Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La danse des grues

26 Mai 2015 , Rédigé par CC Publié dans #Anthropologie du corps

Nerissa Russell et Kevin J. Mc Gowan, de l'université Cornell d'Ithaca (New York, USA) ont étudié la présence d'ailes de grues dans le village néolithique turc de Çatalhöyük (7 000 av JC) et font l'hypothèse qu'elles servaient à des cérémonies de danses rituelles imitées des danses réelles de grues dans la nature. Ils relèvent que dans toutes les cultures humaines proches des biotopes naturels de ces oiseaux, les différentes espèces de grues sont des symboles de bonheur, de mariage, de fidélité, à cause de leur monogamie, de piété et de sagesse, en rapport aussi avec le soleil, sans doute à cause de leur taille voisine de celles des hommes, de leur bipédie, de leur qualité d'animal social et de leur cri semblable au sons de trompettes. Elles ne portent malheur que chez les Celtes. En Chine, en Australie, chez les Ainu au Japon, et les BaTwa en Afrique du Sud il existe des danses des grues effectuées par les humains portant des plumes, et les Ostyak de Sibérie portaient des peaux de grues pour certaines cérémonies.

Dans la Vie de Thésée de Plutarque (XIX) on peut lire :

"Thésée, étant parti de Crète, alla débarquer à Délos. Là, après avoir fait un sacrifice à Apollon et consacré une statue d'Aphrodite qu'Ariane lui avait donnée, il exécuta, avec les jeunes Athéniens qui l'accompagnaient, une danse qui est encore en usage chez les Déliens; les mouvements et les pas entrelacés qui la composent sont une imitation des tours et des détours du labyrinthe. Cette danse, au rapport de Dicéarque, est appelée à Délos la Grue. Thésée la dansa autour de l'autel qu'on nomme Cératon, parce qu'il n'est fait que de cornes d'animaux, toutes prises du côté gauche. On dit aussi qu'il célébra, dans cette île, des jeux où, pour la première fois, les vainqueurs reçurent une branche de palmier"

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article