscences "de rituels druidiques, de liturgie médiévale, de Livre de la Prière commune (Book of Common Prayer), de théâtre shakespearien et de rites des loges américaines du 19e siècle". On est assez loin du satanisme, même si d'un point de vue chrétien littéraliste tout cela peut revenir au même...

Le chroniqueur de droite Rush Limbaugh qui a aussi parlé chez eux, aujourd'hui encore assure qu'il s'agit simplement d'un "truc social" (social thing) où les gens vivent de façon rustique au bord de la "Russian river" qui n'a rien à voir avec des cérémonies occultes. Alors rituels purement récréatifs ou incantations lucifériennes ? Le débat sur ce point reste en tout cas vif, sur Internet notamment, avec souvent des surenchères dans les accusations (par exemple sur les meurtres d'enfants). Des polémiques très révélatrices de notre époque, et qui entrent en résonance avec beaucoup d'autres semblables (comme celles du "Spirit cooking" d'Hillary Clinton avec l'artiste serbe Marina Abramovic elle aussi très liée au thème de la nudité, des rapports de la monarchie anglaise ou de Hollywood avec les Illuminati etc)...

Lire la suite

Jenny Scordamaglia : de la nudité publique à la méditation

1 Mai 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique, #Nudité-Pudeur en Europe, #Médiums

Elle s'appelle Jenny Scordamaglia. Elle a 28 ans. Née dans le New Jersey, elle a grandi en Uruguay. La quotidien britannique The Sun du 28 avril la traite de "journaliste exhibitionniste" parce qu'elle participe à une émission de cuisine nue sur Miami TV (Naked Kitchen) dont elle est propriétaire avec son mari depuis 2013. A vrai dire elle n'a pas fait que cela. Elle est accoutumée des interviews topless, voire en nu intégral.

Au vu de ce que j'ai appris dans le cadre de mes travaux de terrain sur le lien entre nudité et médiumnité. En Avril 2012 Jenny Scordamaglia a fondé en Espagne un "Centro Transformacion" dédié à la méditation et au massage géré par le coach tanzanien Julius Mwabuki. Dans le même esprit elle a apporté une contribution particulière au yoga nu.

Mais sa confrontation (en 2012 sur MegaTV ci-dessous) avec Aramis Fuster, une médium spirite, ouvertement occultiste ("La Bruja" "la Sorcière", qui elle aussi joue un peu sur la nudité malgré ses dénégations dans l'émission) laisse entrevoir une sorte d'incompatibilité entre sa démarche et celle de la magie classique. Peut-être est-ce parce qu'elle reproche à sa voisine d'étaler trop ses "dons spirituels" et laisse même entendre que de ce fait elle n'en a pas... Le défaut de discrétion dans ce milieu peut être un signe d'inefficacité. On ne peut pas trop savoir ce qu'il se passe vraiment dans le "Centro Transformacion" de Castellon, dans la spiritualité "loin des caméras" qu'évoque Jenny Scordamaglia dans la séquence. Une recherche sur Google ne livre rien sur les rapports entre la présentatrice de Naked Kitchen et le moindre cercle spiritualiste existant sur le globe. Est-ce parce que les "nettoyeurs" des moteurs de recherche ont trop bien fait leur travail ? Le "phénomène" Jenny Scordamaglia par delà son excessive visibilité aux USA et dans le monde hispanophone reste au fond bien obscur pour le sociologue. Comme Rousseau qui, disait Nietzsche, à force de vouloir être transparent en devenait très opaque..

Lire la suite

Interview sur les sexes de Justin Bieber et Orlando Bloom

10 Août 2016 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe, #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité", #Nudité-Pudeur en Amérique

Interview sur les sexes de Justin Bieber et Orlando Bloom

Voici l'interview que j'ai donnée à Atlantico.fr aujourd'hui :

- Trois jours après les photos sulfureuses d'Orlando Bloom en Italie, c'était au tour de Justin Bieber de dévoiler des photos de lui dans le plus simple appareil. Les deux hommes sont en conflit depuis que l'acteur britannique s'est "rapproché" de l'ex petite amie du chanteur américain. Ces photos, qu'il s'agisse du premier ou du deuxième, ont rapidement fait le tour du web. Comment expliquer que les gens, et pas uniquement ceux qui s'intéressent d'une manière générale aux "people" soient à ce point fasciné par cette compétition entre les deux hommes à travers leurs pénis ? Nos cerveaux reptiliens peuvent-ils y jouer pour quelque chose, ou s'agit-il davantage de voyeurisme ?

- Tout d'abord on ne se situe pas dans une compétition en bonne et due forme parce qu'il semble qu'il n'est pas certain qu'Orlando Bloom se soit volontairement exposé au paparazzi et son sexe a été en partie couvert d'un cadre noir. Mais la réaction de Bieber fait penser en effet à une sorte de surenchère, comme lorsque les primates se défient mutuellement en agitant leur sexe. C'est un mécanisme très ancien chez les grands singes, donc chez les hominidés aussi probablement. Nos sociétés à l'heure du triomphe de l'image sur le mot adorent les émotions brutes et ce qui est "nature". L'idée d'un "combat de coq", nudité contre nudité, pénis contre pénis, peut susciter en effet un sorte de défoulement de la psyché, dans l'ordre de la régression infantile ou préhistorique, toujours dans l'esprit de fuir le politiquement correct et les discours trop "policés"...

- Quel est le sens de la nudité aujourd'hui, comment analyser le rapport des sociétés occidentales au nu, dans un monde que l'on dit historiquement impudique ?


- C'est un nouveau moyen d'expression, un signe d'authenticité, de liberté, de vérité. D'où l'usage massif qui en a été fait dans diverses manifestations politiques (pacifistes, écolo etc) des années 2000. D'où aussi le regain de succès du naturisme chez les jeunes en ce moment, et la file d'attente devant le restaurant "naturiste" indien de Londres qui est sur le point semble-t-il d'avoir son pendant à Paris...

- Selon une enquête Google France publiée dans le JDD, les photos d'Orlando Bloom avaient affolées les compteurs. La nudité peut-elle apparaître comme un moyen pour les stars pour être désirable ? Est-ce que cela a toujours été le cas pour les hommes ?

- La nudité masculine était traditionnellement perçue comme une menace (la nudité du guerrier notamment), et les femmes romaines devaient baisser pudiquement les yeux devant les statues de Priape. Au XXe siècle Freud affirmait que tous les organes génitaux étaient laids, et il semble que ce soit surtout la pornographie qui à partir des années 1990 ait vraiment valorisé la nudité du pénis de gros calibre(au point que le rallongement du pénis soit devenu une spécialité de la chirurgie esthétique). Il restait une ambiguïté sur le degré de réceptivité des femmes, qui, il est vrai consomment de plus en plus de films X. Au début des années 2000, aussi bien ma propre étude sur les publicités avec des hommes nus que celle de Beth Eck de James Madison university (USA) montraient une certaine froideur des femmes devant la nudité masculine. Selon la sociologue californienne Georgia Platts qui a soumis a des femmes cette année les mêmes photos que Beth Eck, les lignes bougent un peu, mais l'enthousiasme féminin pour les corps masculins nus reste moins intense que celui des hommes pour les fesses des filles.Et une petite video d'un certain Davey Wavey qui a été notamment commentée par le Huffington Post montre que les femmes saturent vite devant des photos de sexes en érection. L'homme se rend probablement de plus en plus désirable par son pénis comme par la nudité de ses fesses et de ses pectoraux, mais l'esprit féminin semblait tarder à l'avouer. Les statistiques de Google paraissent révéler le "non-dit" du désir féminin à ce sujet, mais le chiffre élevé est peut-être dû au carré noir qui cachait le sexe. Un petit effet de curiosité ludique aurait stimulé le clic de la gent féminine hétéro (et peut être de beaucoup d'hommes aussi) sans qu'il s'agisse d'un véritable désir de type masturbatoire. En tout cas, voilà qui est embarrassant pour les féministes. Comme l'a noté une journaliste britannique dans The Independent les femmes sont censées traiter les hommes comme elles voudraient qu'on les traite. C'est au nom de cette parfaite symétrie théorique qu'elles revendiquent le droit de marcher torse nu dans la rue sans être regardées avec insistance. Or si elles multiplient les pics pour voir le pénis d'une star nue, elles ne peuvent plus ensuite condamner le voyeurisme symétrique des hommes hétéros à l'égard des femmes...

Lire la suite

RTS : C. Colera cité sur la disparition du nu dans Playboy

13 Octobre 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité", #Nudité-Pudeur en Amérique

RTS : C. Colera cité sur la disparition du nu dans Playboy

C.Colera cité dans un reportage de Virginie Matter de la radio télévision suisse sur la disparition annoncée de la nudité des pages de Playboy.Le lien est ici.

Lire la suite

A propos des fesses des stars américaines (Atlantico)

13 Novembre 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

 

belfie-  Dans le numéro hiver du magazine paper, Kim Kardashian révèle son postérieur nu au photographe Jean-Paul Goude. Nicki Minaj a elle aussi exposé ses fesses sur la pochette de son dernier album. Comment expliquer cette tendance a exposer ses fesses en particuliers les plus rebondies ?

 

- C'est une évolution qui rompt avec certains modèles des années 1960-70 où l'idéal de l'actrice ou de la chanteuse correspondait à une silhouette relativement longiligne (pensons à Jane Fonda, à Deborah Harry etc). C'était un héritage un peu "victorien", dans la mesure où la silhouette gracile au XIXe siècle en Europe comme aux Etats-Unis était associée à la délicatesse, à la spiritualité, tandis que le corps féminin généreux, voluptueux, était taxé de "vulgaire", car trop charnel, trop propice à un érotisme "spontané". Cette réhabilitation du "bas du corps" aux formes rebondies va de pair avec l'idée que la chair n'est pas forcément vulgaire. La suite de mon inteview sur Atlantico.fr ici

Lire la suite

Nudité dans le Yoga

15 Octobre 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

A signaler un article intéressant de Xavière Laffont, dans Madame Figaro en mars dernier,  sur la mode du yoga nu à New York en Californie. Le mois précédent Le Monde s'était emparé du même sujet à travers un diaporama (étrange idée), ainsi que le Daily Mail avec un article plus fourni, et Reuters avec une dépêche. Un autre aspect des usages sociaux de la nudité.

 

 

 

 

Lire la suite

Célébrités nues : les fuites des photos sur iCloud continuent.

22 Septembre 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

La guerre des photos de célébrités nues sur iCloud (fappening) continue : Avril Lavigne, Amber Heard, Gabrielle Union, Hayden Pannettiere, Hope Sol, Hillary Duff, Jenny McCarthy, Kaley Cuoco, Kate Upton, Kate Bosworth, Keke Palmer et Kim Kardashian. Sont dans la liste des nouvelles fuites.Apple jure que les mots de passe n'ont pas été hackés et que les pirates avaient les réponses aux photos confidentielles.couco.jpg

 

Les photos sont accessibles sur plusieurs sites. Je renvoie sur ce sujet à mon interview sur Atlantico.

Lire la suite

Mon interview sur le Topless Tour (Atlantico.fr)

27 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

Atlantico : Le Topless Tour est un nouveau phénomène à la mode sur les réseaux sociaux. Même Miley Cyrus s'y est mise. Il s'agit de poser en topless devant des paysages. Comment ce phénomène a t-il été lancé et développé ? Comment expliquer son ampleur à travers la planète ?

Christophe Colera : Le Topless Tour a été lancé par trois filles Olivia Edginton, Lydia Buckler et Ingvild Marstein étudiantes en danse et musique au conservatoire de Greenwich qui ont commencé cette série de photos topless en Norvège en décembre 2012. Le mouvement tire profit de deux tendances.

Premièrement celle du "selfie" plus ou moins érotique  (La suite ici sur Atlantico.fr)

Lire la suite

Dévêtissement mutuel

16 Juillet 2014 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

Tatia Pilieva explore les effets du dévêtissement mutuel entre inconnus cf ici :

 

 

Les effets du gifflage mutuel sont intéressants aussi

 

 

Lire la suite

Nudité volée : l'industrie du "Revenge Porn"

6 Mars 2013 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Amérique

Peut-on encore être maître de son image corporelle ? Après le débat sur les scanners corporels, voici celui sur le "Revenge porn".

 

Le Daily Mail britannique racontait cette anecdote rapportée par le San Francisco Chronicle du 22 janvier dernier à propos du site Texxxan.com : Une mère de 27 ans  Kelly Hinson, vers mi-janvier faisait du shopping dans un supermarché Walmart quand un inconnu est venu vers elle pour lui dire "tu es Kelly n'est ce pas ?" et il lui a expliqué qu'il a sauvegardé sur son ordinateur des photos d'elle nue prises par son dernier petit ami. Le site mentionnait son lieu de résidence et des divers éléments "trash" (comme le fait qu'elle aurait tenté d'avorter "avec un cintre rouillé" -sic-). Elle est allée au commissariat de police, puis elle a consulté deux avocats, mais sa plainte n'a pas été prise en considération. On lui a expliqué qu'il n'y avait rien à faire, d'autant que Kelly Hinson ne peut même pas se retourner contre l'auteur des photos qui s'est suicidé deux mois avant leur publication (de sorte que celles-ci circulent désormais indépendamment de lui).

 

Une "class action" en justice d'une vingtaine de femmes dans le sud-est du Texas a forcé GoDaddy.com à fermer Texxan.com, dont le propriétaire se cache sous un pseudo, mais les images ont été immédiatement transférées sur un autre site. La presse se focalise beaucoup en ce moment sur Hunter Moore, le fondateur de "isAnyoneUp" en 2010, mais il n'est que la partie émergée de l'iceberg.

 

camera.jpgLe San Francisco Chronicle explique que les Internautes ne se contentent plus de nudités anonymes. Ils veulent connaître le nom des personnes, l'endroit où elles peuvent les trouver etc. Le magistrat John S. Morgan qui a jugé l'affaire précise aussi que ces femmes pendant leur relation amoureuse font l'objet de fortes pressions pour se laisser photographier nues ou donner des photos d'elles nues. Puis dans le cadre des procès qu'elles intentent, elles se voient reprocher par le public d'avoir cédé à ces demandes. Elles sont pour la plupart célibataires, entre 20 et 30 ans, et chômeuses (beaucoup ayant d'ailleurs perdu leur travail à cause de ces photos). Il s'agit donc d'un public très précarisé.

 

Sur leur dos se développe toute une industrie que certains comme Jil Filipovic dans le Guardian considèrent plus comme une industrie de la haine des femmes et de la culpabilisation des déviantes qu'une industrie sexuelle en tant que telle. Il s'agit aussi d'une "marchandisation de la sexualité des gens contre leur volonté" comme l'a dénoncé l'actrice Anne Hathaway, dont la racine provient du monde des célébrités et qui se répand à tous les niveaux de l'échelle sociale.

 

La réponse au phénomène n'est pas simple : faire le deuil de la vie privée (et de l'image privée du corps de tout un chacun) ? ou durcir la loi comme le demande ce site consacré à l'aide aux victimes du "Revenge porn" ? Le débat aux Etats-Unis est d'autant plus complexe qu'il s'y articule autour du Premier amendement à la constitution sur la liberté d'expression. Il faut des détours par la notion de pédophilie (du fait que l'âge des femmes dont la photo est publiée) pour pouvoir faire fermer les sites. La pénalisation des auteurs des photos pourrait "tarir la source" de l'industrie du "Revenge porn" mais il est délicat de définir l'obscénité (qui est une des exceptions au Premier amendement sur laquelle s'appuie le projet de pénalisation) et certains redoutent qu'on en vienne à compromettre le travail d'un honnête reporter du National Geographic qui aurait accidentellement dans l'angle de vue de ses photos certaines femmes topless sans avoir obtenu leur autorisation écrite préalable.

Lire la suite
1 2 3 > >>